Arm, l’opportunité manquée de Londres

Alors qu'Arm s'apprête à faire ses débuts outre-Atlantique, les investisseurs britanniques auront un étrange sentiment.

James Gard 14.09.2023
Facebook Twitter LinkedIn

arm

Crédit photo: AP

Il y a sept ans, SoftBank avait choqué la ville de Londres en privatisant Arm Holdings.

À l’époque, les rachats de grandes entreprises étaient moins courants et SoftBank était relativement inconnu au Royaume-Uni.

Cette décision était intervenue quelques semaines seulement après le vote en faveur de la sortie de l’Union européenne, une demi-excuse pour cette distraction du côté des financiers. A l’époque, pourtant, il y avait un sentiment d’indignation sourde.

Contre toute attente, la Grande-Bretagne avait produit sa propre réussite technologique locale, enrichissant les actionnaires depuis son introduction en bourse en 1998 – et elle était maintenant vendue à des intérêts étrangers.

Pour les premiers investisseurs institutionnels d’Arm, le rachat a été doux-amer : avant que SoftBank n’agisse, Arm valait 16,8 milliards de livres sterling, mais le fonds d’investissement japonais était prêt à payer une prime de 43 % par rapport au cours de Bourse.

L’accord fut donc conclu pour 24 milliards de livres sterling (soit 32 milliards de dollars à l’époque), et les investisseurs eurent une idée de ce qui aurait pu se passer si la société avait pu profiter d’une autre décennie en tant que société cotée.

Stuart Chambers, président d'Arm à l’époque, avait déclaré : « Le conseil d'administration estime qu'il s'agit d'une offre intéressante pour les actionnaires d'Arm, qui garantit la livraison d'une valeur future aujourd'hui et en espèces. Le conseil d'administration d'Arm est rassuré sur le fait que Arm restera une entreprise britannique très importante et continuera à jouer un rôle clé dans le développement de nouvelles technologies. »

Au moment où Arm revient sur les marchés cotés, avec une valorisation plus élevée que celle initialement payée par SoftBank, ce ne sont pas la Bourse britannique qui en bénéficiera.

Si, comme cela semble probable, le cours de l'action « explose » dès le premier jour de négociation, cela pourrait être encore plus exaspérant pour les gérants de fonds britanniques.

Arm a-t-il été vendu à un prix trop bas en 2016 ? Dans le cas des entreprises technologiques, les valorisations ont de toute façon tendance à être élevées, et en 2016, la ruée vers l’or de l’intelligence artificielle n’était pas vraiment sur notre radar.

À l'époque, la prime offert par SoftBank était justifiée par le potentiel de « l'Internet des objets » – l'idée selon laquelle vos appareils électroménagers seraient tous connectés de manière transparente les uns aux autres.

Au moment du rachat en 2016, le directeur général de SoftBank, Masayoshi Son, s'était déclaré prêt à « parier » sur la Grande-Bretagne malgré le coup évident porté à sa réputation mondiale par le Brexit.

À cette fin, il avait assuré à la Première ministre britannique de l'époque, Theresa May, que le siège d'Arm resterait à Cambridge, où l'entreprise est toujours basée.

SoftBank s'est également engagée à doubler les effectifs de l'entreprise au Royaume-Uni, ce qui ne s'est pas produit après les licenciements de cette année.

Politiquement, il est difficile de se sentir désolé pour l'administration conservatrice actuelle.

Au pouvoir depuis 13 ans et potentiellement en voie de disparition, il avait désespérément besoin d'une « victoire » avant que SoftBank ne décide d'introduire près de 10 % d'Arm à New York et non à Londres.

Les politiciens chanceux ont tendance à faire en sorte que ces choses aboutissent, et il ne fait aucun doute qu’un lobbying intense a été exercé en coulisses.

Les investisseurs britanniques avaient également désespérément besoin d’une victoire après une série d’introductions en Bourse ternes axées sur la technologie.

Les nouvelles introductions en bourse sont rares et il est difficile d'imaginer le genre de frénésie entourant la cotation d'Arm.

Londres a chuté dans le classement financier depuis 2016, date du rachat d'Arm, et New York a gagné du terrain.

Dans le même temps, d'autres sociétés cotées à Londres ont menacé de transférer leur cotation principale aux États-Unis ou l'ont déjà fait.

Il est difficile pour la City de Londres de rivaliser avec la liquidité et le glamour du Nasdaq et de la Bourse de New York, mais on ne peut pas échapper au sentiment de malaise qui entoure le marché britannique en cette fin d’année 2023.

Les investisseurs se méfient des introductions en Bourse et le marché manquent de récits passionnants. Les politiciens cherchent désespérément à inverser la tendance.

Depuis Londres, le mieux que nous puissions dire avant l'introduction d'Arm est « nous vous souhaitons bonne chance » et nous assurer que cela génère de l'argent pour le Royaume-Uni et garantisse que Cambridge reste un pôle d'innovation.

Il est flatteur de voir une entreprise britannique évolue sur un thème, l’intelligence artificielle, qui a porté d’autres valeurs vedette en Bourse, à l’instar de l’américain Nvidia.

Il est également rassurant de constater que SoftBank ne vend qu'une partie d'Arm à des investisseurs américains.

Mais on ne peut s’empêcher de se demander ce qui aurait pu se passer.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
NVIDIA Corp117,93 USD-2,61Rating
SoftBank Group Corp10 505,00 JPY-0,05Rating

A propos de l'auteur

James Gard  est éditorialiste chez Morningstar UK.