Après les ventes, l'action LVMH est-elle à acheter, à vendre ou à conserver ?

Les actions du géant du luxe ont augmenté après la publication des résultats du premier trimestre, malgré un ralentissement de la croissance des ventes.

Jelena Sokolova 22.04.2024
Facebook Twitter LinkedIn

MC

Les actions de LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton (MC) ont augmenté de 4 % après la publication des résultats du premier trimestre 2024 le mardi 16 avril.

Principaux indicateurs Morningstar pour LVMH

- Estimation de la juste valeur: €670.00

- Note Morningstar: ★★

- Note de rempart concurrentiel : marge

- Note d'incertitude : moyen

Les enseignements de Morningstar sur les ventes du 1er trimestre de LVMH

LVMH se négocie toujours à 26 fois ses bénéfices, avec une croissance ralentie à un chiffre (bien que le premier trimestre soit le plus difficile du point de vue de la base de comparaison) et une possible pression sur les marges (forte croissance dans les segments à faible marge - cosmétiques et distribution sélective).

Comme nous l'avions prévu, le cluster chinois reste un point positif avec une croissance globale de 10% dans la mode et le cuir (cela devrait être une bonne lecture pour Richemont et Swatch, qui sont les plus exposés au cluster chinois). Tant les consommateurs exigeants que les consommateurs aisés augmentent leurs dépenses, contrairement à l'Occident où les consommateurs exigeants restent sous pression (ce qui correspond également à nos attentes).

Les grandes marques ont tendance à surperformer en période de ralentissement, de sorte qu'un ralentissement de LVMH serait exacerbé dans les marques plus petites, en particulier celles qui luttent pour se redresser (par exemple Ferragamo, Burberry). Ceci est probablement déjà reflété dans le consensus.

La croissance de 2 % de la division mode et cuir est due aux prix (qui restent inférieurs à l'inflation), mais les prix ne devraient pas beaucoup contribuer à la performance à court terme.

Nous voyons une meilleure valeur dans Richemont (large fossé, forte exposition à la clientèle chinoise), Swatch (forte exposition à la clientèle chinoise, moindre influence des marques bas de gamme, valorisation attrayante) et Kering(une histoire à long terme de redressement de la marque, possibilité d'acheter de manière attrayante en cas de faiblesse).

L'action LVMH reste surévaluée

Nous maintenons notre estimation de juste valeur de €670 pour LVMH, la société ayant fait état d'un ralentissement attendu des tendances de croissance au premier trimestre. Nous estimons que les actions sont légèrement surévaluées aux niveaux actuels.

Le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 3 % en monnaies locales (et a baissé en raison d'un effet de change défavorable de 4 %). Les ventes de sa division la plus rentable et la plus importante, la mode et la maroquinerie, ont progressé de 2 %. Les ventes ont été plus fortes que la baisse d'environ 10 % annoncée par Kering dans un avertissement sur les bénéfices au début du mois, mais elles montrent toujours une nette décélération par rapport à la croissance à un chiffre élevée des deux derniers trimestres. Ce n'est pas une surprise étant donné la base de comparaison très difficile de l'année dernière, qui affichait une croissance de 17 % pour le groupe et de 18 % pour la mode et la maroquinerie.

La base de comparaison devient plus facile au second semestre. Conformément à nos attentes, l'affaiblissement de la demande a été le fait des consommateurs des marchés développés - les consommateurs moins fortunés et moins exigeants ont été particulièrement touchés, les ventes aux Européens, aux Américains et aux Japonais dans le secteur de la mode et de la maroquinerie étant légèrement négatives, dans le prolongement des tendances amorcées au troisième trimestre de l'année dernière. Conformément à nos attentes, la demande chinoise a été un point positif, les ventes aux ressortissants chinois ayant augmenté d'environ 10 % et les dépenses à l'étranger s'étant accrues. Nous avons précédemment affirmé que la demande chinoise avait un potentiel de hausse refoulé, tandis que la demande des consommateurs occidentaux devrait se détacher de ses sommets post-pandémiques. Il est intéressant de noter que la direction a fait état d'une forte demande de la part des consommateurs chinois aisés et ambitieux.

La croissance du chiffre d'affaires de la mode et de la maroquinerie a été tirée par les prix, le mix et les volumes s'étant largement compensés. Dans l'ensemble, la direction ne s'attend pas à ce que les prix soient un facteur important de performance dans un avenir proche.

Dans les segments, les vins et spiritueux ont été les plus faibles, avec une baisse organique de 12 %. Les parfums et cosmétiques ont enregistré de bonnes performances, en hausse de 7 %, tout comme la distribution sélective, avec une forte performance de Sephora, en hausse de 11 %. La croissance de la division des montres et des bijoux a été modérée, avec une meilleure performance de Bulgari, qui a une plus grande exposition à la clientèle chinoise. Néanmoins, la faiblesse de Tiffany a été tirée vers le bas par la faible performance du consommateur américain exigeant. Les divisions à plus faible marge ont connu une croissance plus forte, ce qui devrait avoir un impact négatif sur la rentabilité du groupe.

 

© Morningstar, 2024 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Lvmh Moet Hennessy Louis Vuitton SE756,20 EUR0,83Rating

A propos de l'auteur

Jelena Sokolova  est analyste actions chez Morningstar.