L’AMF publie sa feuille de route

L’Autorité des Marchés Financiers fixe ses priorités.

En publiant hier un document de synthèse intitulé « Quelles priorités pour les marchés financiers ?», Jean-Pierre Jouyet a clairement indiqué l’importance que l’AMF accorde aux chantiers réglementaires actuellement en cours au sein de l’Union européenne, et plus largement au sein du G20. Point commun de ces différents chantiers pour le président de l’AMF : un besoin accru de transparence. Les questions abordées portent aussi bien sur les actions que les fonds, les marchés organisés ou au contraire OTC ; avec des bilans sur certains aspects et des propositions pour l’avenir.

Coté bilan, l’AMF tire des enseignements de la directive MIF ou MIFID mise en place pour aider à une meilleure efficience des marchés. En ce qui concerne la mise en concurrence des plateformes de transaction, l’AMF constate qu’en effet on assiste à « une concurrence accrue entre les plateformes de négociation », mais que celle-ci s’est accompagnée d’un « développement de systèmes de négociation non transparents, tels que les systèmes communément désignés par l’appellation anglo-saxonne « dark pools ». Avec corrélativement une baisse de la transparence. Ce qui va à l’encontre de l’esprit de MIFID.

Autre phénomène pointé du doigt, les fameux marchés OTC (Over The Counter, de gré à gré ) sur lesquels s’échangent entre autres les produits dérivés. Le problème est qu’on ne dispose pas de centralisation des informations concernant les échanges sur ces marchés OTC ; et de ce fait on connait mal tant les volumes d’échange que les engagements pris par les intervenants. Parmi les écueils de ces marchés OTC : des mécanismes de fixation des prix qui eux aussi manquent de transparence. Dans ce domaine l’objectif est de faire évoluer les opérateurs vers des marchés réglementés et d’éviter que ne se reproduise la situation de 2007 et 2008 où on avait réalisé à quel point certains opérateurs étaient engagés.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Frédéric Lorenzini

Frédéric Lorenzini  est Directeur de la Recherche de Morningstar France.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar