Alstom, le grand bond en avant

Le rachat de l’activité ferroviaire de Bombardier fait sens du point de vue stratégique.

Joachim Kotze 18.02.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Alstom a annoncé lundi le rachat des activités ferroviaires du canadien Bombardier pour une somme comprise entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros.

L’opération, si elle est autorisée par les autorités de la concurrence, donnera naissance à un groupe de 15,5 milliards d’euros et disposant d’un carnet de commandes de 75 milliards d’euros sur une base pro forma.

Cette transaction fait sens d’un point de vue stratégique.

Elle est une source de complémentarité sur le plan géographique, en particulier en Europe du Nord, où Alstom n’avait pas la taille critique.

Cette opération devrait permettre au groupe de faire face à la concurrence du chinois CRRC.

L’opération valorise l’activité de Bombardier à 15,8x le résultat opérationnel ajusté de 2019 (380 millions d’euros), soit en-deçà du multiple de valorisation d’Alstom (18x).

La transaction sera financée par une augmentation de capital de 5 milliards d’euros, le complément venant de la dette. Le gros de cette augmentation sera souscrit par la Caisse de dépôt et placement du Québec (2,6-2,8 milliards d'apport en capital) et l'appel au marché devrait représenter 2 milliards d'euros.

Après la fusion, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) détiendra 18% d’Alstom (contre 32,5% de Bombardier actuellement).

Nous pensons que l’opération se fait sur des multiples de valorisation raisonnables et sera une source de création de valeur sur le long terme pour les actionnaires d’Alstom.

Le gros des synergies, évaluées à 400 millions d’euros, viendra de l’amélioration des achats et de la consolidation des efforts de R&D.

La rentabilité de Bombardier était pénalisée par des contrats à problème, produisant une marge opérationnelle de 5%, très inférieure à la moyenne de long terme (8%), et offre donc un potentiel d’amélioration significatif.

Nous pensons que le risque réglementaire est bien plus faible que dans le cas de la fusion avortée entre Alstom et Siemens l’an dernier. Le principal handicap de cette opération était notamment le risque de position dominante dans l’activité de signalisation, ce qui n’est pas le cas ici.

Les doublons géographiques sont limités et la transaction devrait être finalisée au cours du premier semestre 2021.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Alstom SA23,93 EUR2,05Rating
Bombardier Inc1,19 CAD-4,80
Bombardier Inc A1,41 CAD-5,37
Siemens AG113,62 EUR-2,47Rating

A propos de l'auteur

Joachim Kotze  est analyste actions chez Morningstar.