Collecte : sorties de capitaux dans les produits de taux

Les décollectes ont atteint une ampleur significative en juin, les fonds à revenu fixe ayant souffert de la remontée des taux.

Ali Masarwah 05.08.2013

La nervosité des investisseurs est montée d'un cran avec les déclarations de la Fed sur la fin de sa politique d'assouplissement quantitatif. Cela s'est traduit par un mouvement de décollecte massif - plus de 31 milliards d'euros - qui a principalement affecté les produits à revenu fixe, mais également les fonds investis en actions. Cette situation a profité à la marge à certains fonds d'allocation et à la gestion alternative.

Voici les principales conclusions ressortant des statistiques de la collecte européenne compilées par Morningstar: 

  • Les fonds à revenu fixe ont subi une décollecte de 30 milliards d'euros sur le mois de juin;
  • Les fonds investis en actions ont subi une sortie de capitaux de 9,5 milliards d'euros, soit le mouvement le plus important depuis mai 2012;
  • Les fonds d'allocation et alternatifs ont recueilli respectivement 7,3 milliards d'euros et 2,7 milliards d'euros;
  • Le haut rendement et la dette émergente ont été les catégories les plus touchées; 
  • Les fonds alternatifs multistratégies ont enregistré 1,6 milliard d'euros de collecte nette en juin, le fonds Standard Life Global Absolute Return Strategies (GARS) continuant un très beau parcours de collecte;
  • Les fonds d'allocation restent demandés par les investisseurs, dans une logique de laisser au gérant le soin d'arbitrer entre obligations et actions;
  • PIMCO a été affecté par la remontée des taux, avec une décollecte de 4,05 milliards d'euros sur le mois de juin. Depuis le début de l'année, le fonds affiche toujours une collecte nette de 10,87 milliards d'euros;
  • AllianceBersntein subit 3,59 milliards de décollecte, une grande partie de son succès commercial depuis le début de l'année ayant porté sur le haut rendement - catégorie très affectée par la remontée des taux;
  • Pictet et BlueBay ont également subi des pertes de capitaux, plus limitées toutefois.

 

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Ali Masarwah

Ali Masarwah  est le rédacteur en chef de Morningstar Allemagne.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar