Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Crise du gaz en Europe : l’hiver est en retard

Les prix ont chuté et le marché regarde au-delà de l'hiver à venir.

Valerio Baselli 18.11.2022
Facebook Twitter LinkedIn

gas terminal

Une météo plus clémente que la normale a retardé le début de la saison hivernale et des besoins de chauffage, conduisant à un recul des prix du gaz à 98 euros (€) par mégawattheure, contre 205 € il y a seulement trois mois.

Cela suscite un optimisme prudent pour traverser l'hiver qui s'annonce.

Nous y arriverons probablement

Alors que la plupart des États membres de l'UE disposent d'installations de stockage de gaz sur leur territoire, les deux tiers de la capacité totale sont situés dans seulement cinq pays : l'Allemagne, l'Italie, la France, les Pays-Bas et l'Autriche.

En vertu de la nouvelle réglementation, les pays qui ne disposent pas d'installations de stockage devraient stocker 15 % de leur consommation nationale annuelle de gaz dans des stocks situés dans d'autres États membres, et auront ainsi accès aux réserves de gaz stockées dans d'autres États membres.

Ce mécanisme renforce la sécurité des approvisionnements en gaz de l'UE tout en partageant la charge financière du remplissage des capacités de stockage.

Les États membres disposant de capacités de stockage plus faibles collaboreront avec ceux qui possèdent des installations plus importantes afin de sécuriser leurs réserves.

« Même en considérant qu'il n'y a pas de flux en provenance de Russie, nous devrions pouvoir passer l'hiver ; du moins en supposant que les importations actuelles des Pays-Bas et de Norvège ne soient pas détournées vers l'Europe centrale et que l'hiver ne s'avère pas extrêmement rigoureux », déclare Maurizio Mazziero, analyste financier et expert en matières premières, à propos de la situation de l'Italie, par exemple.

Prudence pour 2023

Les données de l'UE montrent que le principal fournisseur de gaz au premier semestre était la Norvège avec 23 % des approvisionnements - soit environ 50 % des volumes de gaz intérieurs européens - suivie de l'Algérie avec 11 %.

Le déficit de gaz russe a été principalement compensé par une forte augmentation des importations de gaz naturel liquéfié (GNL), notamment en provenance des États-Unis, qui sont devenus au passage le plus gros exportateur de GNL.

S'exprimant lors de l'exposition et de la conférence internationales sur le pétrole d'Abu Dhabi la semaine dernière, Claudio Descalzi, PDG d'ENI, a déclaré que la baisse des prix du gaz en Europe ces derniers mois pourrait ne pas durer : le réapprovisionnement pour l'hiver prochain sera beaucoup plus difficile.

« En 2023, il y aura de gros problèmes car il n'y aura pas de gaz russe. Dans ce contexte, par exemple, il sera essentiel pour l'Italie de doubler le flux de gaz en provenance d'Algérie. »

Il est également probable que nous verrons le GNL américain continuer à se diriger vers l'Europe, mais cela n'exclut pas d'autres goulots d'étranglement dans l'approvisionnement dans un avenir proche.

Les clients européens devront attendre quelques années pour que des approvisionnements supplémentaires deviennent disponibles, simplement parce que l'infrastructure a besoin de temps pour se mettre en place.

Qu’attendre ?

Alors que les prix du TTF sont à environ un tiers de leur pic d'août, l'élan à la hausse est revenu.

Et ce, malgré le temps doux, les niveaux de stockage élevés et les discussions politiques de l'UE à la recherche de nouvelles mesures pour atténuer les prix élevés de l'énergie.

« Nous pensons que le marché regarde maintenant au-delà du doux mois d'octobre jusqu'à l'hiver à venir et une situation d'offre encore très serrée qui pourrait l'être davantage », note Christopher Louney, stratège en matières premières chez RBC Capital Markets.

« Alors que la plupart estiment que l'Europe passera cet hiver, il sera probablement douloureux et le coût économique des prix élevés du gaz pour l'UE ne doit pas être sous-estimé. À tout le moins, le déséquilibre actuel du gaz naturel et les problèmes de demande ne disparaissent pas avant l'hiver prochain, et cela pourrait être encore plus difficile d'année en année si le stockage est difficile à remplir. »

Comme Nord Stream 1 devrait rester hors ligne après les explosions de septembre, l'Europe devra dépendre fortement des importations mondiales de GNL pour ses besoins énergétiques immédiats.

« La concurrence pour le GNL avait été intense cet été alors que les pays du monde entier se préparaient pour l'hiver, ce qui entraînait un risque supplémentaire de hausse du prix du GNL », estime Shikha Chaturvedi, responsable de la stratégie mondiale pour le gaz naturel et le GNL chez J.P. Morgan.

Risque de pénurie

À l'avenir, la pénurie d'énergie devrait persister tout au long de 2023.

« Même si le marché du gaz naturel du nord-ouest de l'Europe sort de la saison de prélèvement d'hiver avec 35 % de stockage, cela ne change rien au fait que l'Europe aura probablement du mal à trouver suffisamment de nouveaux approvisionnements pour atteindre 90% de remplissage d'ici octobre 2023 », affirme le stratège.

Selon J.P. Morgan, le prix du TTF devrait atteindre 165 €/MWh au premier trimestre 2023, 150 € au deuxième trimestre, 175 € au troisième et 190 € au dernier trimestre de l'année prochaine.

« Alors que nous nous attendons à ce que les prix restent élevés au second semestre 2023 en raison de la pénétration croissante de l'Europe sur le marché mondial spot du GNL pour l'approvisionnement, nous prévoyons également que dans des conditions hivernales normales cette saison, le prix devrait en moyenne être inférieur à ce qui est actuellement reflété par la courbe des prix des futures », indique Chaturvedi.

L’abandon difficile du TTF

Selon l'UE, un afflux massif de GNL et les difficultés d'approvisionnement des gazoducs russes signifient que le TTF ne reflète plus l'offre et la demande sur les marchés internationaux du gaz.

Dans cette optique, le bloc prévoit de créer une nouvelle référence basée sur les transactions pour le gaz importé.

Cette nouvelle référence vise à mieux refléter les approvisionnements en GNL grâce à l'utilisation d'un administrateur qui recueille les données de transactions, plutôt que de baser les prix sur les seules transactions réelles.

Le plan est si controversé que même un membre du personnel de l'agence européenne ACER - l'organisation chargée de construire la nouvelle référence – a récemment publiquement exprimé des doutes.

Dans une interview avec le Financial Times, le responsable de l'analyse des données de marché d'ACER, Iztok Zlatar, a déclaré que "c'est une tâche exigeante sur le plan opérationnel", car de nombreux accords de GNL sont sur mesure et négociés en privé, et qu'ACER "ne peut pas dire" si la nouvelle référence serait acceptée par le marché.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste sénior chez Morningstar.