Résultats d'Apple : les prévisions de croissance de l'iPhone font varier la juste valeur

Le lancement de l'iPhone 16, doté d'une fonctionnalité d'IA générative, devrait permettre à l'action Apple de connaître une meilleure année 2025.

Dan Romanoff 03.05.2024
Facebook Twitter LinkedIn

Apple Vision Pro

Apple (AAPL) a publié ses résultats le 2 mai. C'est la dernière des Sept Magnifiquesà avoir publié ses chiffres pour le premier trimestre. Voici ce que notre analyste a pensé de cette mise à jour.

 

Nous relevons notre estimation de la juste valeur d'Apple à 170 dollars par action, contre 160 dollars auparavant, en raison des attentes plus élevées concernant les revenus de l'iPhone et des services à moyen terme.

Les résultats d'Apple pour le trimestre de mars ont été alignés sur notre modèle, bien que les prévisions pour le trimestre de juin aient été inférieures à nos attentes optimistes. Nous prévoyons une année fiscale 2024 moins bonne pour Apple, en raison de vents contraires sur le chiffre d'affaires de l'iPhone en Chine et d'un ralentissement des renouvellements de l'iPhone au niveau mondial.

Toutefois, nous avons revu à la hausse nos prévisions de croissance du chiffre d'affaires de l'iPhone pour l'exercice 2025 en prévision d'un cycle de rafraîchissement plus important pour l'iPhone 16 à l'automne 2024 (premier trimestre fiscal d'Apple).

Les actions ont augmenté après les heures de bureau, conformément à notre augmentation de l'évaluation, ce que nous attribuons à une baisse de l'iPhone en Chine plus faible que ce que les investisseurs auraient pu craindre. Les actions nous semblent assez bien valorisées.

Indicateurs clefs de Morningstar pour Apple

  • Estimation de la juste valeur : 170$
  • Note Morningstar : 3 étoiles
  • Note Morningstar pour le rempart concurrentiel : étendu
  • Note d'incertitude Morningstar : moyenne

 

Le chiffre d'affaires de l'iPhone est faible

Le chiffre d'affaires du trimestre de mars a baissé de 4 % par rapport à l'année précédente pour atteindre 90,8 milliards de dollars, ce qui est conforme à notre modèle.

Le chiffre d'affaires de l'IPhone est le principal moteur d'Apple, et il a chuté de 10 % d'une année sur l'autre. La comparaison d'une année sur l'autre a été affectée par un chiffre d'affaires de 5 milliards de dollars l'année dernière, reporté sur le trimestre de mars en raison de contraintes d'approvisionnement au cours du trimestre de décembre.

Si l'on tient compte de ce facteur, le chiffre d'affaires de l'iPhone et le chiffre d'affaires total d'Apple ont été plus proches de la stagnation d'une année sur l'autre. Nous considérons toujours les niveaux de revenus actuels de l'iPhone comme faibles, avec une plus grande concurrence intérieure en Chine et un ralentissement des cycles de rafraîchissement à l'échelle mondiale comme des vents contraires à la croissance.

Les revenus des services d'Apple poursuivent une trajectoire de croissance forte et ont augmenté de 14 % d'une année sur l'autre. Nous pensons que la croissance des services bénéficie de paiements plus élevés de la part de Google pour sa position par défaut dans Safari et de l'utilisation globalement plus élevée de l'écosystème d'Apple en dépit de la baisse des ventes d'unités d'iPhone.

Les prévisions pour le trimestre de juin ont manqué nos attentes optimistes mais se sont alignées sur les estimations consensuelles de FactSet. Apple prévoit une croissance à un chiffre en glissement annuel, ce qui, selon nous, implique une stagnation du chiffre d'affaires de l'iPhone et une croissance à deux chiffres des services.

L'iPhone 16 sera-t-il doté de l'IA générative ?

La marge brute d'Apple de 46,6 % pour le trimestre de mars a été forte et a augmenté de 230 points de base d'une année sur l'autre malgré une baisse du chiffre d'affaires d'une année sur l'autre. Selon nous, l'expansion de la marge brute d'Apple est soutenue par un mix plus élevé de services et un mix plus élevé de paiements de Google au sein des services, dont la marge brute est pratiquement de 100 %.

Nous pensons également qu'une plus grande proportion de produits haut de gamme, comme les modèles iPhone Pro, améliorera les marges brutes des produits à moyen terme. La marge brute des produits a baissé de 10 points de base d'une année sur l'autre, ce que nous attribuons à la baisse des revenus de l'iPhone.

Nous avons revu à la hausse nos prévisions de recettes pour l'iPhone au cours de l'exercice 2025, car nous nous attendons à ce qu'Apple intègre certaines fonctionnalités d'IA générative dans l'iPhone 16, qui sortira probablement à la fin du mois de septembre, et dont les recettes maximales seront enregistrées au cours du trimestre de décembre.

Nous pensons qu'Apple fera une annonce concernant l'IA générative lors de sa conférence des développeurs en juin, où elle annonce généralement son nouveau logiciel iOS pour l'iPhone. Après ce que nous prévoyons être deux années consécutives de baisse du chiffre d'affaires de l'iPhone au cours des exercices 2023 et 2024, nous pensons qu'un cycle de rafraîchissement plus important peut se produire au cours de l'exercice 2025 avec de nouvelles fonctionnalités plus intéressantes étayées par l'IA.

Nous supposons que les premières fonctionnalités à bénéficier de l'IA générative seraient l'assistant vocal Siri, les messages et le navigateur Safari d'Apple.

 

© Morningstar, 2024 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Apple Inc218,54 USD-2,88Rating

A propos de l'auteur

Dan Romanoff  est analyste actions chez Morningstar.