Comparer les ETF : Actions Chine

Nous avons analysé les différents trackers dédiés au marché boursier chinois accessibles aux investisseurs du Vieux Continent.

Valerio Baselli 05.03.2018

Avec les célébrations pour le Nouvel An chinois, qui a marqué l'entrée dans l'année du chien, l'Empire Céleste a pu aussi fêter les bons résultats économiques. Archivé un 2016 plutôt décevant (+ 6,7% de croissance du PIB, le résultat moins brillant des 26 dernières années), l'économie chinoise a relevé la tête en 2017, avec une augmentation du produit intérieur brut de 6,9%. Un résultat légèrement supérieur aux attentes qui donne au gouvernement une plus grande marge de manœuvre pour freiner la croissance de la dette et accélérer les investissements dans des technologies moins polluantes.

En outre, d’après le Bureau national des statistiques chinois, le commerce extérieur a enregistré une expansion de 14,2% en 2017, après quelques années de contraction. Pour 2018, cependant, la Banque mondiale estime une croissance légèrement inférieure, autour de 6,4%.

Au cours de la dernière année, l'indice Morningstar China NR a bondi de 20,6%, contre 11,7% de l'indice Morningstar Emerging Markets NR et 3,3% de l'indice Morningstar Global Markets NR (en euros au 28 février 2018).

L’évolution des indices Morningstar China, Morningstar EM et Morningstar Glb Mkts sur un an
 
Données en en euros au 28 février
Source : Morningstar Direct

L'économie chinoise traverse une période de transformation : les secteurs traditionnels de la « vieille économie » restent prédominants, mais ceux de la « nouvelle économie » gagnent du terrain (services financiers en ligne, commerce électronique, assurance, etc.) parallèlement à un coup de pouce des autorités en faveur d'une un plus grand respect de l'environnement.

« Sur le front macroéconomique, Pékin a recentré ses objectifs en se focalisant sur la qualité et la durabilité de la croissance », a déclaré Raymond Ma, gérant du FF China Consumer Fund, dans une note. « L'expansion économique chinoise devrait donc être légèrement ralentie dans les années à venir, suite à la transition depuis une économie tirée par les investissements et la demande extérieure vers un système centré sur la consommation domestique. En termes de bénéfices, les entreprises chinoises devraient connaître une croissance d'environ 15% l'année prochaine en raison de l’expansion économique et de l'inflation modérée. »

Les risques du système bancaire

Le niveau de la dette chinoise continue d'augmenter rapidement. La dette des ménages, en particulier, a augmenté à un rythme excessif suite à la propagation rapide des prêts hypothécaires et du crédit à la consommation. La croissance de la dette bancaire chinoise a contribué à une hausse rapide de la valeur comptable des titres financiers des marchés émergents (voir graphique ci-dessous) et, bien que les analystes et les commentateurs aient bien analysé les valeurs, certaines considérations importantes doivent être prises en compte. Il est important de souligner le caractère unique du secteur bancaire chinois, où les prêts « hors bilan » sont de plus en plus fréquents, largement non réglementés et pouvant comporter des risques plus importants que ceux figurant dans les documents comptables.

« L'importance de cet aspect ne doit pas être sous-estimée », prévient Cyrique Bourbon, gérant au sein de Morningstar Investment Management Europe. « Les actifs bancaires en Chine sont passés d'un peu moins de 400% du PIB en 2010 à plus de 600% du PIB à la fin de 2016, si nous incluons les encours hors bilan. C'est sans aucun doute une préoccupation, qui doit être considérée en termes absolus et relatifs. »

Pendant la crise financière de 2008, le système bancaire chinois s'est montré résilient face à la crise mondiale. Cela peut être attribué à l’exposition du système vers un marché intérieur fort et en croissance et à un manque d'exposition aux marchés étrangers. En outre, en réponse au ralentissement de la demande extérieure, le gouvernement a lancé un certain nombre d'actions qui ont conduit à une expansion rapide du crédit bancaire.

« Tout cela montre que les banques chinoises n'ont pas été épargnées par les mauvais prêts, même si elles ont dû apprendre des leçons difficiles en cours de route - poursuit Cyrique Bourbon - Par conséquent, le gouvernement chinois devrait être conscient de la nécessité de réduire les risques qui s'accumulent dans le système financier national, bien que, compte tenu des restrictions sur les ratios d'adéquation du capital, il semble peu probable que les établissements de crédit puissent déclarer ces prêts dans leurs bilans. »

Il vaut certainement la peine de souligner ces risques, car même un des gouverneurs de la Banque populaire de Chine a déclaré (dans un article publié le 4 novembre dernier sur le site internet de la PBOC) que « le secteur financier chinois est et sera dans une période avec des risques élevés et facilement déclenchables. Sous la pression de facteurs internes et externes, les risques sont multiples, vastes, cachés, complexes, soudains, contagieux et dangereux ».

« Nous sommes convaincus que nous sommes sur le point de connaître une baisse dans le secteur bancaire chinois », a déclaré Matthew Vaight, gérant du fonds M&G Emerging Markets, dans une analyse récente. « Le gouvernement a pris des mesures pour améliorer le fonctionnement du système financier en réduisant la quantité de levier dans le système grâce à une réglementation plus stricte et à une répression de certains produits d'épargne. Aujourd'hui, il y a une plus grande discipline pour les prêts bancaires parce que la capacité de prêt a été rendue dépendante de la solidité financière de la banque. »

L’offre européenne

Pour les investisseurs du Vieux continent, 13 fonds passifs négociés en Bourse offrent une exposition au marché boursier chinois, dont 4 cotés à la Bourse de Paris.

Les fonds couverts par la recherche Morningstar sont au nombre de quatre et la note des analystes Morningstar est Neutre dans tous les cas. En effet, malgré les frais contenus, les analystes de Morningstar sont convaincus que les benchmarks utilisés présentent un degré de concentration trop élevé dans certains secteurs, notamment le secteur financier et de la technologie. En outre, dans de nombreux cas, les portefeuilles sont une représentation limitée des opportunités offertes par le marché chinois. Les managers actifs, en mesure de s’éloigner de l’indice, ont dans ce sens une plus grande marge de manœuvre.

Xtrackers FTSE China 50 UCITS ETF
Depuis le 24 octobre 2014, l’ETF a officiellement abandonné la réplication synthétique pour la réplication physique complète. Le FTSE China 50 est un indice basé sur la capitalisation boursière flottante, qui regroupe les 50 principales actions négociées à la Bourse de Hong Kong. Il se compose d’actions de type H (« H-Shares »), de « Red Chips » et de « P Chips ». Le secteur financier est de loin le plus important de l'indice, avec 50% du portefeuille à la fin octobre 2017. Les autres pondérations sectorielles significatives comprennent les télécommunications et les valeurs énergétiques.

Le fonds peut effectuer des prêts de titres afin d'améliorer la performance. Dans ce cas, Deutsche Bank agit en tant qu'agent de prêt. Les revenus sont ensuite répartis entre le fonds (70%) et l'agent (30%). Pour protéger le fonds, les emprunteurs sont tenus de fournir une garantie d'une valeur supérieure à la valeur du prêt. Les frais courants, 60 points de base, sont nettement inférieures à la moyenne de la catégorie.

Lyxor China Enterprise (HSCEI) UCITS ETF C-EUR
Le fonds utilise la réplication synthétique pour suivre l'indice Hang Seng China Enterprises (HSCEI), un benchmark qui ne comprend que les « H-Shares » cotés à la Bourse de Hong Kong. Les 40 premiers titres classés selon la capitalisation boursière cumulée (50% de la capitalisation boursière totale et 50% de la capitalisation boursière flottante) sont retenus comme composants. De mars 2018 à février 2019, 10 nouvelles actions entre « Red Chips » et « P Chips » seront progressivement ajoutées au portefeuille. L'indice est très concentré dans le secteur financier, qui représente plus de 70% de ses encours.Les frais courants sont de 0,65%.

iShares China Large Cap UCITS ETF
Ce fonds utilise la technique de réplication physique pour fournir les performances de l’indice FTSE China 50 TR USD. iShares peut effectuer des prêts de titres (jusqu'à 100% du portefeuille). BlackRock, sa maison-mère, agit en tant que gestionnaire de placements. Les opérations de prêt sont couvertes par une garantie, représentée par un panier conforme aux règles UCITS, dont la valeur (calculés sur une base quotidienne) est supérieure à celle des titres prêtés. Les revenus provenant des prêts de titres, sont divisés à hauteur de 62,5%/37,5% entre l’ETF et BlackRock. Les frais annuels sont de 0,74%, parmi les plus chers de produits passifs de la catégorie.

Xtrackers MSCI China UCITS ETF 1C
À partir du 25 septembre 2014, le fonds a officiellement abandonné la réplication synthétique pour la réplication physique complète. Le MSCI China est un indice pondéré pour la capitalisation boursière flottante. Il compte 149 composants et couvre 85% de la capitalisation des titres chinois offshore. L'indice de référence est composé d'actions de type H, de Red Chips, de P Chips, d'actions de type B et de certains titres cotés à l'étranger, tels que les actions de type N cotées à New York. Les actions de type A (« A-Shares ») disponibles via le programme Stock Connect seront éligibles à l'inclusion de l'indice à partir de mai 2018 avec une pondération d'inclusion de 2,5%, qui passera à 5% en août 2018. Le portefeuille présente un certain degré de concentration sectorielle, en particulier dans le secteur des technologies (incluant Tencent et Alibaba) et le secteur des services financiers, qui représentent respectivement 39% et 24% des actifs.

Le fonds peut effectuer des prêts de titres afin d'améliorer la performance. Dans ce cas, Deutsche Bank agit en tant qu'agent de prêt. Les revenus sont ensuite répartis entre le fonds (70%) et l'agent (30%). Pour protéger le fonds, les emprunteurs sont tenus de fournir une garantie d'une valeur supérieure à la valeur du prêt. Les frais courants, 65 points de base, sont inférieures à la moyenne de la catégorie.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.