Nike à la recherche d’un second souffle

Le fabricant d’articles de sport continue de faire face à des défis externes au début de l'exercice fiscla 2023.

David Swartz 29.06.2022
Facebook Twitter LinkedIn

nike

Pour recevoir nos informations et analyses sur les marchés, les titres et les fonds, abonnez-vous à notre lettre d'information hebdomadaire.

 

Nike (« Wide Moat ») a terminé son exercice fiscal 2022 (clos fin mai) avec des résultats mitigés, en raison d'importantes perturbations liées au COVID-19 en Chine et des problèmes d'approvisionnement persistants qui ont entravé les ventes.

Les prévisions de l'entreprise pour l'exercice 2023 étaient faibles en raison de l'évolution défavorable des devises, de l’augmentation des coûts d'expédition et de l’incertitude quant à l’évolution des dépenses de consommation dans un contexte d'inflation élevée.

Ces prévisions suggèrent que la croissance des revenus pourrait être inférieure à notre prévision de 12 % en raison du raffermissement du dollar américain, tandis que sa marge brute pourrait manquer notre estimation de 47,3 % d'environ 130 à 180 points de base en raison de remises plus importantes et de coûts d'expédition et autres plus élevés.

Malgré ces perspectives, nous pensons que la demande est généralement saine et prévoyons que certains de ces problèmes s'atténueront au cours de l'exercice.

Nike a l'intention d'augmenter les prix de l’ordre d’un pourcentage à un chiffre, ce qui, selon nous, sera accepté par le marché en raison de la force de sa marque, principale source de notre évaluation d’un rempart concurrentiel étendu.

Nous ne prévoyons pas d'apporter de changement important à notre estimation de la juste valeur de 133 dollars par action et considérons les actions de Nike comme attrayantes.

Nous pensons que les investisseurs sous-estiment la force de sa marque et ses perspectives de croissance à long terme en Chine, ainsi que le potentiel d'amélioration des marges alors que l’entreprise continue de passer de la distribution directe aux consommateurs à la distribution de gros en Amérique du Nord.

Difficultés en Chine

Les ventes de Nike ont reculé de 1 % au quatrième trimestre, manquant notre estimation de croissance de 1 %.

Elles ont chuté de 19 % dans la Grande Chine, les mesures de confinement affectant plus de 100 villes.

Nous pensons que les résultats dans la région vont s'améliorer à mesure que les restrictions seront levées.

En Amérique du Nord, les ventes ont chuté de 5 %, un peu moins que nos prévisions négatives de 2 %, contre une comparaison difficile en raison de la relance de l'année dernière.

Bien que nous pensions que les dépenses de consommation ralentissent en raison de l'inflation, nous estimons que l'impact sur Nike est modéré jusqu'à présent.

Pendant ce temps, la société a enregistré une forte croissance des ventes de 9 % (20 % à taux de change constants) en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, et est prête à poursuivre sur cette lancée avec la Coupe du monde et d'autres grands tournois de football cette année.

Marges sous pression

Les marges de Nike au quatrième trimestre ont été affectées par les ventes légères en Grande Chine (son territoire à la marge la plus élevée) et les coûts logistiques élevés.

Le taux de marge brute de 45 % est inférieure de 2 points de pourcentage à nos prévisions, tandis que la marge opérationnelle de 12 %.

Même dans ce cas, nous prévoyons que le taux de marge brute de Nike augmentera vers 50% tandis que la marge opérationnelle s’orientera vers un niveau à deux chiffres plus élevé, à mesure que ses prix, ses produits et ses initiatives de vente directe accrues prendront racine.

Nike a annoncé que ses revenus de commerce électronique avaient dépassé 10 milliards de dollars au cours de l'exercice 2022 (environ 24 % des revenus), soit plus du double du niveau d’avant pandémie de COVID-19.

Nike a battu notre estimation de 0,89 dollar avec un bénéfice par action (BPA) de 0,90 dollar au quatrième trimestre, mais a bénéficié d’un gain fiscal unique de 65 millions de dollars par rapport à notre estimation d'une charge fiscale de près de 200 millions de dollars.

Il a également enregistré une charge exceptionnelle de 150 millions de dollars liée à la Russie et à un changement de son modèle de distribution en Amérique du Sud.

Nike se retire définitivement de la Russie, mais nous pensons que les impacts stratégiques et financiers sont négligeables. En excluant ces éléments, la société aurait raté nos prévisions de BPA d'environ 7 cents.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Nike Inc Class B113,23 USD-2,40Rating

A propos de l'auteur

David Swartz  est analyste actions chez Morningstar.