Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Pourquoi Credit Suisse est sous pression?

Les actions de la banque suisse sont sous pression. Mais Johann Scholtz, analyste chez Morningstar, la banque est bien capitalisée. Une faillite est peu probable.

James Gard 04.10.2022
Facebook Twitter LinkedIn

CSGN

Maintenant que les marchés sont plus à l'aise avec les plans budgétaires du Royaume-Uni, la banque suisse Credit Suisse est le dernier foyer d'inquiétude des investisseurs.

L’action Credit Suisse a connu une séance très volatile, plongeant à l'ouverture sur les marchés européens le premier jour de Bourse d'octobre.

La banque basée à Zurich, qui remonte à 1856, a perdu près de 58% de sa valeur cette année alors que les inquiétudes grandissent quant à sa viabilité financière.

Elle a pris des mesures pour rassurer les parties prenantes externes et le personnel sur sa position.

Ulrich Koerner a dit aux employés la semaine dernière d'ignorer la récente faiblesse du cours de l'action et de se concentrer sur « sa solide base de capital et sa position de liquidité ».

L’analyse de Morningstar

L'analyste Johann Scholtz, qui suit le secteur bancaire en Europe chez Morningstar,  ne pense pas que le Credit Suisse risque de faire faillite et certains segments du marché s'emballent.

Une émission de titres est probable, et cela pourrait entraîner une réduction de la juste valeur de Morningstar de CHF10 (les actions cotent actuellement CHF4).

«Certains commentateurs ont évoqué la possibilité d'un effondrement à la Lehman Brothers. Sur la base de ce que nous savons actuellement, nous pensons que cela est peu probable », écrit-il dans une note publiée le 3 octobre.

Il estime toutefois que la levée de capitaux pourrait être nécessaire pour répondre aux craintes des bailleurs de fonds de gros.

« Il peut sembler incongru que nous n'ayons pas d'inquiétudes quant à la solvabilité de Credit Suisse, mais nous lui demandons de lever des capitaux. Cependant, les banques restent plus exposées au sentiment que d'autres entreprises moins endettées, et les nombreuses défaillances récentes de la gestion des risques du Credit Suisse ont inspiré très peu de confiance. »

« Les bailleurs de fonds de gros exigent clairement une plus grande réserve de fonds propres de la part de Credit Suisse, qu'ils considèrent à juste titre comme l'une des banques européennes les plus exposées au risque de dégradation de sa note de crédit. »

Scholtz pense que Credit Suisse risque d'être déclassé par les agences de notation, sa dette n'étant que deux crans au-dessus du statut de la catégorie « spéculative ». Toutes les agences ont une perspective négative sur la note de crédit de Credit Suisse.

CDS revisité

Les investisseurs n'ont pas été aussi enthousiasmés par les swaps sur défaillance de crédit (CDS) depuis la crise de la dette de la zone euro, qui a atteint son apogée il y a 10 ans.

Les CDS de Credit Suisse ont atteint des niveaux records lundi, reflétant le risque perçu de la banque suisse.

Les réseaux sociaux ont rapidement repris les messages de Reddit sur la position précaire de la banque, qui a naturellement attiré les vendeurs à découvert et les spéculateurs.

Les adeptes des banques européennes connaissent le sentiment quasi permanent d'anxiété et de crise - les actions de Deutsche Bank ont été très volatiles ces dernières années et sont en baisse de 41 % cette année.

En 2022, les marchés sont fragiles, de sorte que les catastrophes d'entreprise sont facilement anticipées et amplifiées sur Twitter et les babillards électroniques.

Que sont les CDS ? Essentiellement, ce sont des instruments dérivés qui agissent comme des contrats d'assurance contre le défaut d’une entreprise ou d’un Etat souverain - plus le CDS est élevé, plus le risque est élevé et plus il est cher à l'achat.

Ils peuvent être achetés en tant qu'instruments à court et à long terme.

Revue stratégique

Credit Suisse a lancé une revue stratégique et fournira plus de détails lors de ses résultats du troisième trimestre le 27 octobre.

En quoi consiste cette revue ? Principalement en de possibles ventes d'actifs, d'unités peu performantes, une réduction des coûts via des suppressions d'emplois et ce que la banque décrit comme une « transformation numérique à l'échelle de l'entreprise ».

L'accent est mis sur la banque d'investissement, qui pourrait être scindée et restructurée en une activité « capital light » destinée aux clients du conseil et des marchés.

Comme pour la crise financière de 2008-2009, certains investisseurs craignent que les problèmes de Credit Suisse ne soient la preuve d'un risque de contagion parmi les banques européennes.

Mais les banques sont mieux capitalisées qu'avant la crise financière de 2008, avec des ratios de fonds propres plus élevés, et la hausse des taux d'intérêt augmente la rentabilité des prêts dans le secteur.

La société réalise également des revenus en francs suisses, l'une des devises les plus performantes au monde cette année, à l'exception du dollar américain.

Reprise de paiement de dividendes

Les dividendes ont été brièvement suspendus dans le secteur bancaire européen sous la pression des autorités réglementaires pendant la crise de Covid, mais les banques européennes ont depuis rétabli les paiements à tous les niveaux.

En ce qui concerne le rival le plus proche et le plus grand du Credit Suisse, UBS, ses actions se sont affaiblies depuis septembre mais ne baissent que de 12% en 2022 et ont augmenté de 1% lundi sur une journée.

Alors que l’action Credit Suisse a chuté lundi matin, elle a fini la séance boursière de lundi relativement stable – et affichait un gain de 5% dans les échanges ce mardi matin.

Pourtant, la semaine dernière, le Comité européen du risque systémique a déclaré que le continent faisait face à des risques pour sa stabilité financière en raison de l'impact de l'invasion russe de l'Ukraine et de la récession imminente.

Les indicateurs financiers européens, tels que les indices des directeurs d'achat et les données sur l'emploi, suggèrent que le bloc montre plus de signes de tension qu'aux États-Unis.

L'euro a franchi le seuil de 1 dollar en septembre pour atteindre des creux de plusieurs décennies.

Agitation interne

L'agence de notation DBRS Morningstar affirme que les défis externes tels que la guerre, l'inflation et la hausse des taux d'intérêt se heurtent à des problèmes internes tels que les changements de leadership.

Thomas Gottstein a démissionné cet été de son poste de directeur général (PDG) et son successeur, Ulrich Koerner, a pris ses fonctions le 1er août 2022.

L'ancien président Antonio Horta-Osorio, ancien directeur général de Lloyds Banking Group, a démissionné début 2022 après avoir enfreint les règles de quarantaine.

La société a également été associée à divers scandales, notamment Archegos et Greensill Capital.

Le Credit Suisse et ses clients ont été touchés financièrement par leurs liens avec Archegos Capital Management, un family office dont le fondateur a été inculpé de fraude.

« Alors que certaines banques et entreprises pourraient bénéficier d'une forte volatilité du marché, DBRS Morningstar estime que pour Credit Suisse, les défis sont exacerbés par les divers changements de direction en peu de temps, parallèlement aux défis de définir et d'exécuter une stratégie claire, en particulier dans son activité de banque d’investissement », ont écrit ses analystes le 28 septembre.

« La stabilité de la direction est un facteur clé pour la réputation de toute organisation, car une direction solide doit être en mesure de concevoir et d'exécuter une stratégie cohérente qui préserve la valeur de la franchise et compte sur le soutien des actionnaires et des investisseurs ».

DBRS Morningstar note le Credit Suisse à A (bas) avec une tendance négative.

« Le niveau A (faible) est soutenu par la bonne position du capital du Groupe et tient compte du fait que le Groupe a pris des mesures pour améliorer la gestion des risques, y compris plusieurs changements de direction et réduit les risques grâce à la sortie de certaines activités de banque d'investissement. Cependant, la tendance négative reflète que l'impact total sur la réputation et la franchise des lacunes en matière de gestion des risques pourrait se traduire par une baisse des volumes d'activité. »

DBRS Morningstar a déclaré qu'il surveillait les développements de la banque qui pourraient affecter sa position de crédit à l'avenir.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Credit Suisse Group AG2,90 CHF-3,59Rating
Deutsche Bank AG10,21 EUR0,04Rating
Lloyds Banking Group PLC46,33 GBX1,11Rating
UBS Group AG17,35 CHF0,32Rating

A propos de l'auteur

James Gard  est éditorialiste chez Morningstar UK.