Richemont : la croissance reste solide, mais ralentit

Les devises pèsent. Nous maintenons notre estimation de juste valeur.

Jelena Sokolova 14.11.2023
Facebook Twitter LinkedIn

CFR

Crédit photo: AP

Nous maintenons notre estimation de juste valeur de 154 francs suisses (CHF) pour Richemont (« Wide Moat »), car la société a annoncé une croissance solide, mais en ralentissement, au deuxième trimestre de son exercice fiscal.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 12 % à taux de change constants, ce qui se situe dans la fourchette supérieure des concurrents du luxe qui ont déjà publié leurs chiffres de ventes (seulement en dessous de 15,6 % pour Hermes et 15 % pour Hugo Boss), mais en-dessous des 19 % affiché au cours du premier trimestre.

Dans l'ensemble, Richemont a confirmé la tendance au ralentissement de la croissance de l'industrie du luxe, tandis qu'un affaiblissement de la marge a été perçu négativement par le marché, faisant chuter les actions de 7 %.

Nous pensons que les actions semblent bon marché sur la base de nos hypothèses d’une croissance des revenus à long terme de 6 % et d’une certaine expansion des marges.

Nous considérons la faiblesse cyclique comme une opportunité de développer une participation dans ce titre de très haute qualité.

Les maisons de joaillerie, dont Cartier et Van Cleef&Arpels, ont mené la croissance avec une croissance de 16 % à taux de change constants (la plus élevée jusqu'à présent parmi leurs pairs du luxe), tandis que la division horlogère spécialisée était à la traîne avec une croissance de 3 % à taux de change constants.

Au niveau régional, la croissance en Asie a été la plus forte avec 23 % à taux de change constants, confirmant notre opinion selon laquelle l’exposition plus élevée de Richemont à ce marché par rapport à l’industrie est bénéfique.

Les ventes dans les Amériques sont restées modérées, en hausse de 1 % (en baisse de 2 % au premier trimestre) et les ventes aux consommateurs américains ont augmenté d'un chiffre dans le bas de la fourchette.

Les ventes en Europe ont augmenté de 5 % avec une forte croissance de 7 % des ventes aux clients européens, une performance plus résiliente que celle de certains pairs, par exemple LVMH, qui a connu une baisse dans ce groupe de clients.

La demande touristique en Europe a été plus faible, en partie à cause de la force des devises.

Les ventes aux consommateurs chinois ont augmenté de 23 % sur un an au cours du trimestre et de 48 % par rapport aux niveaux prépandémiques, avec davantage de consommateurs voyageant, principalement en Asie.

La marge opérationnelle a été pénalisée par des taux de change défavorables et une augmentation des coûts de magasin de la division horlogère spécialisée, entrainant un repli de 210 points de base (augmentation de 90 points de base à taux de change constants).

Le commerce de détail représente 57% de la division horlogère spécialisée de Richemont et une bonne surveillance des stocks devrait lui permettre d'atténuer le risque de surcapacité en cas de nouveau ralentissement de la demande.

La collaboration numérique avec Farfetch et la vente d'une participation dans Yoox Net-a-Porter Group à Farfetch progressent comme prévu et devraient permettre à Richemont de mieux contrôler ses données clients.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Compagnie Financiere Richemont SA Class A138,05 CHF-1,15Rating

A propos de l'auteur

Jelena Sokolova  est analyste actions chez Morningstar.