Dark pools, le côté obscur de la finance

Ces plateformes d’échange concurrencent les bourses conventionnelles. Leur poids ne cesse de croître, pas toujours dans la transparence...

Valerio Baselli 09.01.2012

Leur nom inspire la crainte, vous savez qu'elles existent, mais vous en entendez parler très peu: elles, ce sont les Dark pools (littéralement «piscines obscures»), c’est à dire des plateformes extérieures aux circuits financiers réglementés. Leur apparition remonte à l'avènement de l'électronique dans la finance, il y a vingt ans, même si leur poids a augmenté énormément au cours des 6 dernières années. La revue britannique The Economist a estimé qu’en Europe 10% des actions échangées passent par les Dark pools, alors qu’en 2005 ce chiffre était de moins de 5%.

Elles ne sont pas toutes égales
«Dark pool est un terme utilisé pour décrire des mécanismes de négociation qui se caractérisée par un manque de transparence», affirme Barbara Alemanni, professeur de finance à l'Université de Gênes et à la School of Management Bocconi de Milan. «Les deux principaux mécanismes sont les suivants: il y a d’une part des intermédiaires financiers qui répondent à des ordres de vente et d'achat qu'ils reçoivent, sans passer par un marché réglementé et à qui fixent eux-memes un prix, d’autre part il y a les segments des marchés boursiers dans lequel les operateurs de Dark pools fournit un filtre passif, avec lequel le prix des titres sont déterminées ailleurs, dans ce cas dans les marchés réglementés. Dans les deux cas, les négociations ne sont pas traçables et se réalisent dans un environnement totalement anonyme ».

Bien sûr, dans le premier cas, il s’agit d’une activité qui a existé  jusqu'en 2007 avant d’être interdite en Europe. Maintenant, elle est autorisée sous certaines conditions. Dans le second cas, cependant, on parle d'une sorte de plateformes indépendantes, fréquentées par les grands investisseurs institutionnels.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar