Nous conduisons une opération de maintenance sur notre site durant laquelle vous pourriez subir de petites interruptions de service passagères. Nous vous remercions de votre patience.

Allocation d'actifs: quelles perspectives de long terme pour les rendements?

Le regain de volatilité et l'impact de la crise du coronavirus ont bouleversé les perspectives des grandes classes d'actifs. Tour d'horizon.

Christine Benz 27.04.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Cet article a été initialement publié sur le site Morningstar.com.

Malgré les craintes d'une récession profonde, la baisse des niveaux de valorisation sur les marchés actions laisse entrevoir des rendements boursiers futurs plus élevés, selon les travaux de plusieurs sociétés de gestion.

En janvier dernier, il était difficile de trouver de nombreuses sociétés de gestion dont les experts étaient enthousiastes quant aux perspectives des actions ou obligations américaines au cours de la prochaine décennie.

Les niveaux de valorisation n'étaient pas attrayants, laissant entrevoir de faibles rendements au cours des 10 prochaines années.

La pandémie de coronavirus a changé la donne. La baisse des actions, même si elles ont récemment regagné du terrain et la divergence entre styles "value" et croissance, semblent plus frappante que jamais. Les rendements obligataires de haute qualité ont également baissé. Les prix des obligations de faible qualité ont souffert mais leurs rendements ont bondi.

La question est de savoir si cette volatilité, combinée à des préoccupations plus générales concernant la contraction économique dans le sillage de COVID-19, modifie les perspectives de rendement? Les sociétés de gestion sont-elles plus optimistes qu'elles ne l'étaient plus tôt cette année, ou la menace d'une récession durable pèse-t-elle sur leurs attentes?

Voici un tour d'horizon de plusieurs sociétés de gestion, dont celle de Morningstar. La plupart des entreprises publient leurs hypothèses à long terme sur les marchés des capitaux à la fin de l'année, mais beaucoup avaient mis à jour leurs hypothèses de rendement en tenant compte de la récente faiblesse du marché.

Comment les utiliser

Les attentes de rendement du marché peuvent être très utiles lors de la définition des attentes et à la construction d'une allocation en phase avec ses objectifs financiers de long terme.

Prévoir les marchés à court terme est impossible. Mais disposer d'hypothèses de rendement à long terme pour savoir si votre taux d'épargne et votre horizon temporel sont appropriés peut être utile.

Il est important de garder à l'esprit que ces estimations de rendement sont plus à moyen qu'à long terme. Les entreprises incluses ci-dessous préparent toutes des prévisions des marchés de capitaux pour les sept à 10 prochaines années, pas les 30 prochaines.

Ces prévisions seront les plus pertinentes pour les investisseurs dont l'horizon temporel se situe dans cette fourchette. Les investisseurs ayant des horizons temporels très longs de 20 à 30 ans ou plus peuvent raisonnablement utiliser des rendements historiques à long terme.

Il est également important de noter que les paramètres de ces estimations de retour varient un peu; certaines des attentes de rendement sont ajustées en fonction de l'inflation, d'autres non.

Certains experts prévoient des rendements pour la prochaine décennie, tandis que d'autres utilisent des horizons temporels légèrement plus courts.

Les entreprises varient également dans leurs approches de formulation des prévisions, bien que la plupart s'appuient sur une combinaison d'éléments de valorisation, de rendements actuels, de croissance des bénéfices et d'anticipations d'inflation pour arriver aux prévisions de rendement.

Enfin, il convient de noter que le marché évolue rapidement, alors attendez-vous à ce que ces prévisions soient également assez éphémères.

BlackRock Investment Institute

Le BlackRock Investment Institute n'a pas encore publié les prévisions de rendement des actifs intégrant la pandémie COVID-19 et ses effets sur la valorisation des actions et les rendements obligataires.

Cependant, un livre blanc que l'institut a publié en mars a noté que le récent choc des marchés avait dopé ses perspectives sur cinq ans pour les actions, à la fois sur les marchés développés et émergents, jusqu'au 10 mars, par rapport à ses perspectives publiées fin 2019.

«Nous voyons une opportunité stratégique émerger pour allouer davantage aux actions étant donné la revalorisation qui s'est produite, étayée par notre conviction que l'impact du coronavirus est différent de la crise financière. De nombreux portefeuilles auront dérivé de leur allocation d'actifs cible. »

Sans surprise, compte tenu des rendements plus élevés et des coups que le crédit aux entreprises a pris lors de la liquidation du marché de mars 2020, la firme a également renforcé ses perspectives pour les crédits aux entreprises à partir du 10 mars.

«Les arguments en faveur du crédit sont également plus solides mais plus nuancés», note le BII.

"Les valorisations sont clairement moins chères maintenant, créant des opportunités pour les investisseurs, mais les risques de fin de cycle tels que des défauts de paiement plus élevés, en particulier sur le marché à haut rendement, ne peuvent être ignorés."

Dans le même temps, les auteurs du rapport soutiennent que les obligations d'État sont encore moins attrayantes aux rendements actuels lorsqu'elles étaient au début de 2020.

Grantham Mayo Van Otterloo (GMO)

GMO est une entreprise soucieuse de la valorisation. Il n'est donc pas surprenant que la chute du marché au premier trimestre de 2020 l'ait fait augmenter ses attentes de rendement pour les actions, malgré la profonde incertitude sur la trajectoire actuelle de l'économie.

Cela dit, les attentes de la société pour les actions américaines sont encore loin d'être optimistes; sa prévision sur sept ans prévoit une perte de 1,5% pour les actions américaines sur une base corrigée de l'inflation.

Pourtant, c'est mieux que la perte réelle annualisée de 4,4% que la société prévoyait pour les grandes capitalisations américaines à la fin de 2019.

Comme par le passé, la société est plus optimiste quant aux autres sous-ensembles du marché des actions: elle s'attend à des rendements réels faibles mais positifs pour les actions américaines à petite capitalisation et les marchés développés internationaux au cours des sept prochaines années, et de meilleurs rendements encore pour les actions internationales à petite capitalisation et les actions des marchés émergents (3,7% et 4,9%, respectivement, sur une base réelle).

Comme par le passé, la société est très optimiste quant aux perspectives des actions des marchés émergents axées sur la valeur, prévoyant un rendement réel annualisé de près de 12% pour la catégorie au cours des sept prochaines années.

Fin 2019, GMO était pessimiste quant à la perspective des obligations américaines et la firme est devenue encore plus prudente au premier trimestre: elle s'attend à une perte annualisée de 3,8% au cours des sept prochaines années pour les obligations américaines et à 4,3% pour les couvertures. obligations internationales.

La dette des marchés émergents est la seule catégorie de titres à revenu fixe pour laquelle l’entreprise fait preuve d’enthousiasme: elle prévoit un rendement annualisé réel de 3% au cours des sept prochaines années.

Morningstar Investment Management (filiale de Morningstar)

À la fin de 2019, l'équipe de Morningstar Investment Management s'attendait à une faible performance des actions américaines au cours de la prochaine décennie - seulement 1,7% nominalement.

Mais le choc du marché lié au COVID-19 a poussé les valorisations à des niveaux plus attractifs, ce qui l'a poussé à augmenter son attente de rendement des actions de près de 3 points de pourcentage, à 4,6% nominalement sur une base annualisée au cours de la prochaine décennie.

Comme ce fut le cas à la fin de 2019, MIM est plus optimiste dans ses perspectives pour les actions développées non américaines et des marchés émergents, prévoyant des rendements de près de 10% sur une base nominale au cours de la prochaine décennie.

À l'instar des autres sociétés de gestion de notre enquête, le rendement attendu sur 10 ans du MIM pour les actifs à revenu fixe de haute qualité a chuté avec les rendements au premier trimestre, passant de 2,1% fin 2019 à 1,6% fin mars.

A l'inverse, son attente de rendement pour les obligations à haut rendement a grimpé à 7%, soit une augmentation de 3 points de pourcentage depuis la fin de l'année 2019.

Research Affiliates

Les attentes de rendement de RA pour les actions américaines se sont légèrement redressées après la chute du marché au premier trimestre, à 1,5% de rendements réels pour les grandes capitalisations américaines au cours de la prochaine décennie, contre seulement 0,3% fin 2019.

C'est assez décevant, mais les attentes de l'entreprise en matière de rendement pour les actions non américaines sont nettement plus solides: le modèle dépendant de la valorisation prévoit 7,3% de rendements réels pour le MSCI EAFE (indice des marchés développés) au cours de la prochaine décennie et 9,3% de rendements réels pour les marchés émergents.

Research Affiliates n'attend pas grand-chose des obligations de qualité américaines au cours de la prochaine décennie. La société prévoit une perte réelle annualisée de 1% par rapport à l'indice agrégé américain et une perte annualisée de 4,7% par rapport aux bons du Trésor américain à long terme au cours de la prochaine décennie.

Elle est plus optimiste dans ses perspectives pour les obligations risquées, prévoyant un rendement réel de 2,9% pour le haut rendement américain, un rendement réel de 3,4% pour les prêts bancaires et un rendement de 4,8% pour les obligations des marchés émergents libellées en devises locales.

Vanguard

Dans une récente mise à jour de ses perspectives économiques et de marché publiée fin 2019, Vanguard a indiqué que la baisse des valorisations due à la pandémie de COVID-19 l'avait incité à revoir à la hausse ses prévisions de rendement des actions.

Alors que la société prévoyait des rendements sur 10 ans dans une fourchette de 3,5% à 5,5% à la fin de 2019, la dernière prévision est de 4,8% -7,8% de rendements des actions américaines et des rendements encore meilleurs (8,3% -11,3%) des actions non américaines.

Comme toutes les autres sociétés de gestion de notre enquête, l'estimation du rendement de Vanguard pour les titres obligataires de qualité a chuté avec les rendements.

Son attente pour les obligations américaines est tombée à 1%-2% contre 2%-3% en décembre; ses perspectives pour les obligations non américaines et les bons du Trésor américain sont encore plus pessimistes.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Christine Benz

Christine Benz  responsable des questions de finance personnelle de Morningstar.