Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Crise énergétique en Europe : la situation sur le marché du gaz

L’arrêt de livraisons de gaz lance un nouveau défi à l’Europe.

Antje Schiffler 28.04.2022
Facebook Twitter LinkedIn

gas terminal

Plus de flux de gaz de la Russie vers la Pologne et la Bulgarie. La compagnie énergétique russe Gazprom se plaint que les importateurs ne veulent pas payer leurs factures en roubles.

La société polonaise de gaz naturel PGNiG parle de rupture de contrat.

En mars, le Kremlin a exigé que les clients européens paient dans la monnaie nationale russe et a autrement menacé d'arrêter les livraisons.

Les pays européens ont unanimement insisté sur le paiement convenu contractuellement en euros ou en dollars américains.

Cependant, selon l'agence de presse Bloomberg, d'autres entreprises européennes pourraient avoir cédé au Kremlin.

Quatre entreprises européennes ont déjà payé en roubles comme demandé par le Kremlin et dix entreprises ont ouvert un compte auprès de Gazprombank pour basculer les paiements à partir de la mi-mai comme demandé par Vladimir Poutine, indique l’agence, citant une source anonyme proche du stand de Gazprom.

Selon la Commission européenne, cette action constituerait une violation des sanctions imposées à la Russie, si cela devait se réaliser.

Les marchés européens du gaz ont réagi à l'arrêt des livraisons par de fortes primes.

Au point de négoce le plus important d'Europe continentale, TTF, le contrat de mai s'est ouvert à environ 126 EUR/MWh. C'était environ 20 % au-dessus du cours de clôture de la veille (103 EUR/MWh). La situation s’est toutefois stabilisée et le prix était d'environ 107 EUR/MWh dans l'après-midi.

Les analystes de la Commerzbank, par exemple, supposent que l'effet ne sera que limité. Bien que la Bulgarie dépende à environ 75 % des importations russes, la demande a fortement chuté en raison des températures printanières.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a souligné que la sécurité d'approvisionnement du pays n'était pas menacée.

Le pays se prépare depuis longtemps à diversifier le gaz russe. Il s'agit notamment de l'augmentation des volumes en provenance de Norvège et des terminaux d'importation de gaz naturel liquéfié (GNL).

Les installations de stockage de gaz sont actuellement remplies à près de 76 % de leurs capacités, selon les données de Gas Infrastructure Europe.

Des installations de stockage de gaz vides en Europe

Les autres pays européens ne peuvent qu'en rêver.

En Allemagne, le plus grand marché de stockage en Europe et le quatrième au monde (après les États-Unis, la Russie et l'Ukraine), le taux de remplissage n'est que de 33 %.

La situation est similaire en Italie, qui dispose de la deuxième plus grande capacité d'Europe (presque 35 % de remplissage).

Les Pays-Bas en tant que numéro 3 n'affichent même que 25%.

Quoi qu'il en soit, les installations de stockage de gaz en Europe étaient plus vides cet hiver que d'habitude pour la période de l'année – même avant l'attaque russe contre l'Ukraine.

Le gaz naturel liquéfié (GNL) était principalement expédié vers l'Asie, où les clients étaient prêts à payer des prix encore plus élevés qu'en Europe, ce qui était également coûteux.

À cela s'ajoutent des températures inférieures à la moyenne et des baisses temporaires de la production aux États-Unis, selon Goldman Sachs.

Dans cette situation mitigée, les Européens ont préféré utiliser leurs réserves de stockage.

Nervosité sur les marchés du gaz

La situation s'est à nouveau aggravée lorsque les troupes russes ont envahi l'Ukraine. La peur domine depuis le 24 février.

Les prix sur le premier marché européen TTF ont augmenté de 50% au cours de la journée du 24 février. Le contrat du premier mois a clôturé à 87,76 EUR/MWh le 23 février et le lendemain, il était déjà à 130,66 EUR/MWh (selon ICE).

Les cotations ont atteint un sommet temporaire le 7 mars avec un fier 217,29 EUR/MWh.

Depuis lors, les prix ont de nouveau légèrement baissé et étaient dernièrement sous la barre des 100 EUR/MWh – jusqu'à ce qu'ils explosent à nouveau le 27 avril.

Sur le marché américain (Henry Hub), depuis le 24 février, la hausse est moins spectaculaire qu'en Europe, mais les prix y ont également fortement augmenté.

Les ETF sur ces produits ont été parmi les plus performants en mars, selon la dernière analyse de Morningstar.

Le top 15 du mois comprend trois produits avec du gaz comme sous-jacent, le Wisdom Tree Natural Gas ETC arrivant en tête de ces trois titres.

La dépendance de l'Allemagne au gaz russe

Un cas particulier est l'Allemagne, le pays qui consomme le plus de gaz en Europe et qui dépend fortement des importations russes.

Là aussi, les stocks étaient à des niveaux historiquement bas en début d'année, mais le réapprovisionnement a commencé plus tôt que les années précédentes compte tenu de l'escalade en Europe de l'Est.

Ce qui est frappant, c'est le vide dans la plus grande installation de stockage du pays à Rehden, en Basse-Saxe, qui, par chance, est entre les mains de la filiale de Gazprom, Astora GmbH.

Lorsque d'autres entreprises remplissaient leurs systèmes au printemps et en été, la situation à Rehden était différente.

Les niveaux de remplissage étaient constamment inférieurs à 10 % l'été dernier - ce que certains observateurs du marché interprétaient déjà à l'époque comme une tentative de la Russie de faire monter les prix.

Selon les données du GIE, 29 entreprises au total exploitent environ 40 installations de stockage de gaz en Allemagne. Uniper possède actuellement les plus grandes réserves de gaz à environ 19,4 TWh.

Uniper chahuté en Bourse

Et c'est précisément cette division qui entraînera probablement de lourdes pertes pour l'entreprise au premier trimestre 2022.

Le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda), corrigé des effets spéciaux, était de -830 millions d'euros après plus de 731 millions d'euros à la même période de l'année précédente, a annoncé la société mardi soir après la clôture de la Bourse.

Les actions du groupe MDAX ont ouvert mercredi matin à 21,74 euros, soit une décote d'environ 10% par rapport au plus haut quotidien de la veille.

La filiale de Fortum explique ce mauvais résultat par un manque de revenus des ventes de gaz au premier trimestre au profit des ventes des trimestres suivants.

« Cela entraîne un déplacement significatif des bénéfices du premier trimestre vers les trimestres restants de 2022. Outre des raisons commerciales, cela permet à Uniper de détenir des volumes de gaz plus élevés et de contribuer ainsi à la sécurité de l'approvisionnement », a déclaré le communiqué ad hoc de la société d'avril. 26.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Antje Schiffler  est rédactrice en chef de Morningstar Allemagne.