En 2014, la gestion active a cédé du terrain aux gérants passifs

Les fonds d'allocation ont atteint de nouveaux plus hauts et les fonds obligataires ont profité d'une demande solide.

Ali Masarwah 09.02.2015

La page de 2014 s'est refermée et l'examen des entrées de capitaux dans les fonds ouverts montre que les investisseurs ont investi un montant record de 401,11 milliards d'euros dans les fonds domiciliés en Europe l'an dernier. Il s'agit des plus importantes entrées de flux jamais enregistrées au cours d'une année civile depuis que Morningstar a commencé à recueillir ce type de données à l'échelle sectorielle en 2007.

En 2014, le niveau des entrées de capitaux a largement dépassé la demande rencontrée par les fonds ouverts en 2013, année durant laquelle les flux entrants avaient déjà battu un record, à 258,76 milliards d'euros. Les fonds de long terme se sont taillé la part du lion (364,36 milliards d'euros). Les actifs des fonds de long terme ont également atteint un plus-haut historique, à 5 680 milliards d'euros.

A l'exception des fonds de matières premières, toutes les catégories ont enregistré des entrées de capitaux positives en 2014, qui restera probablement dans l'histoire comme l'année des fonds d'allocation. Les fonds d'actif mixte ont attiré 136,19 milliards d'euros nets, soit davantage que toute autre catégorie, et ont battu leur record de ventes nettes sur une année civile. Les fonds obligataires ont eux aussi rencontré une solide demande, leurs entrées nets de capitaux se montant à 123,52 milliards d'euros, soit quasiment le double de 2013.

Les fonds alternatifs ont poursuivi eux aussi leur croissance. Ces produits, qui s'inscrivent pour la plupart dans le cadre de la réglementation OPCVM et recourent à des techniques de gestion comparables à celles des hedge funds, ont également enregistré des entrées de flux record (43,49 milliards d'euros).

Malgré une vague de décollectes en décembre, les fonds de marché monétaire ont profité de leur statut de valeur refuge et fait l'objet de 36,76 milliards nets d'entrées de capitaux en 2014, en dépit des perspectives de rendement nominal nul et de rendement réel négatif.

Les fonds d'actions, en revanche, n'ont connu qu'une faible demande : à 44,77 milliards d'euros, elle correspond à moins de la moitié de celle de 2013. Cette baisse reflète assurément l'aversion des investisseurs pour la volatilité des marchés d'actions, qui a été à l'origine de lourdes pertes, à maintes reprises, au cours des années passées. Une analyse plus approfondie de nos données laisse apparaître un phénomène important : Tandis que les entrées de flux dans les fonds d'actions gérés de manière active ont fortement chuté, à 23,49 milliards d'euros, la demande de fonds indiciels (hors ETF) a augmenté, les flux entrants s'établissant à 21,28 milliards d'euros, contre 15,76 milliards d'euros en 2013.

Cet écart transparaît dans le taux de croissance organique, qui prend les entrées de flux comme seule source de croissance des actifs. Si le taux de croissance des fonds d'actions indiciels s'est établi à 10,45 % en 2014, celui des fonds d'actions gérés de manière active n'a guère atteint que 1,28 %.

Cette tendance s'observe également dans le segment obligataire du marché. Les fonds obligataires indiciels ouverts ont enregistré 11,58 milliards d'euros d'entrées de capitaux en 2014, soit un taux de croissance de 22,7 %. Cependant, la croissance organique des fonds obligataires gérés de manière active a tout de même atteint 7,2 %, une progression correcte par rapport à l'atonie des fonds d'actions activement gérés.

Globalement , les fonds indiciels ont fait l'objet de 34,46 milliards d'euros d'entrées de flux, contre 329,92 milliards d'euros pour les fonds gérés de manière active. De ce fait, les fonds indiciels ouverts affichent un taux de croissance de 13,2 %, contre 7,3 % pour les fonds activement gérés.

La croissance des fonds indiciels a toutefois été variable. La demande la plus forte a été observée au Royaume-Uni et en Suisse, deux pays où le conseil financier donnant lieu à des rétrocessions de commissions est en recul.

Source: Morningstar.

 

L'étude de l'évolution des flux en 2014 sur la base des catégories de fonds de Morningstar révèle que la catégorie « autre allocation » a connu les entrées de capitaux les plus élevées. Les fonds d'allocation prudente en euros axés sur les actifs libellés en euros ont enregistré 22,14 milliards d'euros nets de flux entrants.

Les principaux bénéficiaires ont été Santander, Invesco et DNCA, tandis que ETHENEA, Union Investment et KBC ont connu les entrées de flux les plus importants dans la catégorie plus diversifiée de l'allocation mondiale prudente en euros, qui a attiré 12,77 milliards d'euros nets. Cette évolution souligne que les investisseurs européens tendent à opter pour une approche prudente lorsqu'ils panachent actions et obligations.

La demande de fonds obligataires diversifiés en euros est restée dynamique durant la majeure partie de l'année, tandis que les fonds d'obligations d'entreprises en euros ont manifestement bénéficié des ventes massives de fonds d'obligations à haut rendement en dollars au second semestre 2014.

Source: Morningstar.

L'examen des catégories les moins performantes met avant tout en lumière les dégagements considérables subis par le marché américain du haut rendement depuis l'été 2014. Les fonds d'obligations à haut rendement en dollars ont perdu 9,45 milliards d'euros, l'essentiel des rachats étant intervenu en juillet et en décembre. (Il en est de même pour la catégorie du haut rendement mondial, dominée par l'offre américaine).

Les sorties de capitaux subies par les fonds obligataires diversifiés en dollars s'expliquent de la même manière qu'en 2013 : la décollecte du fonds vedette de PIMCO, à savoir PIMCO GIS Total Return, a de nouveau été le seul moteur des rachats enregistrés par ces fonds. Les sorties de flux régulières se sont transformées en une véritable débâcle lorsque le fondateur de PIMCO, Bil Gross, a quitté la filiale d'Allianz en septembre. Au total, le fonds vedette de PIMCO a perdu 8,19 milliards d'euros d'actifs.

Sans surprise, les fonds garantis ont continué de subir des sorties de capitaux en 2014 et les fonds obligataires à très court terme en euros ont encore fait l'objet de rachats. Ces deux catégories restent pénalisées par de médiocres perspectives de rendement, les taux d'intérêt de la zone euro se situant en territoire négatif tandis que la Banque centrale européenne tente de lutter contre la déflation.

Source: Morningstar.

En termes d'entrées de flux par fournisseurs de fonds, BlackRock arrive en tête pour la deuxième année consécutive, même si sa collecte de 18,47 milliards d'euros ressort bien inférieure à celle de 2013. BlackRock doit son succès à la popularité de ses gammes de fonds d'allocation et d'obligations, l'essentiel des entrées de flux ayant été enregistré par les catégories obligations flexibles en dollars, allocation modérée en dollars et obligations diversifiées en euros. Les fonds indiciels (en dehors des ETF d'iShares), en particulier, ont été très demandés, comptant pour un tiers de l'ensemble des entrées de capitaux de la société de gestion en 2014.

En comparaison, le succès de JPMorgan Asset Management est exclusivement lié à ses fonds ouverts activement gérés, et les entrées de flux se sont réparties à parts égales entre les fonds obligataires, les fonds d'allocation et les fonds d'actions, l'essentiel des nouveaux actifs ayant été absorbés par les catégories allocation mondiale modérée en euros, combinaison d'actions de grandes capitalisations européennes et combinaison d'actions de grandes capitalisations américaines.

Le suisse UBS a été l'un des grands bénéficiaires de l'augmentation massive des entrées de capitaux helvétiques dans des fonds indiciels, les fonds distribués en Suisse ayant attiré 2,77 milliards d'euros. En termes de catégories, les fonds d'obligations à haut rendement en euros d'UBS ont enregistré la plus forte collecte, suivis des fonds d'obligations d'entreprises en dollars et des fonds de grandes capitalisations américaines.

Source: Morningstar.

PIMCO a été lanterne rouge en 2014, le gestionnaire d'actifs ayant subi des sorties de capitaux durant la majeure partie de l'année ; ces flux sortants ont nettement augmenté durant les quatre derniers mois de 2014, après le départ de Bill Gross. Quatre mois après ce départ et la mise en place d'une nouvelle équipe de gestion, l'évolution des flux demeure très volatile chez PIMCO. Après avoir atteint un sommet à 8,65 milliards d'euros en octobre, les sorties de flux ont diminué, à 1,86 milliard d'euros en novembre, avant de remonter à 2,15 milliards d'euros en décembre. Si les fonds PIMCO GIS Total Return Bond et PIMCO GIS Unconstrained Bond ont été affectés dès le départ de Bill Gross, la décollecte, en décembre, s'est concentrée sur les fonds PIMCO GIS Global Investment Grade Bond et PIMCO GIS Emerging Local Bond.

Aberdeen et SKAGEN ont pâti des sorties de capitaux touchant leurs fonds d'actions émergentes, les rachats s'accélérant au cours du quatrième trimestre.

Chez Carmignac, la décollecte s'est essoufflée au dernier trimestre. Son fonds vedette d'allocation, Carmignac Patrimoine, a de fait enregistré une collecte nette, même si celle-ci a été neutralisée par les sorties de capitaux persistantes de son principal fonds d'actions, Carmignac Investissement.

Source: Morningstar.

En ce qui concerne les fonds ouverts européens de premier plan, l'étonnant succès du fonds Optimal Income de M&G ne s'est pas démenti en 2014. Ce fonds d'allocation prudente a attiré davantage encore de capitaux qu'en 2013, avec des entrées de 8,92 milliards d'euros nets. Il s'agit d'un cas à part, dans la mesure où les fonds ouverts européens de M&G ont enregistré une décollecte nette à l'exception d'Optimal Income.

Revendiquant 31,43 milliards d'euros d'actifs, ce dernier témoigne de la confiance inébranlable des investisseurs dans les fonds géants présentant un historique solide. Malgré une performance à long terme encore convaincante (ce fonds bénéficie d'une notation Silver par les analystes Morningstar), les classes de la catégorie distribution couverte en euros ont sous-performé leurs pairs pour la première fois sur une année civile.

Aujourd'hui, deux tiers des actifs du fonds - soit 21,4 milliards d'euros - sont investis dans des classes couvertes en euros et, sur l'ensemble des entrées de capitaux de l'année dernière, près de 7 milliards d'euros ont été le fait d'investisseurs d'Europe continentale.

Noté Silver, le fonds Templeton Global Bond, relégué à la deuxième place en termes d'actifs sous gestion par le fonds M&G Optimal Income en novembre 2014, est repassé en territoire positif en termes de flux au second semestre après avoir subi d'importantes sorties de capitaux durant 12 mois consécutifs. Ces sorties de flux ont fait suite aux ventes massives qui ont frappé les obligations émergentes en 2013.

Carmignac Patrimoine, fonds d'allocation modéré en euros noté Silver, a enregistré des entrées de flux pour le troisième mois consécutif, affichant une surperformance solide de 200 points de base en 2014.

Le fonds AB Global High Yield d'AllianceBernstein a pâti d'importants rachats en 2014, un phénomène qui a été observé dans l'ensemble des catégories de fonds de haut rendement mondial et américain. Cependant, les sorties de capitaux de 670 millions d'euros enregistrées en décembre ont été les plus élevées sur un mois depuis juin 2013.

Pour le seizième mois consécutif, Invesco Perpetual High Income a rencontré des difficultés. Après le départ de Neil Woodford, le gérant de longue date d'Invesco qui a décidé de fonder sa propre société de gestion, ses anciens fonds ont connu des sorties de flux régulières. Une partie de ces flux pourraient s'être réorientés vers le fonds CF Woodford Income, lancé en juin 2014, qui revendique désormais 5,52 milliards d'euros d'actifs. 

Source: Morningstar.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Ali Masarwah

Ali Masarwah  est le rédacteur en chef de Morningstar Allemagne.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar