Marchés actions : adopter une approche défensive – Morningstar

Dans un marché qui tend à être surévalué, les investisseurs doivent creuser davantage pour dénicher des opportunités d'achat.

Lauren Adam 31.03.2014
Facebook Twitter LinkedIn

 

Les vues de Morningstar en résumé :

• Les marchés se sont largement remis de la correction de janvier, et la valorisation moyenne de notre univers de couverture continue de s’apprécier, à 104 % de la juste valeur au deuxième trimestre (toutes les moyennes sont établies en tenant compte du poids de la capitalisation).

• Dans un marché qui penche vers son côté surévalué, les investisseurs doivent creuser davantage pour dénicher des opportunités d'achat. Cependant, l'instabilité macroéconomique a créé des opportunités d’investissement, en particulier dans un certain nombre de domaines comme l'énergie ou la consommation de base.

• À l'échelle mondiale, les entreprises que couvrent nos analystes en Asie-Pacifique semblent désormais sous-évaluées, alors que la zone était surévaluée à cette époque de l'an dernier. A l'inverse, l'Amérique du Nord et l'Europe semblent être les plus surévaluées.

Un premier trimestre mouvementé

Les marchés ont connu un parcours cahoteux au cours du premier trimestre, l’indice S&P500 affichant une hausse de moins de 1 % sur l'année. Les tensions politiques ont refait surface en Turquie, et la crise en Ukraine a compliqué les relations entre la Russie et l’Occident. Bien que ces deux marchés représentent une goutte dans l'océan macroéconomique mondial, la crise a suscité des inquiétudes plus larges concernant le ralentissement de la croissance dans l'ensemble des marchés émergents, qui se sont avérés être une source importante de croissance pour les grandes firmes multinationales.

En plus de l'instabilité macroéconomique, les marchés sont confrontés à d'autres incertitudes. La Réserve fédérale américaine a été réduisait son programme d'achat d'actifs, ralentissant le flux d'argent gratuit qui avaient alimenté la hausse des marchés. Et nous n'avons pas encore vu les pleines retombées de l'impact de la météo sévère sur le consommateur américain et si cela aura une incidence sur les bénéfices des sociétés.

C'est le moment de jouer défensif...

Malgré ces inconnues, les marchés ont repris leur trajectoire haussière, et nous avons vu plus d'investisseurs se ruer sur les titres plus risqués et accepter de payer plus cher les valeurs de croissance. Cependant, en général, nous pensons que les investisseurs devraient réduire leur exposition au risque lors l'enthousiasme est élevé et que la valorisation du marché est relativement riche.

L’adage de Warren Buffett « avoir peur quand tout le monde est avide et être avide quand tout le monde a peur » fait particulièrement sens. Nous pensons que le pendule oscille de près du côté de l'avidité pour le moment. En revanche, nous pensons que les investisseurs devraient prendre du risque lorsque la peur est omniprésente et que les valorisations sont déprimées.

Les périodes d'incertitude sont particulièrement appréciables car elles permettent d'acheter des entreprises merveilleuses pour pas cher. À la fin de 2008 et début 2009, nous avons eu des centaines de recommandations 5 étoiles. Maintenant , bien que le marché dans son ensemble soit plutôt surévalué, notre équipe d'analystes a permis de découvrir des opportunités d'achat sur l'ensemble de nos secteurs couverts .

Par exemple, le souci de la croissance économique et la stabilité des devises émergentes ont créé une opportunité d'achat dans un certain nombre de haute qualité de la consommation de base. Bien que l'exposition aux marchés émergents soit un handicap à court terme, les entreprises comme Unilever et Coca-Cola sont bien placées pour capter la demande croissante pour les produits de consommation de marque sur ces marchés sur le long terme. D'autres bons paris défensifs peuvent être trouvés dans les soins de santé, l’immobilier coté, et certains services publics et opérateurs de pipelines.

... et de faire son nettoyage de printemps

Chez Morningstar, nous ne prétendons pas savoir si le marché va monter, reculer ou onduler à court terme. Au lieu de cela, nous continuons de recommander aux investisseurs de rechercher vraiment les entreprises équipées pour résister à une telle incertitude sur le long terme.

Ce sont des entreprises avec des avantages concurrentiels durables - ou « economic moat » - qui peuvent parer à la concurrence et de dégager des taux de rentabilité élevés pour de nombreuses années à venir. Nous prévoyons que ces sociétés de continueront à faire croître leur chiffre d’affaires, leur valeur intrinsèque, et à rendre de l'argent aux actionnaires pendant la prochaine décennie.

Nous pensons que les investisseurs pourraient vouloir profiter de la vigueur du marché pour céder certaines lignes en portefeuille avec lesquelles ils pourraient ne plus être très à l’aise sur le long terme.

Nos experts qui gèrent des portefeuilles avec l'argent réel pour Morningstar, parmi lesquels Matt Coffina, le rédacteur en chef de notre lettre StockInvestor, Josh Peters pour Dividend Investor, et Samuel Lee pour ETFInvestor, sont exactement de faire cela: prendre des bénéfices et accumuler des liquidités à la recherche de nouvelles opportunités.

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Coca-Cola Co60,17 USD2,14Rating

A propos de l'auteur

Lauren Adam

Lauren Adam  est directeur de la recherche Cross-Sector Equity Research chez Morningstar.