Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Comment se préparer à la hausse des taux d’intérêt ?

Les obligations ont un rôle à jouer et peuvent contribuer à limiter la volatilité d’un portefeuille. Voici comment.

Morningstar 25.09.2018
Facebook Twitter LinkedIn

Prévoir le rebond des taux d'intérêt est impossible

Savoir quand les taux longs vont monter durablement relève de la gageure pour tout investisseur. Depuis la crise financière de 2008, les phases de remontée des taux longs ont été nombreuses, mais rarement durables.

Depuis plusieurs années, le marché anticipe une hausse des taux et il semblerait que la période actuelle y soit plus propice, au regard des indices d’une remontée de l’inflation, de la sortie de certains programmes d’achats d’actifs ou de l’environnement économique plus généralement.

Une raison plus triviale est que les taux devraient, comme d’autres actifs, revenir vers leur juste valeur de long terme à un moment donné.

MIM Bonds Rates 201809 01

Source : Morningstar

Le danger de chercher à savoir quand ce rebond durable aura lieu est qu’il conduise les investisseurs à entrer et sortir des marchés obligataires, avec un impact négatif pour leur portefeuille.

Nous pensons qu’il est préférable de conserver une exposition aux obligations dans un portefeuille, mais qu’il est aussi prudent de s’assurer contre l’impact d’une éventuelle hausse des taux.

L’utilité des obligations dans un portefeuille

Il y a deux bonnes raisons de détenir des obligations. La première est que les obligations ont historiquement moins baissé que les actions dans les phases de stress sur les marchés financiers. Détenir des obligations même chères est moins pénalisant que détenir des actions chèrement valorisées.

MIM Bonds Rates 201809 02

Source : Morningstar

Comme le montre le tableau suivant, comme les obligations résistent relativement mieux aux phases de baisse des marchés, elles offrent un certain coussin de sécurité dans un portefeuille multi-classes d’actifs. Si l’on considère que les marchés sont globalement chers, ce qui est notre analyse, détenir des obligations fait donc sens, en particulier si l’on regarde du côté des obligations de qualité.

MIM Bonds Rates 201809 03

Source : Morningstar

Enocre faut-il se focaliser sur les bonnes obligations. Certaines catégories d’obligations se comportent globalement mieux que d’autres dans des environnements de remontée des taux longs.

Nous avons analysé les dix-neuf phases de remontée des taux depuis 1998 pour comparer la performance des différentes catégories obligataires. Notre analyse montre que les obligations courtes, qui ont moins de duration, ont tendance à surperformer le marché.

Surpondérer ces obligations peut contribuer à réduire les pertes dans l’éventualité d’une forte hausse des taux, tout en aidant à préserver le capital, propriété qu’offrent les obligations de qualité lorsque les marchés sont volatils.

MIM Bonds Rates 201809 04

Source : Morningstar

D’autres catégories obligataires peuvent être introduites dans une allocation pour réduire la sensibilité aux taux d’intérêt. Nous estimons que la dette émergente en devise locale, qui est généralement moins sensible que les marchés de taux des pays développés et n’est pas directement liée à la politique monétaire, a été une source de rendement non négligeable au fil du temps.

Si cette classe d’actifs introduit d’autres risques potentiels dans un portefeuille, qu’il faut avoir bien analysé au préalable, elle peut aussi protéger un portefeuille lorsque les taux remontent.

MIM Bonds Rates 201809 05

Source : Morningstar

Des taux plus élevés : une bonne nouvelle

Il est important de se rappeler que des taux plus élevés signifient que les emprunteurs paient davantage les porteurs d’obligations. En effet, l’effet de roulement des obligations dans un portefeuille signifient que les investisseurs sont payés davantage au fil du temps. C’est ce qu’illustre le graphique qui suit.

MIM Bonds Rates 201809 06

Source : Morningstar

Au final, les investisseurs doivent être attentifs aux biais comportementaux qui les incitent à intervenir trop fréquemment dans la gestion de leur allocation. Les taux d’intérêt pourraient entrer dans une phase durablement haussière et les investisseurs ont la possibilité de trouver dans les obligations de duration courte et la dette émergente un moyen de protéger leur capital et de générer du rendement.

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Morningstar