Après les résultats, faut-il acheter, vendre ou conserver Rolls Royce ?

Rolls-Royce vient d'annoncer des bénéfices exceptionnels et le cours de son action sur un an, jusqu'en février 2024, est en hausse de plus de 160%. Mais comment Morningstar évalue-t-il son action ?

Morningstar 29.02.2024
Facebook Twitter LinkedIn

RR

Rolls Royce a publié des résultats annuels supérieurs aux attentes, l'entreprise ayant enregistré des marges bénéficiaires élevées grâce à ses performances dans le domaine de l'aérospatiale civile.

La société a déclaré que son bénéfice d'exploitation sous-jacent avait bondi de 938 millions de livres sterling pour atteindre 1,6 milliard de livres sterling, tandis que son chiffre d'affaires pour 2023 a augmenté pour dépasser les 15 milliards de livres sterling.

Elle prévoit que les résultats sous-jacents pour 2024 atteindront 2 milliards de livres sterling et qu’elle générera un flux de trésorerie disponible d'environ 1,9 milliard de livres sterling.

La société a également bénéficié d'une augmentation de sa marge opérationnelle dans l'aérospatiale civile, qui a atteint 11,6 % en 2023 contre 2,5 % en 2022, grâce à un pourcentage plus élevé de ventes de pièces détachées, à l'augmentation de l’utilisation de ses contrats de service à long terme, à l'optimisation des prix et à des gains d'efficacité opérationnelle.

Suite à cette publication, Morningstar a relevé son estimation de juste valeur de 289 à 380 pence en raison d'une confiance accrue dans les performances de l'entreprise en aéronautique civile.

Principaux indicateurs Morningstar pour Rolls Royce

Estimation de la juste valeur : £3,80

Note Morningstar :★★★★

Note Morningstar pour le fossé économique : étroit

Note d'incertitude Morningstar : élevée

Cours de l'action Rolls Royce

Pour Loredana Muharremi, analyste chez Morningstar, la croissance de 160 % du cours de Bourse de Rolls Royce peut être attribuée à la restructuration passée de l'entreprise.

Depuis 2016, le rendement du capital investi de l'entreprise est inférieur au coût pondéré du capital. L'entreprise a également été confrontée à des difficultés avant la pandémie en raison de problèmes avec son moteur Trent 1000 et de mauvaises décisions en matière d'allocation de capital.

Pour Muharremi, l'une des erreurs stratégiques les plus importantes de Rolls-Royce a été de se retirer du marché des avions à fuselage étroit en 2012, en cédant sa participation de 37,5 % dans International Aero Engines, une coentreprise qui produisait le moteur V2500.

« Entre 2008 et 2017, Rolls-Royce a investi massivement dans la conquête de parts de marché en développant sept nouveaux moteurs et en augmentant sa capacité industrielle, les investissements en R&D atteignant 10 % du chiffre d'affaires, contre 6 % pour ses pairs exposés à la croissance du marché des avions à fuselage étroit, sans que la direction n'indique clairement comment récupérer les investissements compte tenu de la diminution de la part de marché des avions à fuselage étroit », explique-t-elle.

Cependant, avec la nomination de Warren East au poste de directeur général en 2015 (il a quitté ses fonctions à la fin de 2022), des changements se préparaient. Il s'agissait notamment de céder des actifs non essentiels.

« La pandémie de COVID-19 et son impact sur la demande d'avions gros porteurs ont encore renforcé le programme de restructuration de Rolls-Royce, qui s'est traduit par des économies annuelles structurelles de 1,3 milliard de livres sterling grâce à des mesures telles que des suppressions d'emplois et la consolidation des sites de production », ajoute Muharremi.

Cet effort de restructuration comprenait la suppression de 9.000 emplois, ce qui représente environ 30 % de la main-d'œuvre du secteur de l'aérospatiale civile.

Muharremi note également que Rolls Royce a réduit ses dépenses de R&D à 5 % de son chiffre d'affaires, afin de se concentrer sur la prochaine génération de moteurs et sur les solutions de remplacement à faible émission de carbone plutôt que sur la flotte actuelle.

« Nous pensons que la restructuration ainsi que les nouveaux objectifs de dépenses et de répartition en matière de R&D étaient nécessaires pour aligner le groupe sur les perspectives de baisse de la demande à moyen terme pour sa gamme de moteurs de gros-porteurs », indique l’analyste.

« En outre, la société a mis à profit la période Covid-19 pour se concentrer sur l'amélioration des performances des moteurs en termes de durabilité (allongement de la durée de vie sur l'aile) et de fiabilité, en résolvant la plupart des problèmes de poussée que présentaient les moteurs. »

 

© Morningstar, 2024 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Rolls-Royce Holdings PLC406,20 GBX1,20Rating

A propos de l'auteur

Morningstar  Morningstar