Warren Buffett : 5 règles pour bien investir

Warren Buffett dispense quelques enseignements utiles aux investisseurs débutants.

Jocelyn Jovène 25.02.2014

Dans quelques jours, Berkshire Hathaway publiera ses résultats annuels. Mais ce que les actionnaires attendent surtout, c’est la lettre que leur adresse chaque année Warren Buffett.

Cette année, le « sage de Omaha » a fait une entorse à la règle en publiant des extraits de sa lettre sur le site du magazine Fortune.

L’édition 2014 s’adresse surtout aux investisseurs « débutants » et recèle de nombreux conseils qui leur seront bien utiles.

C’est aussi l’occasion de revenir sur quelques règles de base que Buffett suit lorsqu’il investit et de rendre à nouveau hommage à son mentor, Benjamin Graham, considéré par beaucoup comme le père de l’analyse financière et de la gestion dite value.

5 principes de base

Au cœur de la lettre se trouvent 5 règles pour bien investir. Nous les reproduisons dans leur version originale, avec quelques passages surlignés par nos soins :

 “You don't need to be an expert in order to achieve satisfactory investment returns. But if you aren't, you must recognize your limitations and follow a course certain to work reasonably well. Keep things simple and don't swing for the fences. When promised quick profits, respond with a quick "no."

Focus on the future productivity of the asset you are considering. If you don't feel comfortable making a rough estimate of the asset's future earnings, just forget it and move on. No one has the ability to evaluate every investment possibility. But omniscience isn't necessary; you only need to understand the actions you undertake.

If you instead focus on the prospective price change of a contemplated purchase, you are speculating. There is nothing improper about that. I know, however, that I am unable to speculate successfully, and I am skeptical of those who claim sustained success at doing so. Half of all coin-flippers will win their first toss; none of those winners has an expectation of profit if he continues to play the game. And the fact that a given asset has appreciated in the recent past is never a reason to buy it.

With my two small investments, I thought only of what the properties would produce and cared not at all about their daily valuations. Games are won by players who focus on the playing field -- not by those whose eyes are glued to the scoreboard. If you can enjoy Saturdays and Sundays without looking at stock prices, give it a try on weekdays.

Forming macro opinions or listening to the macro or market predictions of others is a waste of time. Indeed, it is dangerous because it may blur your vision of the facts that are truly important. (When I hear TV commentators glibly opine on what the market will do next, I am reminded of Mickey Mantle's scathing comment: "You don't know how easy this game is until you get into that broadcasting booth.")”

 

Agir en tant que propriétaire

Le plus important est d’avoir la mentalité d’un propriétaire et de se concentrer sur la qualité d’une entreprise et de sa capacité à générer des résultats sur le moyen terme. Lorsqu’une telle affaire se traite à un prix raisonnable au regard d’estimations prudentes, elle offre une bonne marge de sûreté à l’investisseur.

Et si un investisseur n’a pas les compétences ou le temps pour sélectionner des titres, rassure Buffett, il peut se contenter d’acheter un fonds indiciels/ETF lié à un indice large et diversifié qui lui offrira un rendement satisfaisant sur longue période (c’est d’ailleurs cette stratégie qui est inscrite dans son testament, nous avoue-t-il).

Mais l’investisseur doit aussi reconnaître le bon moment pour investir.

« Le risque, rappelle Buffett, est que l’investir débutant entre en Bourse lorsque celle-ci est en pleine exubérance et qu’il soit déçu par la chute des cours. L’antidote à ce problème de mauvais timing pour un investir consiste à accumuler des actions sur une longue période de temps et de ne jamais vendre lorsque les nouvelles sont mauvaises et que les actions sont très en-deçà de leurs plus hauts. »

L’héritage de Benjamin Graham

L’acquisition du livre de Graham, L’investisseur intelligent (fort heureusement traduit en français), a, affirme Buffett, changé sa vie.

 « Les idées de Ben étaient expliquées de manière logique et d’une façon élégante et facile à comprendre (sans aucune lettre grecque ou une quelconque formule mathématique). Pour moi, les points essentiels ont été rassemblés dans ce qui correspond aux chapitres 8 et 20. »

Ces chapitres font référence l’un aux fluctuations de la Bourse, et comment la volatilité doit être considérée non comme une mesure du risque, mais comme une source d’opportunités. Ce chapitre fait notamment référence à la parabole de « Monsieur le Marché », que Buffett reprend dans sa lettre en faisant référence à un fermier qui annoncerait tous les jours le prix auquel il est prêt à acheter ou vendre ses terres.

Le chapitre 20 est centré sur la marge de sûreté : avec quelle décote un investisseur doit-il considérer l’achat d’un titre pour limiter le risque de perte en capital et pour se protéger contre d’éventuelles erreurs d’estimation de sa valeur intrinsèque.

En conclusion, Buffet observe : « Je ne me rappelle pas combien j’ai payé pour cette copie de L’investisseur intelligent. Quel qu’en soit le coût, il illustre parfaitement cet adage de Graham : le prix est ce que vous payez, la valeur ce que vous obtenez. De tous les investissements que j’ai réalisés, l’achat du livre de Ben a été le meilleur (en dehors de l’achat de mes deux licences de mariage). »

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Morningstar Rating
Berkshire Hathaway Inc B210,50 USD-3,41
Berkshire Hathaway Inc Class A315 970,00 USD-3,29

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est éditorialiste de Morningstar France.