A mi-chemin entre gestion active et gestion passive

Reposant sur des méthodes quantitatives, les stratégies d’indexation améliorée ajoutent une composante active à un investissement passif.

Hortense Bioy, CFA 19.09.2011

En raison de leurs faibles coûts et « tracking errors », les ETF sont devenus des outils incontournables pour la création de blocs passifs dans un portefeuille. Il leur reste toutefois un terrain à conquérir : la gestion active ; un terrain encore semé d’embûches principalement en raison de l’obligation de transparence qui caractérise les ETF. Le problème est simple : un gérant qui, après de longues et coûteuses recherches, a sélectionné 30 à 40 idées d’investissement, souvent ne souhaite pas les partager avec le reste du marché. En revanche, un gérant qui détient 500 titres et qui n’a aucun avis sur leur valeur fondamentale ne devrait a priori pas s’opposer à jouer la transparence totale.

Ainsi, à mi-chemin entre la gestion active et la gestion passive se situe l’indexation améliorée (Enhanced Indexing). Cette approche repose sur des méthodes quantitatives, généralement sous la forme de modifications fines d’indices traditionnels. Le portefeuille qui en résulte combine à la fois des caractéristiques recherchées par les gérants de gestion active, comme par exemple des actions affichant un faible PER ou un bon momentum, et les attributs mécaniques et prévisibles des trackers. Généralement, les gérants de fonds d’indexation améliorée n’ont aucun problème à dévoiler les titres qu’ils détiennent en portefeuille car ils opèrent de manière systématique.

Outre-Atlantique, les ETF d’indexation améliorée ont montré des résultats satisfaisants et bon nombre d’entre eux sont notés 4 à 5 étoiles par Morningstar. Ceci étant, leur degré de complexité varie grandement, allant d’une simple approche d’équipondération à une approche de pondération basée sur les rendements, en passant par des stratégies multifactorielles bien plus élaborées.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Hortense Bioy, CFA

Hortense Bioy, CFA  est directrice de la recherche passive pour l'Europe chez Morningstar

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar