Pouvez-vous faire mieux que l’indice ?

Les indices fondamentaux visent à faire mieux que les indices traditionnels, sans les inconvénients de la gestion active.

Alan Rambaldini, 27.10.2010
Facebook Twitter LinkedIn

Traditionnellement, les performances de la gestion active s’évaluent par rapport à des indices pondérés en fonction de la capitalisation boursière, l’EURO STOXX 50 pour les gestionnaires de portefeuilles européens, ou le FTSE 100 pour les Britanniques par exemple : ces indices représentent au plus près le ‘marché’ et constituent pour les investisseurs la meilleure alternative passive dans cette classe d’actifs. Cette pratique tire son origine de la théorie financière des années 50 et 60, reprise sous les termes génériques de Théorie moderne du portefeuille (TMP)  (de l’anglais Modern Portfolio Theory - MPT) et de Modèle d'évaluation des actifs financiers (MEDAF) (de l’anglais Capital Asset Pricing Model - CAPM). Globalement, la MPT suggère que la diversification apporte à l’investisseur un avantage certain en répartissant le risque associé à chaque titre sur l’ensemble du portefeuille. Le MEDAF, son corollaire, part de l’hypothèse que tous les investisseurs du marché tentent de créer un portefeuille diversifié optimal, et conclut que cette volonté implique que les prix des actions et des obligations soient définis de manière à ce que le portefeuille de marché offre le meilleur compromis entre risque et rentabilité.

Les deux théories supposent que les investisseurs disposent d’indices larges, pondérés selon la capitalisation boursière, qui à ce jour demeurent les principaux outils de la gestion passive et de l’évaluation des performances. Si cette approche a donnée des résultats satisfaisants, les fonds adossés aux indices de capitalisation offrant une alternative économique à la gestion active, certains analystes affirment que les méthodes de pondération désignées collectivement sous le nom d’“indices fondamentaux” pourraient améliorer notablement le couple rendement/risque des indices passifs.

Une stratégie authentiquement passive ou active ?

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

 

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar