Résultats annuels de LVMH : à quoi s'attendre ?

Le premier groupe mondial de luxe devrait continuer à surperformer le marché du luxe.

Jocelyn Jovène 19.01.2024
Facebook Twitter LinkedIn

MC

Crédit photo: AP

LVMH publiera ses résultats annuels le 25 janvier après la clôture du marché. En tant que plus grand groupe de luxe au monde, ses commentaires sur l'état du marché du luxe, en particulier en Europe, aux États-Unis et en Chine, seront suivis de près. Comme d'habitude, la société ne dira pas grand-chose sur ses perspectives.

Lors de la publication de son chiffre d'affaires du troisième trimestre, LVMH a décrit ses perspectives dans les termes suivants : "Dans un environnement économique et géopolitique incertain, le Groupe est confiant dans la poursuite de sa croissance et poursuivra une stratégie centrée sur le renforcement continu de la désirabilité de ses marques, en s'appuyant sur l'authenticité et la qualité de ses produits, l'excellence de sa distribution et la réactivité de son organisation."

On peut anticiper un commentaire similaire pour 2024.

À quoi faut-il s'attendre ?

Après un premier semestre 2023 solide, où les ventes ont progressé de 17% en données comparables, la croissance du chiffre d'affaires a fortement ralenti au cours du troisième trimestre, à +9%. Au quatrième trimestre, le consensus prévoit un chiffre d'affaires total de 23,62 milliards d'euros, soit une croissance organique de 8,6 %.

La division Mode & Maroquinerie, qui abrite notamment Louis Vuitton et Christion Dior et qui a été le principal moteur de la croissance et des bénéfices pendant de nombreuses années, a également vu sa croissance ralentir.

Au dernier trimestre 2023, les analystes s'attendent à ce que la division progresse de 9 % à périmètre constant. Certains analystes sont plus optimistes que d'autres, voyant la croissance réaccélérer, en partie grâce à une base de comparaison plus facile en Chine.

Pour l'ensemble de l'année, LVMH devrait réaliser des ventes totales de 85,74 milliards d'euros, un bénéfice opérationnel de 22,49 milliards d'euros et un résultat net de 15,70 milliards d'euros (contre 79,18 milliards d'euros, 21,06 milliards d'euros et 14,08 milliards d'euros en 2022 respectivement), selon le consensus Factset.

Estimation de la juste valeur de LVMH

Jelena Sokolova, analyste chez Morningstar, a récemment relevé son estimation de la juste valeur de LVMH de 640 € à 670 € par action, afin d'intégrer la valeur temporelle de l'argent « compensée par des attentes légèrement plus pessimistes pour les ventes et les bénéfices de 2023 ».

« Nous nous attendons à ce que la marque Louis Vuitton croisse 3% plus vite que la maroquinerie de luxe soutenue par un budget marketing surdimensionné, la reconnaissance de la marque et le pricing power », écrit-elle dans un rapport daté du 8 janvier. En 2023, la division mode et maroquinerie devrait croître de 7% et dégager une marge opérationnelle de 40%, contre 20% et 40,6% respectivement en 2022.

Principales mesures Morningstar pour LVMH

Estimation de la juste valeur : 670€

Cours actuel : 661€

Cote Morningstar : ★★★

Cote Morningstar pour le fossé économique : Large

Note d'incertitude Morningstar : Moyenne

Quel rythme de croissance en termes de croissance et de profitabilité ?

Après des années de croissance à deux chiffres, le ralentissement du marché du luxe et la prudence accrue des consommateurs aux Etats-Unis et en Europe ont pesé sur l'élan de nombreuses sociétés de luxe, à quelques exceptions près comme Hermès.

Une question importante pour LVMH est de savoir quelle est la nouvelle « normalité » en termes de croissance organique et de marges bénéficiaires à l'avenir.

Les prix devraient contribuer à alimenter une certaine croissance et à protéger les marges, et la société devrait être en mesure de continuer à bénéficier de son mix d'activités favorable en Mode et Maroquinerie, grâce à ses investissements continus dans le marketing et dans les canaux de vente au détail.

Cependant, malgré une base de comparaison un peu plus facile au quatrième trimestre 2022 (principalement en raison des mesures de confinement en Chine), les analystes ne s'attendent pas à une ré-accélération de la croissance.

Cela s'est traduit par une compression des multiples de valorisation, qui sont passés d'un pic de 27,6 fois les bénéfices attendus en avril 2023, lorsque l'action a atteint un niveau record de 901 euros, à 21,3 fois actuellement.

LVMH - Évaluation du rempart concurrentiel

(Les éléments qui suivent sont extraits de la dernière note d'analyse publiée par Morningstar en date du 8 janvier 2024)

Nous pensons que le portefeuille de marques de premier plan de LVMH, qui couvre plusieurs secteurs, lui permettra de générer des bénéfices économiques pendant de nombreuses années.

LVMH obtient un score élevé pour la plupart de nos critères de soutien aux actifs incorporels liés aux marques.

La plupart des marques du portefeuille de LVMH ont au moins 100 ans. La marque phare Louis Vuitton est l'une des marques de luxe les plus connues et les plus reconnues, avec une forte part de marché (deux fois plus importante que celle de ses concurrents dans le domaine de la maroquinerie, selon Euromonitor) et un solide historique de pouvoir de fixation des prix.

Elle réalise environ trois quarts de son chiffre d'affaires avec ses sacs emblématiques et des pourcentages à deux chiffres dans les accessoires, où les cycles des produits sont longs (ce qui réduit les risques liés aux produits et à la mode et encourage les gens à dépenser plus pour un produit qu'ils utiliseront plus longtemps), et où l'échelle permet de générer des marges très attrayantes (généralement supérieures à 40 %).

Les acheteurs récurrents représentent environ la moitié du chiffre d'affaires de Louis Vuitton, ce qui réduit quelque peu la cyclicité du chiffre d'affaires.

Le portefeuille de marques horlogères de LVMH est composé de marques de milieu et de haut de gamme, avec des prix moyens de 2 000 euros et plus.

LVMH occupe également une position forte dans la bijouterie de marque avec les marques Bulgari et Tiffany, qui figurent parmi les principaux acteurs du secteur, où nous considérons que les barrières à l'entrée sont plus élevées que pour les autres produits de luxe, en raison de la valeur élevée attachée aux matières premières, de la faible disponibilité pour communiquer sur la marque, de la demande de cadeaux plus soutenue et de la nécessité d'une assurance qualité sur le haut de gamme.

Dans le domaine des parfums et des cosmétiques, LVMH détient environ 10 % du marché mondial, avec un fort héritage dans les parfums (notamment Christian Dior et Guerlain).

Dans le secteur des vins et spiritueux, LVMH détient des parts de marché de premier plan dans des créneaux attrayants et prestigieux. Il détient plus de 20 % du marché mondial et 30 % du marché à l'exportation des champagnes avec des marques telles que Moet & Chandon, Dom Perignon et Ruinart, et il occupe une position de leader mondial incontesté (la moitié du marché) dans le domaine des cognacs avec Hennessy.

Risques et incertitudes

Nous attribuons à LVMH une note Morningstar d'incertitude moyenne. La croissance des produits de luxe au cours des 15 dernières années a été alimentée par la demande des marchés émergents liée au développement économique de la Chine. Cela rend la croissance de l'industrie vulnérable à la future croissance structurelle et cyclique dans cette région.

La croissance récente de la marque Louis Vuitton a été spectaculaire (doublement du chiffre d'affaires entre 2018 et 2022, d'environ 10 milliards d'euros à environ 20 milliards d'euros) et plus rapide que son rythme historique, grâce à un environnement de demande cyclique favorable, aux investissements de la marque, à la fixation des prix et à la forte dynamique de la marque.

Le ralentissement de la demande de produits de luxe en général et un cycle de mode défavorable pourraient limiter davantage la croissance de la marque sur une base de comparaison de plus en plus difficile.

Le ralentissement de la demande des clients européens et américains, qui ont dépensé des sommes record pour le luxe dans les années qui ont suivi COVID-19, a été favorisé par les économies réalisées grâce au renoncement aux dépenses d'expérience, à la solidité des marchés d'actifs et aux chèques de paiement aux États-Unis.

Bien que le bilan global de l'entreprise en matière de fusions et d'acquisitions soit plutôt positif, il subsiste, à notre avis, un risque de surpayer ou de mal choisir la cible. Les acquisitions peuvent également entraîner le groupe dans des domaines moins favorables et plus compétitifs.

Une grande partie des coûts de production et d'administration est en euros, alors que près de 80 % des revenus sont facturés dans d'autres devises. En outre, compte tenu de la transparence des prix à l'échelle mondiale rendue possible par Internet, il est devenu plus difficile d'ajuster les prix en fonction des fluctuations monétaires.

Si LVMH a toujours été en mesure de répercuter les augmentations de coûts liées aux devises sur les consommateurs, cela pourrait s'avérer plus difficile dans une situation de demande plus faible.

 

© Morningstar, 2024 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Lvmh Moet Hennessy Louis Vuitton SE711,40 EUR-2,75Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.