Les défis des gérants actifs

Les gérants actifs ont souvent du mal à battre leur indice de référence, ouvrant une brèche dont a largement profité la gestion passive.

Ruli Viljoen 14.11.2017

Un certain nombre de travaux académiques ont de longue date expliqué en quoi la gestion passive – le fait de répliquer la performance d’un indice de marché – est plus efficace sur le long terme que de confier son argent à un gérant actif, qui aura le plus grand mal à battre leur indice de référence.

La raison de cette sous-performance de la part des gérants actifs tient aux frais qu’ils facturent aux investisseurs.

Logiquement, après la crise financière de 2008, ces derniers ont réévalué leurs options et ont largement plébiscité les gestions passives. Cela, en plus du durcissement de la réglementation et la demande d’une plus grande transparence, ont mis encore plus en exergue le poids des frais de gestion et leur prise en compte dans le processus de sélection des gérants.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Ruli Viljoen

Ruli Viljoen  est responsable de la sélection de fonds, Morningstar Investment Management Europe.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar