Elior flambe en Bourse, le redressement promis par Derichebourg se concrétisant

La restructuration d'Elior, menée tambour battant par le spécialiste du recyclage Derichebourg, porte ses fruits et le marché apprécie.

Agefi/Dow Jones 16.05.2024
Facebook Twitter LinkedIn

elior

PARIS (Agefi-Dow Jones)--La restructuration d'Elior, menée tambour battant par le spécialiste du recyclage Derichebourg, porte ses fruits et le marché apprécie. Le titre du spécialiste de la restauration collective flambe en Bourse jeudi, alors que le groupe a relevé son objectif de rentabilité pour l'exercice qui s'achèvera fin septembre et publié des résultats semestriels supérieurs aux attentes des analystes.

A 11h35, l'action Elior bondissait de 24% à 3,79 euros, entraînant dans son sillage son premier actionnaire, Derichebourg qui s'adjugeait 8,2% à 4,90 euros.

Elior vise pour l'exercice en cours une marge de résultat opérationnel courant retraité (Ebita) ajusté "d'au minimum 2,5%", au lieu "d'environ 2,5%" précédemment. Le groupe a par ailleurs confirmé viser une croissance organique de son chiffre d'affaires comprise entre 4% et 5% pour l'ensemble de l'exercice en cours.

"Le groupe a dévoilé une excellente publication semestrielle. Elior a pris de l'avance sur son plan de redressement", commente TP Icap Midcap. "Ces résultats encourageants et la révision à la hausse de l'objectif d'Ebita témoignent des progrès significatifs opérationnels d'Elior, qui devraient se poursuivre au cours des prochains mois", renchérit Oddo BHF.

Sorti lourdement endetté de la crise sanitaire, Elior a été repris en avril dernier par le spécialiste du recyclage Derichebourg, qui lui a apporté sa filiale spécialisée dans les services, Derichebourg Multiservices (DMS). Moins de 12 mois après, le redressement promis par le nouveau PDG d'Elior, Daniel Derichebourg, se concrétise.

Au prix de coupes budgétaires drastiques, de l'abandon des contrats les moins rentables et grâce aux synergies liées au rapprochement avec DMS, Elior a renoué avec les bénéfices au premier semestre. Sur la période allant d'octobre 2023 à mars 2024, Elior a dégagé un bénéfice net d'un million d'euros, à comparer à une perte de 23 millions d'euros un an plus tôt.

L'Ebita ajusté a atteint 100 millions d'euros, après 41 millions d'euros au premier semestre 2022-2023. La marge d'Ebita ajusté s'est améliorée de 150 points de base, à 3,2%. Le consensus s'établissait à 2,8%, souligne Oddo BHF, qui tablait de son côté sur une marge de 3%.

Le chiffre d'affaires semestriel est ressorti à 3,12 milliards d'euros, en hausse de 26% en données publiées et de 5,9% en données organiques, soit hors effets de change et de périmètre.

Le cash rentre et la dette diminue

Le groupe a par ailleurs annoncé une nette amélioration de son flux de trésorerie au premier semestre, à 169 millions d'euros, contre un flux négatif de 15 millions d'euros au premier semestre 2022-2023.

En conséquence, Elior a pu poursuivre son désendettement, avec une dette nette de 1,26 milliard d'euros au 31 mars 2024, contre 1,39 milliard d'euros un an plus tôt. Le ratio de levier d'endettement, mesuré par le rapport entre la dette nette et l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté, s'établissait ainsi au 31 mars 2024 à 4,1, soit en deçà du covenant fixé par les créanciers du groupe, qui le limite à 5,25.

Elior continue d'anticiper un ratio de levier d'endettement autour de 4 pour l'ensemble de l'exercice 2023-2024 et inférieur à 3 au 30 septembre 2026.

"Les efforts intenses déployés commencent à payer et se poursuivront avec constance et méthode. Cela me donne toute confiance en notre capacité à poursuivre le chemin d'une croissance rentable et durable", a indiqué le PDG d'Elior, Daniel Derichebourg, cité dans le communiqué.

"Compte tenu des erreurs stratégiques et opérationnelles accumulées par l'ancienne direction, nous pensons qu'il faudra encore probablement deux à trois ans pour le groupe achève son redressement dans un contexte d'endettement élevé", tempère toutefois Oddo BHF, qui maintient sa recommandation sur Elior à "sous-pondérer".

-Pierre-Jean Lepagnot, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 95; pjlepagnot@agefi.fr ed: VLV

Agefi-Dow Jones The financial newswire

(END) Dow Jones Newswires

 

© Morningstar, 2024 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Elior Group SA3,10 EUR-3,49

A propos de l'auteur

Agefi/Dow Jones  est une agence de presse financière basée à Paris.