Sauvetage de la Grèce, le suspense va durer

Eric Chaney, Laurence Devivier et Chantana Sam d’AXA IM décryptent la crise de la dette grecque.

Les avis exprimés dans la rubrique « Perspectives » n'engagent que leurs auteurs. Pour apporter une contribution à cette rubrique, contactez Frédéric Lorenzini, Directeur de la recherche.

Depuis qu’il est devenu clair que la Grèce ne trouverait pas preneurs de ses émissions lorsqu’elle devrait revenir sur les marchés en 2012, il est devenu impérieux pour ses partenaires d’organiser un nouveau plan de financement à moyen terme. La première condition pour y parvenir était que le gouvernement et le Parlement grecs adoptent un nouveau plan de réduction du déficit budgétaire et, point crucial, un plan de ventes d’actifs de grande taille, 50 MdsEUR (23% du PIB sur la base du T1 2011) d’ici 2015. Malgré une forte opposition sociale et un refus de coopération de l’opposition, le plan a été adopté, convaincant ainsi UE et FMI de débloquer les 12Mds de la 5ème tranche du prêt de 110 Mds décidé en mai 2010.

Comme les exigences des diverses parties prenantes, Etats prêteurs et leurs parlements, BCE et porteurs de dette grecque sont encore assez éloignées, la perspective d’un accord de refinancement à partir de 2012 et pour les années suivantes lors du prochain Conseil des ministres des finances de l’UE du 11 juillet, s’éloigne. En théorie, le gouvernement grec pourrait donc se retrouver en cessation de paiement à la prochaine échéance, début octobre, comme les marchés l’avaient un moment craint avant les votes du Parlement. Nous pensons que le drame ne se répétera pas et qu’un compromis sera laborieusement bâti au cours de l’été. Mais il est peu probable qu’il résoudra l’équation de solvabilité à long terme de la Grèce. Mal calibré, il pourrait même en durcir l’impossibilité.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

Morningstar Europe Editor  .

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar