Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Special Week Obligations

Quelle place et quel rôle peuvent jouer les obligations dans une allocation ? Quels défis pour les marchés obligataires ?

Jocelyn Jovène 18.05.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Depuis presque 40 ans maintenant, les rendements obligataires n’ont cessé de chuter.

US 10Y USTreasuries Yield Fred St Louis 20200518

Source: FRED St Louis

Ce mouvement de baisse est la résultante de plusieurs facteurs macro-économiques : repli des rythmes d’inflation dans les pays développés, pilotage d’un taux cible d’inflation par les banques centrales, vieillissement démographique et ralentissement des gains de productivité, baisse du pouvoir de négociation des salariés avec un partage de la valeur ajoutée en faveur du capital, plus mobile, montée de inégalités.

Cette période a constitué du pain béni pour les gérants obligataires.

La crise financière de 2008, celle de la dette en zone euro (2011-2012), les différentes phases d’incertitude autour de la croissance économique (en Chine, aux Etats-Unis, et dans une moindre mesure en Europe) et dernièrement la crise liée à la maladie de Covid-19 ont conduit les banques centrales des principaux pays développés à conduire des politiques d’assouplissement quantitatif.

Ces politiques ont mis sous pression les rendements obligataires et permis d’éviter au moins en partie les risques de déflation.

Le jeu des banques centrales n’a pas toujours été facile à gérer pour les spécialistes des obligations.

Mais avec l’expansion de leur bilan et de la palette d’instruments financiers qu’elles pouvaient acheter (dettes souveraines, crédits titrisés, obligations privées, voire dans certains cas, actions), les banques centrales ont profondément perturbé les repères des investisseurs, ont conduit à une compression des rendements obligataires.

Elles ont aussi poussé les investisseurs vers des actifs de plus en plus risqués pour pouvoir tenir leurs objectifs de rendement sur le long terme et pouvoir ainsi servir leurs clients (fonds de pension, caisses de retraite et autres institutions ayant un passif de long terme à gérer).

La taille des bilans des banques centrales atteint des proportions telles que ressurgissent des débats que l’on avait déjà vu en 2008 : cette création de monnaie centrale sème-t-elle les germes d’une fièvre d’inflation ? Provoquera-t-elle un débasement des monnaies, qui perdront toute valeur aux yeux des épargnants ?

C’est à ces questions que nous allons tenter de répondre cette semaine, en faisant un tour d’horizon des différents compartiments des marchés obligataires (gestion obligataire diversifiée, taux, crédit, haut rendement, dette émergente).

Certains compartiments, comme les produits titrisés, ne seront pas traités, mais ils constituent de plus en plus un univers où de nombreux gérants obligataires sont allés cherchés une source de rendement ces dernières années.

Bonne lecture.

 

Lundi 18 mai

Prem Icon Pandémie de coronavirus: le scénario macro de Morningstar

Prem Icon Les défis économiques de long terme guère affectés par le coronavirus

Prem Icon Les politiques de relance sont-elles inflationnistes?

Prem Icon 3 idées de fonds obligataires diversifiés

 

Mardi 19 mai

Prem Icon Peu de gérants obligataires actifs battent leur benchmark après frais

Prem Icon Votre fonds obligataire est peut-être plus risqué qu'il n'y paraît

 

Mercredi 20 mai

Prem Icon Un marché européen du crédit sous pression

Prem Icon 3 idées de fonds crédit

 

Vendredi 22 mai

Prem Icon Le haut rendement n'échappe pas au coronavirus

Prem Icon 3 idées de fonds haut rendement européen

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.