Vivendi en négociations exclusives avec Daniel Kretinsky pour la vente d'Editis

Le groupe de médias va céder la maison d'édition au milliardaire Daniel Kretinsky.

Agefi/Dow Jones 14.03.2023
Facebook Twitter LinkedIn

bollore

Credit Photo: AP/Sipa France

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Le conglomérat des médias Vivendi a annoncé mardi être entré en négociations exclusives avec International Media Invest (IMI), qui appartient à la société CMI fondée par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, pour la cession de 100% du capital de sa filiale d'édition Editis.

Vers 11h30, le titre Vivendi cédait 0,4% à 9,41 euros sur un marché parisien en légère hausse.

Numéro deux français de l'édition, Editis comprend une cinquantaine de maisons d'édition parmi lesquelles Nathan, Plon, Pocket, Laffont ou encore Bordas. Si les négociations avec CMI aboutissent, il rejoindrait un groupe de presse qui détient en France les magazines Elle, Marianne, Femina ou encore Télé 7 Jours. Daniel Kretinsky détient également via son fonds d'investissement Vesa Equity des participations dans Le Monde et TF1.

Le montant de la transaction envisagée n'a pas été précisé, mais il pourrait être nettement inférieur aux prix de 900 millions d'euros payé par Vivendi lors de son rachat d'Editis à l'espagnol Grupo Planeta, en 2019.

Vivendi a en effet passé dans ses comptes du quatrième trimestre une dépréciation d'écart d'acquisition de 300 millions d'euros sur le groupe d'édition.

Le président du conseil de surveillance du groupe, Yannick Bolloré, a reconnu la semaine dernière que le moment n'était pas le plus propice pour vendre, Editis ayant enregistré un net repli de ses résultats en 2022 sur un marché lui même en baisse par rapport à 2021.

Le projet de distribution-cotation suspendu

Vivendi n'a guère le choix : pour conclure le rachat de Lagardère, dont il détient déjà 57%, le groupe contrôlé par Vincent Bolloré doit se séparer de sa filiale d'édition.

Un rapprochement entre Editis et son rival Hachette, détenu par Lagardère, créerait en effet une position dominante dans plusieurs secteurs de l'édition française, ce qui a poussé la Commission européenne à ouvrir une enquête approfondie sur ce rachat en novembre dernier.

Le schéma initialement retenu par Vivendi prévoyait la cession d'une part minoritaire d'Editis et la distribution-cotation du reste du capital.

Mais ce montage ne convient pas à la Commission européenne, qui craint qu'il ne débouche sur un affaiblissement de la société et une moindre concurrence dans le secteur de l'édition de livres.

Il semble que Vivendi ait entendu ces griefs.

"Le projet de distribution des actions Editis aux actionnaires de Vivendi, et de leur cotation sur le marché Euronext Growth, est suspendu", a indiqué le groupe qui a précisé avoir reçu plusieurs offres de rachat de l'intégralité du capital d'Editis.

La Commission européenne doit maintenant se pencher sur le projet de reprise d'Editis par Daniel Kretinsky. Contactée par l'agence Agefi-Dow Jones, une porte-parole de CMI France n'était pas immédiatement disponible pour préciser les intentions du milliardaire tchèque.
Bruxelles s'est par ailleurs laissé jusqu'au 23 mai 2023 pour rendre sa décision sur le rapprochement entre Vivendi et Lagardère.

-François Schott et Dimitri Delmond, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 92; fschott@agefi.fr ed: VLV

Agefi-Dow Jones The financial newswire

(END) Dow Jones Newswires

 

© Morningstar, 2023 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Vivendi SE8,34 EUR-0,10Rating

A propos de l'auteur

Agefi/Dow Jones  est une agence de presse financière basée à Paris.