J.P.Morgan: la Fed devrait agir en septembre

La Fed n'a pas envoyé d'éléments nouveaux qui permettent d'envisager un report de sa décision de relever ses taux.

Facebook Twitter LinkedIn

Cet article fait partie de la série "Perspective", qui regroupe des contributions externes. Le texte suivant a été rédigé par Michael Hood, membre des équipes de gestion de J.P.Morgan Asset Management. 

Une hausse de taux en septembre par la Réserve fédérale reste d’actualité, mais de justesse. Malgré la diffusion de son communiqué habituel actualisé, la mise à jour d’un ensemble de prévisions économiques et de taux d’intérêt ainsi que la conférence de presse de sa présidente Janet Yellen, la réunion du FOMC (Comité de politique monétaire) du mois de juin n’a apporté que peu d’informations nouvelles aux investisseurs. Le marché obligataire américain semble avoir considéré la communication d’ensemble de la banque centrale comme marginalement accommodante. Tout en n’étant pas en profond désaccord avec cette position, nous avons également identifié des éléments de fermeté et, d’une manière générale, nous ne disposons pas d’éléments suffisants pour remettre en cause notre position selon laquelle la première hausse de taux interviendrait en septembre.

Nous avions estimé que le Comité pourrait indiquer de manière plus nette son intention de bouger prochainement, peut-être en dévoilant dans sa déclaration une inflexion dans le pilotage de ses anticipations. Au lieu de cela, la partie « prévisions » du communiqué n’a pas du tout évolué et le FOMC a révisé à la hausse, mais moins fortement que nous l’avions anticipé, son évaluation de la croissance et des tendances inflationnistes. Cependant, les “dots” (projections des participants sur l’évolution des taux directeurs) ont évolué à la baisse : en partie du fait que les membres qui avaient précédemment envisagé de multiples hausses en 2015 n’en anticipent plus désormais que deux, mais aussi parce que certains participants ont rejoint le camp des tenants “d’un seul relèvement” alors qu’ils en anticipaient deux auparavant.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

J.P.Morgan Asset Management  J.P.Morgan Asset Management est une filiale de J.P.Morgan.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar