Une autre crise bancaire, un autre appel à Buffett

Berkshire pourrait injecter des capitaux dans les banques régionales américaines en échange d'actions privilégiées à coupon élevé et de bons de souscription pour acheter des actions ordinaires. Nous ne nous attendons pas à ce que Berkshire achète une banque.

Greggory Warren 20.03.2023
Facebook Twitter LinkedIn

buffett

Nous n'avons pas été trop surpris de voir des histoires apparaître au cours du week-end à propos de Warren Buffett , PDG de Berkshire Hathaway, en conversation avec l'administration Biden sur la crise bancaire, ainsi que des rapports de presse évoquant un grand nombre de jets privés s’étant rendus à Omaha, son lieu de résidence et siège de la société, ce week-end.

Au cours des dix derniers jours seulement, nous avons vu les régulateurs américains intervenir et soutenir les déposants de deux banques défaillantes, Silicon Valley Bank et Signature Bank , le gouvernement suisse intervenir pour consolider Credit Suisse, et les régulateurs américains travaillent avec 11 banques – dont JPMorgan Chase– pour consolider la First Republic Bank ( FRB ) en plaçant 30 milliards de dollars américains de leurs propres fonds dans des dépôts auprès de l'institution en difficulté.

Même avec tout cela, First Republic a encore chuté de 33,0 % vendredi, avec le SPDR Regional Banking ETF en baisse de 6 %, le SPDR S&P Bank ETF en baisse de 5,6 % et le SPDR Financial Select Sector ETF en baisse de 3,3 %.

Depuis le début de l'année, les actions First Republic ont perdu 81,1 % de leur valeur, tandis que le SPDR Regional Banking ETF, le SPDR S&P Bank ETF et le SPDR Financial Select Sector ETF ont baissé de 21,3 %, 16,1 % et 6,4 %, respectivement.

Ainsi, les histoires selon lesquelles l'administration Biden et les régulateurs américains envisagent tous les moyens possibles pour soutenir les banques et calmer les marchés ne devraient pas surprendre.

Les avantages de faire affaire avec Buffett

En ce qui concerne Buffett et Berkshire en particulier, nous avons vu à plusieurs reprises au cours des deux dernières décennies des entreprises rechercher des capitaux auprès de Berkshire en pensant que le « sceau d'approbation de Buffett » qui accompagnait une injection de capital réduirait la pression qu'elles subissaient en Bourse.

Cela a été plus évident lors de la crise financière de 2008-09. Berkshire utilisa son bilan très solide, sa trésorerie excédentaire et la valeur que les entreprises en difficulté (et leurs investisseurs) accordaient à l'approbation de Buffett pour extraire de comfortables rendements de ceux qui faisaient la queue devant la « Bank of Berkshire ».

Quand Buffett intervint chez Goldman Sachs et Bank of America

Deux exemples du « Buffett Seal of Approval » sont Goldman Sachs et Bank of America.

Deux jours après que Goldman Sachs se fut transformée en holding bancaire en septembre 2008, elle annonça une augmentation de capital réservée à Berkshire Hathaway de 5 milliards de dollars américains sous forme d'actions préférentielles perpétuelles à 10 % émises par Goldman (la banque d'investissement conservant l'option de racheter les actions privilégiées pour 5 milliards de dollars américains plus un dividende unique de 500 millions de dollars américains).

Dans le cadre de l'accord, Berkshire reçut également des bons de souscription (expirant en 2013) pour acheter 43,5 millions d'actions ordinaires de Goldman pour 5 milliards de dollars américains (ou 115 dollars américains par action).

Ceci fut une forte démonstration de soutien à Goldman à un moment où les marchés étaient en plein chaos, principalement parce que Buffett avait évité d’investir dans des banques d’affaires après une malheureuse expérience avec Salomon Brothers au début des années 1990.

Berkshire s'est de nouveau manifesté au début de septembre 2011 lorsque la Bank of America a demandé une bouée de sauvetage qui a permis à l'assureur d'investir 5 milliards de dollars américains dans des actions préférentielles perpétuelles à 6%, ainsi que de recevoir des bons de souscription pour acheter 700 millions d'actions ordinaires pour 5 milliards de dollars (ou 7,14 USD par action).

L'investissement a été considéré comme un énorme vote de confiance envers Bank of America, alors en proie à l'augmentation des frais juridiques résultant de la crise financière de 2008-09, ainsi que des doutes quant à la solidité de son capital.

Le sceau d'approbation de Buffett a également aidé d'autres banques, qui avaient été plombées par la faiblesse du marché boursier global, les craintes d'un ralentissement de l'économie américaine et les inquiétudes concernant leur exposition à la crise de la dette souveraine en Europe, à voir une reprise du cours de leurs actions.

Buffett n'achètera pas de banque

Avec tout cela à l'esprit, nous nous attendrions à ce que toute action de la part de Berkshire / Buffett à court terme en ce qui concerne les banques régionales américaines implique le même type d'injection de capital (et le sceau d'approbation de Buffett) en échange d'actions préférentielles lui offrant un rendement comfortable et de bons de souscription pour acheter des actions ordinaires par la suite.

En tant que telle, cette bouée de sauvetage ne sera pas bon marché pour ceux qui souhaitent emprunter cette voie.

Ce que nous ne nous attendons pas à voir, c'est que Berkshire intervienne et achète une banque.

L'entreprise n'a montré aucun intérêt à détenir plus de 10% à 15% du capital d'une banque américaine, principalement parce que la propriété au-dessus de ce seuil s'accompagne d'exigences de déclaration et de surveillance de la part des régulateurs auxquelles Berkshire n'est pas du tout intéressé à adhérer.

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Bank of America Corp35,79 USD-1,54Rating
Berkshire Hathaway Inc Class A608 091,00 USD-1,39Rating
Berkshire Hathaway Inc Class B403,26 USD-1,07Rating
First Republic Bank0,05 USD-3,23
JPMorgan Chase & Co182,79 USD-6,47Rating
Signature Bank3,52 USD6,67
SVB Financial Group0,05 USD-16,67
The Goldman Sachs Group Inc389,49 USD-2,01Rating

A propos de l'auteur

Greggory Warren  CFA, is a senior stock analyst with Morningstar.