Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Volatilité des marchés : les gérants actifs déçoivent

L’année 2022 était l’occasion de briller. La plupart des gérants actifs en Europe ont fait moins bien que leurs concurrents passifs.

Dimitar Boyadzhiev 08.11.2022
Facebook Twitter LinkedIn

Morningstar a publié aujourd'hui son « Baromètre actif/passif européen » semestriel, qui mesure la performance des fonds actifs domiciliés en Europe par rapport à leurs homologues passifs dans leurs catégories Morningstar respectives.

Le rapport couvre près de 30 000 fonds actifs et passifs uniques domiciliés en Europe qui représentent environ 7 000 milliards d'euros d'actifs, soit environ les trois quarts du marché européen total des fonds.

Les principaux enseignementsd de cette étude sont les suivants :

Les marchés financiers au premier semestre 2022 ont été confrontés à une myriade de difficultés, notamment des tensions importantes sur les marchés de l'énergie à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine.

Cela a exacerbé les pressions inflationnistes croissantes qui avaient commencé à s'accumuler à la fin de 2021 alors que l'économie mondiale luttait contre l'incapacité des chaînes d'approvisionnement auparavant inactives à répondre à la forte augmentation de la demande des pays sortant du confinement.

Les principales banques centrales ont changé de politique et ont commencé à relever les taux d'intérêt. Tout cela a créé des conditions très difficiles pour les marchés d'actions et d'obligations, qui ont connu des baisses importantes au cours de la période.

35 %

C'était le type d'environnement dans lequel on aurait pu s'attendre à ce que les gérants actifs battent plus facilement leurs homologues passifs, car ceux-ci intègrent toute la baisse des valorisations du marché.

Cependant, le taux de réussite des gérants actifs dans les fonds agréés à la vente en Europe au cours de la période d'un an jusqu'à fin juin 2022 n'a pas impressionné.

Seuls 35 % des fonds actifs dans les 43 catégories d'actions que nous avons analysées ont survécu et surpassé leur homologue passif au cours de la période étudiée.

Seules sept catégories d'actions ont montré un taux de réussite des gérants actifs supérieur à 50 % en cette période.

Le taux de réussite moyen des gérants obligataires actifs dans les 23 catégories que nous avons analysées était légèrement supérieur à 40 % au cours de la même période.

Sept catégories obligataires ont affiché un taux de réussite sur un an supérieur à 50 %.

Taux de réussite faibles dans l’ensemble

Les taux de réussite à long terme des gérants actifs restent globalement faibles.

Le taux de réussite moyen des gérants actifs d'actions au cours de la dernière décennie était de 24 %, tandis que le taux de réussite moyen des gérants actifs de titres à revenu fixe était de 21 %.

Au cours des 10 années jusqu'en juin 2022, le taux de réussite des gérants actifs était inférieur à 25 % dans plus de la moitié des 72 catégories étudiées dans les grandes classes d'actifs.

De surcroît, seules trois catégories (actions mondiales à rendement, actions britanniques à rendement et immobilier suisse) ont enregistré un taux de réussite supérieur à 50 % pour les gérants actifs.

Baisse du taux de survie des fonds actifs

Les taux de survie sont positivement corrélés avec les chances de réussite.

Le principal facteur d'échec des fonds actifs est leur incapacité à survivre, qui est souvent le résultat d'une performance médiocre.

Cela peut s'expliquer par un mélange de mauvaises décisions de sélection de titres et les effets négatifs combinés de frais plus élevés par rapport à leurs concurrents passifs à faible coût.

La comparaison des taux de mortalité entre fonds actifs et passifs montre que ces derniers ont de meilleures chances de survie sur le long terme.

Notre analyse montre que le taux de survie sur 10 ans des fonds actifs dans le groupe agrégé des catégories d'actions a été en moyenne de 46 % de 2014 à aujourd'hui.

Sur la même période, le taux de survie moyen sur 10 ans des fonds passifs était de 60 %.

Dans le cas des fonds à revenu fixe, le taux de survie sur 10 ans des fonds actifs est en moyenne de 47 %, contre 62 % pour les fonds passifs.

Wall Street toujours dur à battre

Les taux de réussite sur 10 ans des fonds actifs dans les principales catégories d'actions multipays sont restés faibles à modérés pour toutes les expositions principales.

Le pourcentage de gérants actifs qui ont à la fois survécu et surperformé dans les principaux segments de marché, tels que les grandes capitalisations mondiales et les grandes capitalisations européennes mixtes, était de 5,3 % et 11,2 %, respectivement.

Les gérants actifs des catégories marchés émergents mondiaux et Europe hors Royaume-Uni s'en sortent mieux, avec des taux de réussite d'environ 25 %.

Les taux de réussite sur 10 ans des gérants actifs dans les catégories d'actions de base d'un seul pays étaient plus mitigés, même si, dans l'ensemble, ils favorisaient toujours les fonds passifs.

Les taux de réussite dans la catégorie des grandes capitalisations américaines mixtes sont restés particulièrement bas à 6,9 %.

Avantage aux spécialistes des valeurs moyennes

En revanche, près d'un tiers des gérants de grandes capitalisations britanniques ont battu leurs homologues passifs, et ce chiffre est passé à près de 50 % dans le cas des gérants actifs de moyennes capitalisations britanniques.

En règle générale, les taux de réussite des gérants actifs sont plus élevés dans les catégories d'actions axées sur les segments des capitalisations petites et moyennes par rapport aux grandes capitalisations.

Les fonds actifs ont également des chances de succès plus élevées dans les catégories d'actions, où le pair passif moyen est structurellement biaisé pour s'exposer à un secteur économique spécifique.

Environ la moitié des fonds actifs de revenu d'actions mondiales ou de revenu d'actions européennes surperforment leurs homologues passifs sur 10 ans.

Un moteur clé a été les paris réussis sur les secteurs de la santé et de la technologie, qui ont réalisé des performances impressionnantes au cours de la dernière décennie.

Faibles taux de réussite dans les obligations

Les taux de réussite sur 10 ans des gérants actifs dans l’univers des obligations restent également faibles à modérés dans l'ensemble des catégories que nous avons analysées.

Parmi les points positifs, le taux de réussite des fonds actifs dans les catégories des obligations d'entreprises en euros et des obligations à haut rendement en euros s'est établi à 43,3 % et 39,7 %, respectivement.

En revanche, le taux de réussite sur 10 ans des fonds actifs dans la catégorie obligations des marchés émergents mondiaux en monnaie locale était de 9,1 %, tandis que celui des obligations d'État en dollars US était de 7,9 %.

Dimitar Boyadzhiev, Senior Manager Research Analyst – Passive Strategies, observe que le « baromètre actif/passif est un instrument de mesure utile qui peut aider les investisseurs à calibrer les chances de réussite avec des fonds actifs dans différents domaines en fonction des tendances récentes et de l'historique à plus long terme. La comparaison des taux de mortalité des fonds entre actifs et passifs montre que ces derniers ont de meilleures chances de survie sur le long terme. Le contraste est le plus marqué sur des périodes plus longues. »

« Nous n'avons pas ajusté le taux de survie à long terme des fonds passifs pour la pratique de redomiciliation entreprise principalement par les fournisseurs de fonds indiciels côté français. Au cours de la période 2016-20, de nombreux ETF initialement domiciliés en France ont été ‘fermés’, pour ensuite être rouverts sous un nouveau domicile, typiquement luxembourgeois. En effet, ce sont les mêmes fonds. Toutefois, le changement légal d'ISIN déclenché par le changement de domicile compte comme une clôture. En effet, cela signifie que les taux réels de survie à 10 ans pour les fonds passifs sont légèrement plus élevés. »

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Dimitar Boyadzhiev  est analyste fonds, gestion passive chez Morningstar.