Pourquoi les actions automobiles européennes sont-elles si bon marché ?

Malgré une hausse des ventes, les actions des constructeurs automobiles semblent incroyablement bon marché. La raison réside dans des perspectives incertaines bien au-delà de leur secteur.

Facebook Twitter LinkedIn

bmw

Crédit photo: AP

Les ventes de voitures européennes ont augmenté de 18 % au premier semestre de l'année, mais vous ne le devineriez pas en regardant à quel point les constructeurs automobiles de la région sont  faiblement valorisés.

La plupart des majors automobiles se négocient à moins de la moitié des estimations de la juste valeur des analystes de Morningstar (tableau). 

Le premier point à retenir serait que le moment est venu d'acheter des actions de qualité à des prix avantageux - mais la situation est un peu plus compliquée.

Ce qui freine le sentiment sur ces actions, ce sont les perspectives de la demande des consommateurs au cours des prochains trimestres. 

Contrairement aux dernières statistiques de ventes, les nouvelles commandes de voitures pointent vers une baisse. Les consommateurs hésitent en raison d'une inflation élevée et du risque réel d'une récession économique au second semestre 2023.

Richard Hilgert, analyste de Morningstar qui couvre cette industrie depuis deux décennies attribue les fortes ventes récentes au retard de livraison des commandes qui n'ont pas pu être honorées l’an dernier en raison des pénuries de composants et d'autres composants, lesquelles ont entravé la production automobile pendant la pandémie. 

Ces effets perturbateurs s'étant atténués, les commandes passées dans un climat économique plus favorable pourraient enfin être satisfaites. 

L'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) a pu enregistrer une croissance des nouvelles immatriculations allant de 11,3 % en janvier à un impressionnant 28,8 % en mars.

Cela s'est traduit par une hausse de 17,9 % en glissement annuel au premier semestre. La plupart des plus grands marchés européens ont enregistré une croissance significative, avec les nouvelles immatriculations espagnoles en hausse de 24 %, l'Italie en hausse de 22,8 %, la France en hausse de 15,3 % et l'Allemagne en hausse de 12,8 %.

Maintenant que les constructeurs automobiles ont comblé une grande partie du carnet de commandes, une nouvelle demande doit les reconstituer, mais ce n'est pas le cas jusqu'à présent. 

Le groupe industriel allemand VDA (Verband der Automobilindustrie) a observé une baisse de 27% des nouvelles commandes au cours du premier semestre de l'année parmi ses membres. 

Les commandes internationales des fabricants allemands n'ont baissé que de 5 % sur la période, mais avec une tendance à la baisse, culminant avec une chute de 12 % pour le mois de juin.

La forte inflation rend les consommateurs européens hésitants à faire des dépenses importantes comme l’achat d’une nouvelle voiture. 

Les prix des voitures ont augmenté à un rythme encore plus rapide que les prix à la consommation en général, le prix moyen des voitures neuves vendues aux Pays-Bas dépassant désormais largement les 40 000 euros. De plus, la hausse des taux d'intérêt rend le financement ou la location d'une voiture beaucoup plus cher.

Rebond à moyen terme

Hilgert prédit que ce ralentissement compensera largement le fort premier semestre de l'année, entraînant une croissance des ventes beaucoup plus modérée, comprise entre 1% et 5% pour l'ensemble de l'année. 

Il s'attend à ce que la demande augmente à nouveau une fois que les craintes de récession auront culminé et que le ralentissement économique aura touché le fond. 

De 2024 à 2025, il voit la demande augmenter à nouveau et les immatriculations passer de 12,8 millions de voitures en 2023 à 15,8 millions en 2027.

La production augmentera également. 

« Les niveaux de production des constructeurs automobiles sont encore relativement bas pour le moment. Nous sommes maintenant dans la 4e année de production limitée », déclare-t-il. 

Par rapport à 2019, la dernière année complète avant Covid, les volumes du premier semestre 2023 étaient inférieurs de 21 %, selon les données de l'ACEA. 

C'est principalement parce que l'industrie des semi-conducteurs ne peut toujours pas fournir tout ce dont l'industrie automobile a besoin, souligne Hilgert. 

Si elle augmente ses capacités et renforce les chaînes d'approvisionnement locales, la production automobile pourra de nouveau accélérer.

Lorsque l'industrie atteindra le point où la production et les livraisons correspondront à la demande, les revenus et les bénéfices augmenteront vers des niveaux plus proches de la juste valeur actuelle esitmée par Morningstar. 

Les valorisations de l'industrie automobile restent affectées par les effets de longue date de la pandémie : au premier semestre 2021, les actions automobiles se sont redressées, anticipant une hausse de la demande et de la production. 

Comme cela ne s'est pas concrétisé, un repli des cours de Bourse a suivi au premier trimestre 2022.

Le sentiment derrière cette vente persiste aujourd'hui pour certains constructeurs comme Volkswagen.

BMW, l’une des valeurs préférées de l’analyse de Morningstar en Europe, cote environ 104 euros par rapport à une juste valeur estimée de 157 euros.

Les constructeurs automobiles européens sont-ils vraiment sous-évalués ? 

Du point de vue de Morningstar, la baisse de la demande qui a commencé en 2022 a entraîné des décotes de valorisation importantes. 

 « Le marché prédit une demande plus forte, mais nous n'avons pas encore vu cela se produire. Il existe une voie claire vers une demande plus élevée et si cela se matérialise, les cours de Bourse remonteront. Si la demande de voitures culmine d'ici 2025 et qu'il n'y a pas de stimulant pour maintenir la croissance de la demande, nous verrons à nouveau un mouvement de repli des cours de Bourse. »

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Bayerische Motoren Werke AG90,92 EUR1,61Rating
Ferrari NV388,20 EUR1,15Rating
Renault SA48,50 EUR0,12Rating
Stellantis NV18,81 EUR0,72
Volkswagen AG Vorz-Inhaber-Akt ohne Stimmrecht106,65 EUR0,99Rating

A propos de l'auteur

Robert von den Oever  est rédacteur en chef Morningstar Benelux.