Berkshire Hathaway : les acquisitions et le portefeuille d'investissement stimulent les résultats

Notre estimation de juste valeur est inchangée.

Greggory Warren 07.08.2023
Facebook Twitter LinkedIn

buffett

Berkshire Hathaway (« Wide Moat ») a publié un bénéfice par action en hausse de 8,2 % d'une année sur l'autre pour atteindre 6 928 $ (4,62 $) par action de catégorie A (B) sur un chiffre d’affaires de 92,5 milliards de dollars.

Ces résultats dépassent le consensus FactSet de 5 576 $ (3,72 $) par action de catégorie A (B), mais était suffisamment proche de nos propres estimations pour maintenir notre estimation de la juste valeur de 555 000 $ (370 $) par action de catégorie A (B).

Nous nous attendions à voir des résultats de souscription plus solides des activités d'assurance de Berkshire, compte tenu des contributions d'Alleghany, du durcissement des prix dans les activités d'assurance multirisque et de réassurance et des augmentations continues des prix des activités d'assurance automobile personnelle de Geico, contrebalançant la faiblesse de la BNSF (transport ferroviaire) et de BHE (énergie).

Ces résultats démontrent les avantages du portefeuille diversifié d’activités de Berkshire.

Le résultats d'exploitation de Berkshire au deuxième trimestre a bénéficié de la hausse des bénéfices de souscription d'assurance, qui ont atteint 1,2 milliard de dollars contre 715 millions de dollars l'année précédente.

L'activité d'assurance automobile Geico a enregistré de bien meilleurs résultats d'une année sur l'autre, avec un bénéfice de souscription de 514 millions de dollars au deuxième trimestre de 2023, contre une perte de 487 millions de dollars il y a un an, alors que les prix augmentent et une souscription plus disciplinée a permis à la filiale d'afficher son deuxième trimestre consécutif de résultats techniques positifs.

Pour BHRG et BHPG, les pertes liées aux catastrophes ont pesé sur les résultats au cours du deuxième trimestre, mais les deux unités ont bénéficié du durcissement des prix dans les activités de dommages et de réassurance, ainsi que des contributions de l'inclusion des opérations acquises d'Alleghany dans leurs propres activités.

Pendant ce temps, le revenu global des placements d'assurance a augmenté à 2,9 milliards de dollars au deuxième trimestre, contre 2,3 milliards de dollars il y a un an, reflétant l'impact de la hausse des taux à court terme, un important solde de trésorerie et d'équivalents de trésorerie (dont la plupart est investi en bons du Trésor américain) .

Les opérations ferroviaires BNSF ont connu une baisse de 24 % de leur bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre, à 1,3 milliard de dollars après impôts, reflétant une baisse des volumes de fret (-11 %), un revenu moyen par voiture/unité stable et une augmentation des dépenses d'exploitation hors carburant (+9 % ).

La demande intermodale est confrontée au déstockage des détaillants et à la perte de capacité dans le secteur concurrent des chargements complets, les marchés finaux industriels sont devenus léthargiques au cours des derniers trimestres et le charbon a chuté en raison de la concurrence croissante du gaz naturel. En plus de cela, l'industrie a vu ses suppléments carburant diminuer d'année en année.

Les résultats de BNSF ont été inférieurs à ceux de son homologue le plus proche, Union Pacific, même si cette entreprise a dû faire face à une baisse des volumes de fret (-2 %), à une baisse du revenu moyen par voiture / unité (-3 %) et à une augmentation des dépenses d'exploitation hors carburant (+9 % ).

Le ratio d'exploitation de BNSF est tombé à 69,2 % au cours du trimestre de juin, contre 64,2 % il y a un an, contre un ratio d'exploitation d'Union Pacific de 63,0 % pour le trimestre de juin (contre 60,2 % il y a un an).

Malgré un recul significatif des revenus de l'immobilier résidentiel et du courtage pour BHE, les revenus de la division des services publics et de l'énergie de Berkshire sont restés relativement inchangés à 785 millions de dollars au deuxième trimestre, contre 789 millions de dollars au cours de l'année précédente.

Nous continuons de croire que cette division connaîtra une croissance de l'EBITDA dans une fourchette de 5 % à 6 % en moyenne par an au cours des cinq prochaines années, alors même que la société accélère ses investissements.

En ce qui concerne les activités industrielles, de service et de distribution de Berkshire, l'entreprise a non seulement bénéficié de l'ajout de plusieurs entreprises issues de l'acquisition d'Alleghany, mais a maintenu ses marges d'exploitation à 10,7 %, malgré la faiblesse de ses produits de consommation (revenu en baisse de 18,7 %) et des produits de construction (en baisse de 13,2 %).

Il convient également de noter qu'avec la division MSR abritant certaines des unités les plus sensibles au cycle économique de Berkshire, cette division ne pourra pas échapper à un ralentissement plus marqué de l'activité économique aux Etats-Unis.

Les résultats globaux (qui incluent l'impact des gains/pertes d'investissement et d'autres ajustements) ont bénéficié d'une augmentation de la valeur du portefeuille d'investissement en actions de Berkshire, qui a atteint 353,4 milliards de dollars au cours du deuxième trimestre malgré le fait que la société soit un vendeur net d'actions.

Berkshire a profité de sa position importante dans Apple (qui, selon nos estimations, représentait 47,6 % des avoirs en actions de Berkshire fin juin 2023), dont le cours de Bourse a augmenté de 18 % au deuxième trimestre, de 50 % au premier semestre 2023 et 43 % d'une année sur l'autre à la fin juin 2023.

Berkshire a été un vendeur net d'actions au cours du premier trimestre (la société enregistrant des ventes de 13,3 milliards de dollars et des achats d'actions de 2,9 milliards de dollars au cours de la période).

Berkshire a clôturé le deuxième trimestre avec 147,4 milliards de dollars en trésorerie et équivalents de trésorerie, contre 130,6 milliards de dollars fin mars 2023, car les flux de trésorerie disponibles inutilisés, ainsi que les ventes nettes d'actions de 8,0 milliards de dollars, ont empêché l'entreprise de réduire ses soldes de trésorerie.

Selon nos estimations, Berkshire est entré au troisième trimestre avec 106,9 milliards de dollars de capitaux prêts à être déployés.

Les rachats d'actions de Berkshire ont totalisé 1,4 milliard de dollars au deuxième trimestre, contre 4,4 milliards de dollars au premier trimestre 2023 et 1,0 milliard de dollars il y a un an.

La société semblait disposée à racheter des actions à 1,42 fois la valeur comptable par action du trimestre précédent et 1,34 fois la valeur comptable par action du trimestre en attente, légèrement au-dessus des niveaux de prix où Berkshire rachetait plus de 6,2 milliards de dollars par trimestre en moyenne en 2020- 21.

Warren Buffett et Charlie Munger étant plus sensibles au prix lorsqu'il s'agit de racheter les propres actions de Berkshire, nous prévoyons que la hausse des actions au cours de l'année écoulée a réduit leur appétit pour les rachats d'actions.

Nous avons récemment retiré Berkshire de notre liste des meilleures idées car la valorisation des actions ne fournissait plus une marge de sécurité suffisamment large pour justifier d’en acheter l’action.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Apple Inc228,88 USD-2,53Rating
Berkshire Hathaway Inc Class A671 280,00 USD1,65Rating
Berkshire Hathaway Inc Class B445,61 USD1,53Rating

A propos de l'auteur

Greggory Warren  CFA, is a senior stock analyst with Morningstar.