Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Netflix porté par une solide croissance des abonnés

Le retrait de Reed Hastings pourrait être un problème pour la gouvernance.

Neil Macker 23.01.2023
Facebook Twitter LinkedIn

netflix

Netflix (« Narrow Moat ») a poursuivi son rebond après un premier semestre faible, terminant 2022 sur le gain net de 7,66 millions d'abonnés, dépassant les prévisions de 4,5 millions.

La société prévoit de déployer ses efforts pour lutter contre le partage de mots de passe au premier trimestre alors qu'elle recherche d'autres initiatives pour faire croître son chiffre d’affaires.

Bien que Netflix n'ait fourni aucun détail, nous nous attendons à ce que son plan ressemble globalement aux tests effectués en Amérique latine.

Netflix a ainsi offert aux abonnés la possibilité d'ajouter des utilisateurs supplémentaires moyennant des frais à peu près égaux à 20 % du coût du forfait, ce qui implique environ 3 USD par mois aux États-Unis.

Bien que nous pensions que cette stratégie devrait augmenter les revenus, nous ne voyons pas comment cette tactique fera progresser de manière significative le nombre des nouveaux abonnés et pensons que cela pourrait faire croître le taux de désabonnement.

Nous avons relevé notre estimation de juste valeur de 290 à 315 dollars ($) pour tenir compte de cette nouvelle approche, compensé par une croissance légèrement plus lente des abonnés internationaux.

Changement de dirigeant

Le quatrième trimestre a également été marqué par un changement de direction majeur pour Netflix.

Le PDG de longue date Reed Hastings est devenu président du conseil d'administration. Le directeur des opérations Greg Peters a été promu au poste de co-DG avec l'actuel co-DG Ted Sarandos.

Malgré le changement de titres, nous nous attendons à ce que Hastings reste fortement impliqué dans la stratégie à long terme de Netflix, alors que l'entreprise tente de se développer davantage à l'international et d'éviter la concurrence croissante des acteurs des médias traditionnels et des nouveaux médias.

Gouvernance problématique

Nous sommes un peu perplexes quant au besoin de deux co-PDG, car nous pensions que la raison d'élever Sarandos au poste de co-PDG en 2020 était de lui donner l'expérience nécessaire pour diriger l'entreprise.

Nous ne connaissons aucun média ou autre grande entreprise qui réussisse avec deux paires de mains égales au volant.

Bien que le conseil d'administration n'ait peut-être pas voulu perdre Peters, cette solution n'est pas susceptible de garder les deux co-PDG chez Netflix.

Croissance des abonnés

Netflix a terminé le trimestre avec 230,7 millions d'abonnés payants dans le monde, contre 223,6 millions au dernier trimestre et 221,9 millions il y a un an.

Les quatre régions ont enregistré une croissance de la clientèle au cours du trimestre.

Comme indiqué précédemment, la société ne fournit plus d'indications spécifiques sur les gains nets d'abonnés, mais continuera d'offrir des indications sur le chiffre d'affaires, le résultat d'exploitation et le résultat net.

Netflix s'attend à des « gains nets positifs modestes » au premier trimestre par rapport à une perte d’abonnés au cours du premier trimestre 2022.

Impact des devises

L’effet défavorable des taux de change ont continué de peser sur les revenus, qui ont augmenté de 2 % (10 % hors effet de change) pour atteindre 7,9 milliards de dollars, ce qui correspond à peu près à notre estimation.

Les revenus aux États-Unis et au Canada ont augmenté de 9 % d'une année sur l'autre, le revenu moyen par unité, ou ARPU, ayant bondi de 10 % pour atteindre 16,23 $ en raison de la hausse des prix de 2022.

L'entreprise a ajouté 0,9 million de nouveaux clients nets UCAN, mais la région a tout de même perdu 0,9 million d'utilisateurs nets en 2022.

Au cours des 24 derniers mois, Netflix a ajouté un peu moins de 360 000 abonnés dans sa région de loin la plus rentable.

Compte tenu de la forte pénétration aux États-Unis et de la concurrence accrue, nous prévoyons que le gain d'abonnés sera difficile, faisant des augmentations de prix annuelles le principal levier pour stimuler la croissance des revenus aux États-Unis.

Publicité

La direction a fourni un minimum de données concrètes sur les premiers mois des plans de support publicitaire qui ont été lancés dans 12 pays, dont les États-Unis.

Bien que l'entreprise semble satisfaite des progrès, nous nous serions attendus à ce que Netflix offre des données plus concrètes si les nouveaux plans dépassaient les attentes. .

Ce manque de données et les rumeurs sur la sous-performance des mesures publicitaires par rapport aux promesses de l'entreprise nous amènent à conclure que la nouvelle offre n'a pas encore trouvé son public.

Nous pensons que cela continuera d'être le cas jusqu'à ce que l'entreprise ajoute des prix plus élevés financés par la publicité tout en restant en-dessous des abonnements standard et premium.

L’Europe sous pression

La deuxième région de l'entreprise en termes de revenus et désormais la plus importante en termes d'abonnés, l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, ou EMEA, a enregistré une baisse de revenus de 7 %, toujours en avance sur notre estimation d'une baisse de 8 %.

La baisse était due en partie à la perte du marché russe ainsi qu'à une baisse de 10% de l'ARPU par rapport à l'euro plus faible.

Les ajouts nets de 3,2 millions ont été les plus élevés de toutes les régions au quatrième trimestre, et Netflix compte désormais 76,7 millions d'abonnés EMEA contre 74,5 millions il y a un an.

Bien que nous nous attendions à ce que la région continue d'accroître son avance sur UCAN en termes d'abonnés, nous prévoyons que les frais supplémentaires pourraient inhiber la croissance dans certains des marchés les plus émergents d'Europe de l'Est et d'Afrique.

L'Asie-Pacifique en repli

Le chiffre d'affaires en Asie-Pacifique, moteur de croissance tant vanté de l'entreprise, a chuté de 2% par rapport à il y a un an.

L'ARPU a chuté de 17 %, ou de 4 % à taux de change constant, ce qui implique que les nouveaux abonnés ont été orientés pour le troisième trimestre consécutif vers les marchés émergents comme l'Inde et l'Indonésie au lieu des marchés plus établis comme la Corée du Sud.

Nous prévoyons que l'APRU devrait encore baisser si l'entreprise veut concurrencer Disney (« Wide Moat ») et Amazon Wide Moat »)  qui sont bien en avance en Inde.

Fin septembre, Disney + Hotstar comptait 61,3 millions d'abonnés, principalement en Inde, bien au-dessus des 38,0 millions d'abonnés dans toute l'Asie-Pacifique pour Netflix en décembre.

Les prix en Inde pour Netflix restent bien au-dessus de ses concurrents à 499 INR par mois pour le plan standard contre 299 INR par mois ou 1 499 INR par an pour Disney + Hotstar premium avec streaming 4K.

Sur une base annuelle, Netflix facture environ 4 fois plus que Disney pour un forfait avec moins de contenu local et aucun blockbuster majeur d'Hollywood.

Alors que nous nous attendons à ce que Disney augmente ses prix, les plans actuels de Netflix lui laissent une marge pour demeurer bien en-dessous de son concurrent en matière de streaming.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Amazon.com Inc102,24 USD0,00Rating
Netflix Inc360,77 USD0,00Rating
The Walt Disney Co109,54 USD0,00Rating

A propos de l'auteur

Neil Macker  est analystes actions chez Morningstar.