LVMH : quand la croissance ralentit

LVMH dispose du plus important portefeuille de marques de luxe, mais sa croissance et sa taille pourrait constituer un handicap, estime Paul Swinand, de Morningstar.

Paul Swinand 08.10.2013
Facebook Twitter LinkedIn

LVMH affiche un portefeuille de marques haut de gamme, lesquelles bénéficient d’un pouvoir de négociation (« pricing power ») élevé. Cela assure au groupe une marge opérationnelle d’environ 20% et des retours sur capital investi autour de 15%, voire supérieur si l’on exclut les écarts d’acquisition. La plupart des marques détenues par LVMH sont solides et existent pour certaines depuis plusieurs décennies, justifiant l’attribution d’un avantage concurrentiel étendu (« wide moat ») à la société.

Nous pensons que l’internationalisation et l’innovation continueront d’être des moteurs de croissance pour LVMH. L’ouverture de magasins en Chine a ralenti, mais les spiritueux, les marchés émergents d’Amérique du Sud, et des marchés naissants comme la distribution sélective peuvent compenser cet élément défavorable.

L’activité du groupe en Chine a néanmoins réussi à afficher des taux de croissance organique plutôt décents malgré les inquiétudes sur la situation économique du pays, lequel croît, certes à un rythme moins rapide. Nous pensons que l’industrie du luxe dans le pays devrait continuer à se développer, mais les attentes des investisseurs risquent d’être trop élevées, alors que nous anticipons pour notre part une croissance à un chiffre dans le pays pour LVMH.

Ajoutons que le portefeuille d’emplacements pour les magasins du groupe sont un actif stratégique et font partie intégrante de la construction de son avantage concurrentiel. La direction du groupe a bougé relativement tôt pour être positionnée dans les plus grandes villes, qui sont importantes en termes de prestige et d’expérience des clients. Elle a en outre limité l’expansion du groupe dans les villes de taille plus réduite, ce qui devrait préserver la rentabilité des capitaux investis.

LVMH est un acteur dominant dans l’industrie du luxe. Sa taille pourrait toutefois devenir son ennemi, car l’acquisition de marques additionnelles pourrait créer une situation de concurrence entre marques détenues par le groupe. En outre, le groupe pourrait trouver de plus en plus difficile de maintenir la créativité et l’exclusivité de marques ayant déjà acquis une taille significative et qui sont déjà largement distribuées.

Finalement, il est difficile d’être le meilleur dans tant de domaines d’activité durant de longues périodes car des nouvelles marques sont continuellement créées et que les goûts, la mode évoluent sans cesse.

Le succès du groupe repose néanmoins sur la capacité à générer des synergies et à gérer et partage les nouvelles idées entre marques, mais à notre avis, ces succès passés ne sont pas une garantie que cette stratégie peut continuer à fonctionner au fur et à mesure que le groupe croît.

Le titre LVMH est noté 3 étoiles avec un avantage concurrentiel étendu (« wide moat »). Sa juste valeur est de 136 euros.

Pour aller plus loin

L'ensemble des analyses sur LVMH sont disponibles sur Select, le site de la recherche actions et crédit de Morningstar.

MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton SE711,40 EUR-2,75Rating

A propos de l'auteur

Paul Swinand  Paul Swinand is an equity analyst on the Consumer Team.