Fonds Actions Françaises : un trimestre négatif

Pertes au second trimestre pour les fonds d'actions françaises mais ils ont toutefois mieux résisté que les indices.

Facebook Twitter LinkedIn

L’indice des grandes valeurs françaises a repris le chemin de la baisse au deuxième trimestre. Le CAC 40 dividendes réinvestis a cédé 11,4% sur la période. La moyenne des fonds de la catégorie Actions France Grandes Cap. a battu l’indice de la place parisienne, concédant une perte de 9,4%. La remontée du niveau de liquidités dans les portefeuilles (7% en moyenne au début du trimestre) a permis d’amortir la baisse. Le climat de défiance par rapport à l’endettement public en Europe a été très néfaste pour les valeurs financières qui ont toutes accusées de lourdes pertes. Crédit Agricole (-29,9%), Société Générale (-25,8%) et BNP Paribas (-18,6%) comptent parmi les plus mauvaises performances de l’indice CAC 40. Les valeurs de rendement (Veolia, -19,9% ; GDF Suez, -15,5% ; EDF, -20,7% ; France Télécom, -14,9%) n’ont pas été plus résistantes au cours de ce trimestre dans un contexte d’incertitude sur l’évolution des taux d’intérêt. Ce sont les actions du secteur de la consommation qui ont finalement tiré leur épingle du jeu. Les titres Pernod Ricard, Danone, LVMH et L’Oréal finissent le trimestre avec des progressions de cours de 1 à 5%. Les petites et moyennes capitalisations de la cote française se sont inscrites en retrait mais dans une moindre mesure. Les indices CAC Small 90 et CAC Mid 100 affichent des pertes respectives de 6,1% et 6,8%. Dans la continuité du premier trimestre, la moyenne des fonds de la catégorie Actions France Petites et Moyennes Cap a surperformé les fonds de grandes capitalisations. La performance de la catégorie ressort à -4,9% sur ce deuxième trimestre. Depuis le début de l’année, la catégorie affiche une performance positive de 1,1% contre -7,6% pour la catégorie Grandes Capitalisations.

Au sein de la catégorie Actions France Grandes Capitalisations, les fonds très exposés au secteur financier ont, sans surprise, connu un trimestre difficile. Les fonds Dexia L Equities France et SG Actions France, qui affichent une nette surpondération sur les financières, figurent parmi les moins performants sur ces trois derniers mois. Le pari fort du gérant de Moneta Multi Caps (noté Elite) sur les bancaires n’a pas été payant mais le fonds limite sa perte relative à la catégorie (-10,4% contre -9,4%) grâce à une exposition significative du portefeuille aux petites et moyennes capitalisations. Les fonds Centifolia (Elite) et Tricolore Rendement (Supérieur), qui possèdent une exposition quasi nulle aux financières, ont offert des performances proches de la moyenne de la catégorie (-9,5% et -9,2% respectivement). Leurs portefeuilles défensifs, exposés notamment aux valeurs de rendement dans les services publics et les télécoms, ne leur ont pas permis de se démarquer des concurrents. En revanche, le fonds Uni-Hoche (Supérieur) compte parmi les grands gagnants du trimestre. Les positions du gérant sur les valeurs de consommation, associées à une faible exposition aux financières, ont conduit le fonds dans le premier percentile de la catégorie qui concède néanmoins une perte de 5%. 

Au sein de la catégorie Actions France Petites et Moyennes Capitalisations, le fonds Objectif Small Caps France (noté Standard) termine à la première place avec une performance positive de 3,2%. Ce très bon résultat s’explique par la performance spectaculaire sur le trimestre de la première position du fonds (Sperian, +89,4%) et par le positionnement du portefeuille sur les plus petites capitalisations du marché. La focalisation sur les plus petites valeurs a de la même façon contribué à la bonne tenue de Palatine France Mid Cap, également noté Standard (-4,5%, 45ème percentile). En revanche, le fonds KBL Richelieu France (Inférieur) a souffert de la présence en portefeuille de grandes capitalisations, dont quelques financières (-7,8%, 86ème percentile).

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Mathieu Caquineau, CFA

Mathieu Caquineau, CFA  Analyste fonds senior, Morningstar France

© Copyright 2021 Morningstar, Inc. Tous droits réservés.

Termes & Conditions        Vie privée