Bienvenue sur le nouveau site morningstar.fr! Apprenez-en davantage sur les changements et les nouvelles fonctionnalités qui vous conduiront à votre réussite financière. X

Qu’est-ce qu’un dividende ?

Rémunération de l’actionnaire, le dividende est sur longue période un élément important de la performance d’une action.

Jocelyn Jovène 21.10.2019

A l’image du coupon qui est le « revenu » perçu par le détenteur d’une obligation, le dividende est le « revenu » du détenteur d’une action. C'est la rémunération en argent sonnant et trébuchant de l'actionnaire.

Il y a toutefois une différence de taille entre coupon et dividende. Si l’entreprise peut difficilement déroger au paiement du coupon (à moins qu’elle ne connaisse de sérieuses difficultés financières), l’actionnaire n’a aucune garantie de percevoir un dividende.

Cette décision relève du conseil d’administration, représentant des intérêts de l'ensemble des actionnaires, qui soumet une proposition votée lors de l’assemblée générale.

D’où vient le dividende ?

Cette somme d’argent qu’une entreprise verse à ses actionnaires provient des profits dégagés par l’entreprise. Comprendre quelle est la capacité bénéficiaire d’une entreprise est donc très important avant d’investir dans le titre d’une société cotée. Tous les ans, lorsque l’entreprise dégage un bénéfice net, elle peut soit l’accumuler pour le réinvestir dans ses actifs, soit en distribuer tout ou partie à ses actionnaires.

Les fonds propres de la société vont donc augmenter du montant des profits engrangés moins le dividende versé (on suppose que l’entreprise ne lance pas d’augmentation de capital ou qu’elle ne rachète pas ses titres).

Une entreprise peut même s’endetter pour payer son dividende, mais cette logique peut vite rencontrer une limite (un excès d’endettement peut mettre en difficulté de l’entreprise dont le bilan deviendrait trop fragile).

Il va de soi qu’une entreprise qui perd de l’argent devra ponctionner dans ses réserves pour maintenir un niveau de dividende. Elle peut aussi (et souvent) réduire le montant du dividende.

Une remarque importante: l'actionnaire ne s'enrichit pas en "touchant le dividende". En effet, il ne s'agit que d'un transfert de richesse, puisque l'argent est retiré des fonds propres de l'entreprise.

Le dividende est d'ailleurs "détaché" d'un titre. Si le cours de Bourse d'une entreprise est de 10 euros, et qu'elle verse un dividende de 1 euro par action, au jour du détachement du dividende, l'action ne cotera plus que 9 euros. Un euro est allé dans la poche de l'actionnaire, mais la valeur de son action a diminué d'autant. 

La critique souvent faite aux actionnaires qui s'enrichissent sur le dos des salariés ou de l'Etat n'est pas totalement fondée. Cela peut en effet être vrai quand on a affaire à des dirigeants d'entreprises malhonnêtes et qui privilégient leur rémunération au détriment des autres parties prenantes. 

Mais de manière générale, le dividende n'est que la forme de rémunération d'une des parties prenantes à la vie de l'entreprise. Son développement doit le plus souvent profiter à l'ensemble des parties prenantes, salariés, fournisseurs, clients...

Et c'est bien la capacité d'une entreprise à répondre aux besoins de l'ensemble de ces parties prenantes qui se traduit par une meilleure appréciation de son cours de Bourse.

« Payout »

Le rapport entre le dividende par action et le bénéfice par action est le « taux de distribution » (ou « payout » en anglais). Certains secteurs sont réputés offrir un « payout » significatif (cas des services collectifs, des télécommunications), d’autres ne versent peu voire pas de dividende (technologie, biotechnologie).

Mais là encore, la santé financière de l’entreprise (génération de trésorerie, situation bilantielle) sont des éléments importants qui détermine le taux de distribution.

Autres formes de rémunération

L’actionnaire peut être « rémunéré » d’autres manières. La plus en vogue lorsque les taux d’intérêt sont faibles est le rachat d’actions. Au lieu de se réjouir sans réfléchir, l’actionnaire doit alors se demander si l’entreprise a l’intelligence de racheter ses titres lorsque ces derniers sont réellement sous-évalués ou si elle ne prend pas de telles précautions dans sa politique de rachat de titres.

L’histoire montre que certaines entreprises ont le talent pour racheter leurs titres lorsqu’ils sont au plus haut puis à en émettre de nouveaux lorsque le cours de Bourse est au plus bas. Voilà la meilleure recette pour détruire de la valeur actionnariale et une bonne preuve d’un manque de culture financière de base.

L’actionnaire peut aussi être rémunéré en titres. L’entreprise peut en effet lui proposer de payer son dividende en actions. Elle peut également proposer des attributions d’actions gratuites, certaines de ces distributions pouvant être attachées à une durée de détention minimale des actions.

Valorisation

Sans rentrer dans le détail des modèles de valorisation, il est important de savoir en revanche que sur longue période, les dividendes sont le premier facteur expliquant la performance des actions.

C'est d'ailleurs une thématique d'investissement qui peut produire des résultats satisfaisants sur longue période.

Rendement du dividende des actions européennes et rendement 10 ans des obligations en zone euro

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar