Cinq actions à acheter, et cinq à éviter

Les valeurs que nous préférons au niveau mondial. Et les autres.

Dans l’environnement actuel, trouver des idées d’investissement intéressantes n’est pas une mince affaire. Après la reprise notable des six derniers mois, sur la base de notre univers de 1.800 sociétés analysées au niveau mondial, nous considérons les actions comme étant correctement valorisées. Fin 2011, nous avions identifié trois éléments qui indiquaient que les marchés actions américains devaient connaître une reprise sensible en 2012 : une hausse de la demande en biens de consommation durables, des bilans d’entreprises sains accompagnés de bénéfices en hausse, et des multiples de cours sur bénéfices raisonnables.

Nous continuons à penser que le marché américain profitera des deux premiers points, mais après la stupéfiante reprise du premier trimestre, les valorisations ne sont plus aussi attrayantes qu’elles l’étaient. Non seulement l’ensemble des statistiques le confirment (avec notre univers de couverture s’échangeant à 92 % de sa Fair Value et la plupart des principaux indices mondiaux s’échangeant à des multiples de plus de 10), mais la structure de nos recommandations l’étaye également. Fin 2008, plus de 60 % de notre univers de couverture était composé de valeurs notées cinq étoiles. La situation actuelle a largement évolué et le nombre d’actions notées cinq étoiles est quasiment égal à celui des actions notées une étoile. Étant donné que le marché a moins de potentiel de hausse qu’il y a trois mois, nous ne serions pas surpris de constater davantage de volatilité d’ici la fin de l’année 2012, accompagnée de quelques opportunités d’achat supplémentaires pour les actions.

Avec seulement 62 sociétés se négociant à des niveaux de valorisation de cinq étoiles, les opportunités sont beaucoup plus rares qu’elles ne l’étaient il y a à peine trois mois. Ceci étant, nous en trouvons toujours, en particulier dans les secteurs plus sensibles à la conjoncture économique. Les secteurs des matériaux de base et de l’énergie s’échangent à 87 % de leur Fair Value, en dessous de tout autre secteur. À l’opposé, l’immobilier nous semble survalorisé de plus de 10 %, à 111 % de sa Fair Value. Rappelons que les plus fortes hausses du premier trimestre ont concerné les secteurs des technologies et des services financiers. En y regardant de plus près, il s’avère que les secteurs des matériaux de base et de l’énergie sont véritablement bon marché : les producteurs d’aluminium s’échangent en moyenne à 60 % de leur Fair Value, ceux exposés à l’acier à 63 % et les services et équipements pétroliers et gaziers à 75 %.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

 

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar