Burberry chute en Bourse

Le groupe de luxe est confronté au ralentissement de la demande de ses produits.

Sunniva Kolostyak 16.11.2023
Facebook Twitter LinkedIn

burberry

Crédit photo: AP

Une version initiale de cet article est parue sur www.morningstar.co.uk et a été éditée.

Burberry perdait plus de 8 % ce matin, jeudi 16 novembre, après que la maison de couture a déclaré qu'il était peu probable qu'elle atteigne ses prévisions de revenus annuels dans un contexte de ralentissement de la demande de luxe à l'échelle mondiale.

Les actions Burberry étaient en baisse d'environ 145 pence à 1 600 pence chacune. Au cours des 12 derniers mois, le titre a perdu 21%.

Jelena Sokolova, analyste actions chez Morningstar, explique que le ralentissement de Burberry a touché la plupart de ses pairs du luxe, et qu'il est « encore trop tôt pour dire si les collections de Daniel Lee changent de manière significative la dynamique de la marque car elles n'ont commencé à arriver dans les magasins qu'à la fin du deuxième trimestre. »

Morningstar a relevé son estimation de la juste valeur de Burberry, de 2 090 pence par action à 2 460 pence.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 7% à taux de change constant sur le premier semestre, avec une croissance du chiffre d'affaires à magasins comparables de 10% (11% selon le consensus établi par l'entreprise).

La forte croissance au premier trimestre (18 % des ventes à magasins comparables) a été suivie d’un quasi arrêt au deuxième trimestre (1 % de croissance des ventes à magasins comparables), qui se situe dans le milieu des chiffres annoncés par ses concurrents pour ce trimestre.

Sokolova observe : « la demande en Amérique est restée très faible (en baisse de 10 % par rapport aux ventes des magasins comparables – légère décélération séquentielle par rapport à -8 % au premier trimestre) et alignée avec ce contre quoi nous avions mis en garde les investisseurs l'année dernière. »

Les ventes des magasins comparables en Asie ont également ralenti à 2 %, sur une base de comparaison plus difficile, sans impact des confinements en Chine au deuxième trimestre de l'année dernière.

Les ventes aux consommateurs chinois ont augmenté de 25 %, mais avec davantage de dépenses touristiques (-8 % en Chine continentale au cours du trimestre en raison du déplacement vers les dépenses à l'étranger).

Les ventes dans la zone EMEA et en Inde ont augmenté de 10 %, grâce aux achats touristiques.

Les ventes en gros ont baissé de 8 % en raison de la faiblesse en Amérique du Nord.

« Le résultat opérationnel ajusté a baissé de 6 % mais a augmenté de 1 % à taux de change constants en raison du poids des devises (comme celui de Richemont), la marge étant en baisse de 180 points de base. La marge brute est en légère hausse à taux de change constants, mais l'inflation des salaires des salariés, l'intensification du marketing pour soutenir les nouvelles collections de créateurs et les investissements dans les magasins ont pesé sur les coûts d'exploitation (+ 10 % à taux de change constants).

« Le bénéfice d'exploitation pour l'ensemble de l'année est désormais attendu vers l'extrémité inférieure de la fourchette consensuelle de 552 à 668 millions de livres sterling, contre nos estimations de 617 millions de livres sterling », a déclaré Sokolova.

Burberry, qui tablait sur une faible croissance à deux chiffres de ses ventes pour l'année, a averti : « le ralentissement de la demande mondiale de produits de luxe a un impact sur le commerce actuel. Si la demande plus faible se poursuit, il est peu probable que nous puissions atteindre nos objectifs précédents. a déclaré les prévisions de revenus pour l’exercice 2024. »

Malgré sa prudence, Burberry a relevé son acompte sur dividende de 11 %, passant de 16,5 pence à 18,3 pence.

Jonathan Akeroyd, PDG de Burberry, a déclaré : « nous avons bien progressé par rapport à nos objectifs stratégiques, en exécutant nos priorités à un rythme soutenu. Nous avons continué à créer une dynamique autour de notre nouvelle vision créative avec le lancement de notre collection Hiver 23 en septembre, la première conçue par Daniel Lee. »

« Même si l'environnement macroéconomique est devenu plus difficile ces derniers temps, nous sommes confiants dans notre stratégie visant à réaliser notre potentiel en tant que marque de luxe britannique moderne, et nous restons déterminés à atteindre nos objectifs à moyen et long terme. »

Le point de vue de Morningstar sur BRBY

Selon Sokolova, Burberry est passée d'un modèle commercial essentiellement sous licence/vente en gros avec une présentation régionale incohérente des produits et des marques à un acteur de luxe monomarque puissant avec un message cohérent, un bon contrôle de la distribution et une présence mondiale.

 « Burberry est le leader de sa catégorie dans son activité de trenchcoats, ce qui lui permet de générer des marges d'exploitation élevées dans cette catégorie grâce à son envergure et à son pouvoir de fixation des prix. Elle bénéficie d'un haut degré de contrôle sur la distribution, qui lui permet de corriger plus rapidement les erreurs opérationnelles, de présenter la marque dans des endroits clés des capitales mondiales, d'éviter les remises excessives et de conserver un plus grand pouvoir de négociation avec ses partenaires grossistes », note Sokolova.

« Même si l'expansion du commerce de détail et l'inflation des loyers au cours de l'année précédente ont pesé sur les marges, nous pensons que Burberry a construit une excellente plate-forme mondiale à partir de laquelle il peut exécuter ses activités. Étant donné que l’expansion de l’espace est essentiellement stable et que la nouvelle demande provient des magasins existants et des plateformes en ligne, les marges opérationnelles et les flux de trésorerie devraient être stimulés. »

« Alors que la demande de produits de luxe est liée à la croissance du PIB et au nombre croissant de personnes riches et de classe moyenne, nous pensons que Burberry et ses pairs de la maroquinerie et de l'habillement pourraient inciter les clients existants à acheter davantage grâce à l'innovation produit. À long terme, la croissance devrait venir de Chine, la consommation devrait être soutenue par la croissance de l'emploi dans les secteurs à salaires élevés.»

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Burberry Group PLC714,80 GBX2,47Rating

A propos de l'auteur

Sunniva Kolostyak  est data journaliste chez Morningstar.