LVMH, leader mondial du luxe incontesté

Le groupe dispose d’un vaste portefeuille de marques, la Mode & Maroquinerie restant prépondérante dans ses résultats.

Jelena Sokolova 28.03.2023
Facebook Twitter LinkedIn

lvmh

Crédit photo: AP

LVMH (« Wide Moat ») est le premier groupe mondial de luxe.

Il exploite six segments : la mode et la maroquinerie, son plus grand et le plus ancien ; montres et bijoux; vins et spiritueux; parfums et cosmétiques; la distribution sélective (dont Sephora et le duty free d'aéroport DFS) ; et autres (y compris l'édition).

Les marques les plus connues incluent Louis Vuitton, Bulgari, Fendi, Givenchy, Tag Heuer, Hennessy, Moet & Chandon, Glenmorangie, Sephora et Benefit.

LVMH exploitait 5664 magasins dans le monde fin 2022. L’entreprise a son siège social à Paris.

Thèse d’investissement

Nous pensons qu'un portefeuille de marques leaders fortes dans plusieurs niches du luxe accorde à LVMH un rempart concurrentiel étendu qui devrait lui permettre de générer des bénéfices économiques à long terme.

Dans la mode et la maroquinerie (74% du résultat d’exploitation en 2022), les actifs immatériels de LVMH sont adossés à la marque Louis Vuitton, plus que centenaire et mondialement reconnue, avec des cycles de produits longs et une distribution entièrement maîtrisée, ainsi qu’autres marques encore emblématiques, dont Christian Dior, Chloé, Céline, Fendi ou encore Loro Piana.

Dans les vins et spiritueux (10 % du résultat), LVMH bénéficie de fortes parts de marché et d'une notoriété de marque sur des niches de marché emblématiques.

Les marques sont bien implantées dans les chaînes d'approvisionnement des distributeurs et jouissent d'un pouvoir de négociation avec les fournisseurs grâce à leur taille.

Les longs cycles de production et les besoins élevés en stocks de champagnes et de cognacs, ainsi que la limitation de l'offre en raison de la disponibilité des terres, créent des barrières pour les nouveaux entrants.

Dans les autres métiers, le groupe est moins présent, mais possède toujours plusieurs marques fortes, telles que Dior et Guerlain dans les parfums et Tag Heuer, Hublot, Bulgari, Tiffany, ou Chaumet dans l’horlogerie-joaillerie.

Les marques de LVMH ont un bon historique de croissance, ayant pris des parts de marché à leurs concurrents dans la plupart des secteurs d'activité tout en maintenant une rentabilité solide.

Nous prévoyons que LVMH continuera de générer une croissance organique de 6 % à 7 % à moyen terme, tirée par l'augmentation de la richesse et des revenus à l'échelle mondiale, et qu'elle bénéficiera d'une croissance plus élevée pour ses marques de portefeuille plus petites.

Juste valeur inchangée

Nous maintenons notre estimation de juste valeur de 590 euros par action.

Le groupe de luxe a publié fin janvier des résultats annuels conformes à nos estimations (chiffre d'affaires légèrement supérieur et résultat opérationnel légèrement inférieur à nos estimations).

La croissance organique a été conforme à nos prévisions avec une progression de 17 %, la plus forte performance (20 % en organique contre 22 % dans nos modèles) revenant à la division Mode et maroquinerie, la plus importante et la plus rentable, menée par les marques Louis Vuitton et Dior.

Louis Vuitton a dépassé les 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2022, contre environ 18 milliards d'euros que nous estimions pour la marque en 2021.

Les autres divisions réalisent une faible croissance organique à deux chiffres et la distribution sélective progresse de 17 %, grâce à Sephora.

Il y a eu un net ralentissement de la croissance au quatrième trimestre, passant de 20 % sur les neuf premiers mois à 9 % en organique en raison d’une base de comparaison difficile et des confinements en Chine.

Comme ses pairs, tels que Burberry (« Narrow Moat »), Compagnie Financière Richemont (« Wide Moat ») et Swatch Group (« Narrow Moat »), LVMH a connu un « bon départ » en Chine en janvier, alors que les fermetures se sont assouplies.

Il y a eu des pressions sur les marges dans toutes les divisions au cours du second semestre de l'année, à l'exception de la division Montres et joaillerie, ce qui n'a entraîné aucun levier opérationnel pour l'année malgré une forte croissance du chiffre d'affaires.

La direction l'a attribué à une décision d'augmenter son budget marketing de 30% par rapport à l'année précédente, à une performance plus faible qu'attendu en Chine au cours du second semestre, et au confinement des canaux de vente parallèles dans les Parfums et cosmétiques (baisse de marge de 180 points de base pour le année pour cette division).

Nous continuons de considérer la modération de la demande sur les marchés développés sur une base de comparaison très difficile comme un risque pour le groupe et l'industrie, tandis qu'une reprise de la demande en Chine pourrait offrir une nouvelle période de croissance cette année.

Les actions sont chères aux niveaux actuels.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Burberry Group PLC1 280,50 GBX-1,80Rating
Compagnie Financiere Richemont SA Class A137,45 CHF-0,11Rating
Lvmh Moet Hennessy Louis Vuitton SE844,70 EUR-0,64Rating
The Swatch Group AG Bearer Shares209,00 CHF-0,10Rating

A propos de l'auteur

Jelena Sokolova  est analyste actions chez Morningstar.