Nous conduisons une opération de maintenance sur notre site durant laquelle vous pourriez subir de petites interruptions de service passagères. Nous vous remercions de votre patience.

Marchés émergents : de bonnes perspectives malgré la récente volatilité

Les mouvements baissiers de la dernière semaine n’ont pas épargné les pays en développement, mais les prévisions restent positives. En janvier, les fonds actions dédiés ont gagné 3,5% en moyenne.

Valerio Baselli 08.02.2018
Facebook Twitter LinkedIn

Depuis le début de l’année, l’indice Morningstar Emerging Markets NR a perdu 1,3% (données en euros au 7 février 2018). Après une très bonne performance en janvier (+3,7% contre +1,6% pour le Morningstar Global Markets NR), le regain de volatilité provoqué par la remontée rapide des taux longs aux Etats-Unis a pesé sur l’univers émergents. L’indice Morningstar EM NR a ainsi perdu 4,9% au cours de la dernière semaine (en euros au 7 février).

L’évolution de l’indice Morningstar EM NR sur six mois
Index EM 02 18
Données en euros au 7 février 2018
Source : Morningstar Direct

D’après les données Morningstar, en 2017 les fonds actions marchés émergents ont collecté 20 milliards d’euros en Europe, alors que d’autres catégories actions ont décollecté, à l’instar des fonds actions Etats-Unis (fonds ouverts et ETF) qui ont perdu 4,3 milliards d’euros au cours de la même période.

Les perspectives pour 2018 devraient rester positives. « Ce qui s'est passé en 2017 devrait se répéter en 2018 : une croissance soutenue des bénéfices et des marchés performants tant que le resserrement des banques centrales restera bien orienté et suivra la reprise de la croissance mondiale », estime Fabiana Fedeli, gérante senior actions marchés émergents chez Robeco.

« En regardant les différents marchés, il semble y avoir deux principaux discriminants », continue-t-elle, « le premier est les valorisations, les actions européennes étant moins chères que leurs homologues américaines et japonaises, et les actions des marchés émergents qui sont moins chères que celles des marchés développés. La deuxième est la révision des bénéfices, qui selon nous pourrait être proche d’un pic en 2018 pour les marchés développés, mais qui vient tout juste de devenir positive pour les marchés émergents. »

Un univers très hétérogène

Les perspectives de croissance positives ne doivent pas faire oublier aux investisseurs que la classe d’actifs est volatile et que l’univers émergent recouvre des pays aux profils variés (il suffit de penser à la Chine et au Brésil pour prendre deux cas emblématiques).

L'indice MSCI Emerging Markets comprend 846 entreprises de 24 pays avec une capitalisation boursière de 5.884 milliards de dollars à fin janvier. Considérer l’ensemble des marchés émergents comme un bloc unique peut conduire à des erreurs d’appréciation et de mauvaises décisions en matière d’investissement.

D’après nos données, les actions des marchés émergents représentaient environ 9,3% du marché boursier mondial (en utilisant l'indice MSCI All-Country World Index comme indicateur) à la fin de janvier 2018. Il y a trente ans, ces actions représentaient moins de 1% de la capitalisation boursière mondiale.

Une étude récente, publiée par Ben Johnson, responsable global de la recherche sur la gestion passive chez Morningstar, montre l’évolution du portefeuille du iShares MSCI Emerging Markets ETF. Du point de vue géographique, les changements les plus significatifs ont été la baisse de la part du portefeuille dédié au Brésil (de 16,9% en novembre 2009 à seulement 7,2% à fin août 2017) et l'augmentation des actions chinoises (qui est passée de 15,5% à 28,9% durant cette même période).

6471

Des risques à surveiller

Si les perspectives sont favorables, les investisseurs doivent surveiller deux facteurs de risque importants en 2018. Le premier est le risque politique, autour des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, ou les résultats des élections au Brésil (présidentielle) ou au Mexique.

L’autre facteur, sans doute plus important, est l’évolution des politiques monétaires et des devises. Si l'inflation devait dépasser les prévisions actuelles, nous pourrions avoir affaire à un cycle de resserrement plus prononcé que celui qui répondrait graduellement aux améliorations de l'économie mondiale. A la clef une remontée des taux longs et du dollar, deux facteurs pénalisants pour les marchés émergents.

Fonds Actions Marchés Emergents : le « Top 10 » de janvier

Les fonds de la catégorie Actions Marchés Emergents disponibles à la vente en France ont gagné 3,5% en moyenne en euros au cours du mois de janvier.Sur 234 fonds dans cette catégorie, 133 ont battu la moyenne de catégorie et 29 fonds ont été en mesure d’afficher une performance supérieure à 5%.

En tête du classement nous trouvons le fonds Oaktree Emerging Markets Equity Fund IB, lancé en 2013, qui gère 213 millions de dollars et dont le portefeuille est surpondéré par rapport à ses pairs sur l’Amérique Latine et le secteur de l’énergie. Viennent ensuite deux fonds passifs qui répliquent le FTSE RAFI Emerging Index, un benchmark qui pondère les 350 titres du portefeuille en utilisant des données fondamentales (chiffre d’affaires, flux de trésorerie, dividendes et actif net). Il s’agit du fonds iShares Edge EM Fundamental Weighted Index Fund (IE) Flexible A Acc GBP, et, sur la troisième marche du podium, du Credit Suisse Index Fund (Lux) Equities Emerging Markets Fundamental DB USD.

10 Fonds EM 01 18

MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.