Le climat se tend chez Atos avant la réalisation de la scission

De nouveaux changements dans l’équipe de direction rendent la situation de l’entreprise un peu plus compliquée.

Agefi/Dow Jones 02.10.2023
Facebook Twitter LinkedIn

atos

Crédit photo: AP

PARIS (Agefi-Dow Jones)--La situation se tend chez Atos.

Le groupe français de services informatiques a confirmé vendredi le départ du directeur général de sa division Big data & Cybersecurity (BDS), Jean-Philippe Poirault, qui sera remplacé par Philippe Oliva, jusqu'alors directeur général délégué d'Atos BDS.

Selon le magazine Challenges, qui avait initialement rapporté ce départ, Jean-Philippe Poirault a été démis de ses fonctions compte tenu des mauvais résultats de cette branche stratégique d'Atos. Le groupe n'a pas voulu confirmer cette information à L'Agefi.

Ce départ précipité survient dans un climat de haute tension au sein du groupe, qui est censé boucler d'ici à la fin de l'année son plan de scission. Atos a annoncé l'ouverture, début août, de négociations exclusives avec l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky. Celui-ci doit racheter, dans ce cadre, Tech Foundations, sa branche historique d'infogérance en difficulté, et prendre 7,5% du capital d'Eviden, la future entité qui inclura notamment les activités de cybersécurité.

Cette cession fera l'objet d'un vote des actionnaires, lors d'une assemblée générale extraordinaire, censée se tenir d'ici à la fin de l'année. Mais aucune date n'est encore fixée.

Or la situation est "extrêmement compliquée", souligne une source interne du groupe.

Des dirigeants accusés de corruption

En matière de gouvernance, notamment. Nourdine Bihmane, directeur chargé des activités opérationnelles de Tech Foundations, et Diane Galbe, directrice de la stratégie du groupe - tous deux mandataires sociaux chargés de négocier la cession avec Daniel Kretinsky - sont visés par une plainte pour corruption active et passive déposée auprès du Parquet national financier (PNF) par un actionnaire minoritaire du groupe, le fonds Alix PM.

Pour l'instant, rien n'est acté : la plainte est en cours d'instruction, rappelle-t-on chez Atos, et on ne sait pas si elle sera recevable. Les avocats du fonds estiment que les plans d'intéressement proposés aux deux dirigeants pour continuer de travailler avec Daniel Kretinsky les placent en situation de conflit d'intérêts.

Cependant, "ces allégations sur des 'packages' d'intéressement à l'intention des deux dirigeants sont fausses : ces packages concernent une cinquantaine de cadres de la future entité Tech Foundations et sont assortis de conditions de performance sur cinq ans", argumente une porte-parole d'Atos.

Ce dernier épisode et les manifestations de mécontentement d'autres actionnaires minoritaires pourraient-ils indisposer Daniel Kretinsky ? Deux actionnaires minoritaires, le fonds Ciam et l'Union des actionnaires d'Atos constructifs (Udaac) ont contesté son projet de rachat dans des lettres adressées à l'Autorité des marchés financiers (AMF) et rendues publiques. Cette fronde a été suivie d'une réplique salée de la part d'Atos, le 22 septembre.

Lettre de Daniel Kretinsky à Bercy

Daniel Kretinsky a adressé à son tour, ces derniers jours, un courrier aux ministères de l'Economie et de la Défense à propos de son poids capitalistique dans Eviden, ont indiqué des sources proches du dossier à L'Agefi, confirmant ainsi des informations du journal Les Echos. Dans ce courrier, l'homme d'affaires tchèque tente de rassurer sur sa participation : il compte bien rester "un actionnaire minoritaire", sans exclure l'option de renoncer à une prise d'un tel ticket actionnarial. L'été dernier, l'hypothèse de son arrivée au capital du futur Eviden, qui comporte des activités sensibles, comme la cybersécurité et les calculateurs, avait provoqué une polémique, 82 sénateurs se fendant d'une tribune où ils estimaient la souveraineté française menacée par un tel projet de rachat.

Mais l'homme d'affaires a-t-il vraiment besoin d'Eviden ? "Si Daniel Kretinsky a pris une participation de 7,5% dans Eviden, avec un prix généreux à 20 euros par action, c'est parce qu'Atos le lui a demandé", assure à L'Agefi une source proche du milliardaire tchèque. "Les dirigeants d'Atos y voyaient un gage de confiance susceptible d'attirer d'autres investisseurs au capital d'Eviden". L'homme d'affaires serait avant tout intéressé par Tech Foundations, qu'il devrait racheter à bon prix.

La bataille de communication se tend aussi : on compte actuellement au moins trois actionnaires minoritaires qui multiplient les prises de paroles dans les médias. Du côté d'Atos, les dirigeants ne répondent presque plus à la presse. La firme est accompagnée par Vae Solis et Image 7, deux des plus grosses agences de communication de la place de Paris.

"Certains ont intérêt à ce que le deal ne se fasse pas et que le cours de Bourse d'Atos baisse, ou qu'il soit vendu par appartements", constate, fataliste, l'entourage de Daniel Kretinsky.

-Capucine Cousin, L'Agefi ed: VLV

L'Agefi est propriétaire de l'agence Agefi-Dow Jones

Agefi-Dow Jones The financial newswire

(END) Dow Jones Newswires

Agefi-Dow Jones The financial newswire

(END) Dow Jones Newswires

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Atos SE1,09 EUR-1,53

A propos de l'auteur

Agefi/Dow Jones  est une agence de presse financière basée à Paris.