Comparer les ETF : Markit iBoxx EUR Liquid Corporate Bond

Nous avons analysé les différents trackers dédiés aux obligations d’entreprises émises eu euros accessibles aux investisseurs européens.

Valerio Baselli 13.06.2016
Facebook Twitter LinkedIn

L'intérêt des investisseurs pour les obligations d'entreprises a augmenté de façon significative à partir de 2008. Les rendements obligataires ont connu une baisse générale qui a touché toutes les échéances et les types de crédit, ce qui provoque une compression substantielle des écarts ou primes (« spreads ») par rapport aux obligations d'État. Les obligations émises par les sociétés financières ont généralement des spreads de crédit plus élevés, suivies par les obligations des entreprises non financières (industrie et services) et par celles du secteur des services collectifs.

Le fort intérêt pour le crédit a alimenté une hausse des émissions sur le marché, stimulé par la détérioration du canal du crédit bancaire traditionnel dans la zone euro après la crise de 2008, et par la recherche de sources de financement à bas coût.

La demande d'obligations d'entreprises devrait rester forte dans un avenir proche, compte tenu de la politique très accommodante de la Banque centrale européenne, dont les annonces récentes ne laissent pas entrevoir de remontée des taux à court terme. En mars, la BCE a annoncé l'expansion de son programme mensuel d'achats d'actifs, tant en termes de quantité (de 60 à 80 milliards d'euros par mois) que de qualité (avec l'inclusion des obligations émises par les entreprises non financières). Ces annonces devraient continuer d’alimenter la « quête de rendement » des investisseurs.

Tous ces facteurs devraient contribuer à la poursuite de la croissance du marché obligataire privé. La BCE reste résolue à fournir de la liquidité au secteur bancaire de la zone euro à des conditions très favorables. En outre, dans le cadre de l'union bancaire de la zone euro, la banque centrale est devenue le superviseur de la stabilité financière des banques.

À long terme, cependant, les investisseurs doivent tenir compte de la normalisation probable du crédit bancaire et d’un renforcement de l'économie européenne. Dans cette situation, un changement dans la politique monétaire de la BCE pourrait déclencher une hausse des rendements et probablement un rythme d’émissions plus faible.

L’indice

Le Markit iBoxx EUR Liquid Corporate Bond Index mesure le rendement des obligations d’entreprises les plus liquides libellés en EUR de qualité investment grade, quel que soit le pays d'émission. Pour être admissible à l'inclusion dans l'indice, les obligations doivent avoir une durée minimale restante de 18 mois et un minimum d’encours de 750 millions d'euros. Le nombre maximal de titres de l'indice est de 40, et tous doivent être de différents émetteurs. Statistiquement, le benchmark consacre 40% du portefeuille au secteur financier. La distribution de l'indice de maturité est biaisée vers le court et moyen terme. En termes géographiques, les émetteurs de la zone euro tendent à représenter 75% des titres. L'indice est pondéré par la capitalisation boursière. Les coupons détachés sont réinvestis à la fin de chaque mois sur le marché monétaire. L'indice est rééquilibré trimestriellement.

L’offre européenne

Pour les investisseurs du Vieux Continent, 10 fonds passifs côtés offrent une exposition directe au Markit iBoxx EUR Liquid Corporate Bond, y compris également certaines variantes, comme celle dédiée aux obligations sécurisées. Ci-dessous un focus sur ceux qui sont couverts par la recherche qualitative de Morningstar.

Etf 2corpbond

Le fonds iShares Euro Corporate Bond Large Cap UCITS ETF (EUR)utilise la réplication physique optimisée pour suivre l'indice. Concrètement, l’ETF acquiert un ensemble de titres choisis de manière à créer un portefeuille suffisamment similaire à celui de l'indice de référence, mais avec un nombre inférieur de composants, de manière à optimiser les coûts de transaction. L'indice est donc divisé en sections, dont chacune représente les principaux facteurs de risque, tels que la durée, la devise, le pays et l'industrie. L'émetteur choisit alors les obligations incluses dans l'indice plus approprié au profil de risque de chaque section. iShares peut effectuer des prêts de titres (jusqu'à 100% du portefeuille). En ce sens, BlackRock, sa maison-mère, agit en tant que gestionnaire de placements. Les opérations de prêt sont couvertes par une garantie, représentée par un panier conforme aux règles UCITS, dont la valeur (calculée sur une base quotidienne) est supérieure à celle des titres prêtés. Les revenus provenant des prêts de titres sont répartis sur une base 62,5/37,5 entre l’ETF et BlackRock. Le fonds a prêté 8,9% en moyenne, entre mars 2015 et mars 2016, générant 0,02% de rendement. Les frais annuels sont de 0,20%, en ligne avec la moyenne de la catégorie.

Le fonds Amundi ETF Euro Corporates UCITS ETF C (EUR) est un ETF synthétique. Le fonds possède un panier de titres (obligations de haute qualité d’entreprises, d’Etat et sécurisées, émises dans les pays OCDE). Dans le cadre de l'accord de swap, Amundi échange la performance du panier avec le rendement de l’indice de référence, déduction faite des frais. La contrepartie du swap est Crédit Agricole (maison-mère d’Amundi). Le swap est réinitialisé à chaque fois que l'exposition à la contrepartie devient positive. L’ETF ne pratique pas de prêts de titres. Les frais annuels sont de 0,16%, en dessous de la moyenne de la catégorie.  

Enfin, le fonds Lyxor Euro Corporate Bond UCITS ETF C-EUR utilise la réplication synthétique pour suivre l'indice de référence. Dans la pratique, l'ETF a un panier de titres qui dans ce cas est composé d'obligations investment grade libellées en euros (actuellement 85% du panier est consacré aux obligations d’entreprises et 15% aux obligations souveraines). Ensuite, Lyxor signe un contrat de swap avec une contrepartie qui est presque toujours la Société Générale, sa maison-mère. Selon la réglementation OPCVM (dite UCITS - Undertakings for Collective Investment Schemes in Transferable Securities), l'exposition au risque de contrepartie devrait être limitée à 10% de la valeur liquidative du fonds à tout moment. Lyxor est toujours engagé à zéro l'exposition au risque de contrepartie sur une base quotidienne. Le swap est donc réinitialisé à chaque fois que le risque de contrepartie devient positif (lorsque la valeur du panier de garantie est inférieure à la NAV de l'indice répliqué). Les frais sont 0,20%, en ligne avec la moyenne des concurrents.

MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.