23andMe, une « medtech » risquée

L’entreprise doit faire la preuve qu’elle peut développer une réelle franchise biopharmaceutique.

Dylan Finley 26.04.2022
Facebook Twitter LinkedIn

blood sample

L’action de 23andMe (« No Moat »)a chuté depuis son introduction en Bourse au début de l'année dernière, conduit à travers un SPAC, la société a sans aucun doute fait sensation au cours de la dernière décennie, ouvrant un tout nouveau marché pour les tests génétiques vendus directement aux consommateurs (DTC).

Sur les 12 millions de clients dont les données génétiques ont été analysées par l'entreprise, plus de 80% ont choisi de partager leurs données génétiques anonymisées et leurs réponses aux enquêtes de recherche avec 23andMe.

Toutefois, nous ne pensons pas que la société dispose d’un rempart concurrentiel, en raison de la grande disponibilité de sociétés proposant des kits concurrents et du manque de pouvoir de fixation des prix sur le marché.

Notre estimation de la juste valeur de 8,30 dollars par action suggère une prime substantielle par rapport au cours actuel de l’entreprise (3,23 dollars à la clôture du marché), notre évaluation est particulièrement sensible aux hypothèses que nous avons faites dans les activités thérapeutiques de la société. En tant que tel, nous mettons en garde les investisseurs, avec une note d'incertitude extrême sur la société.

Aujourd'hui, 23andMe génère principalement des revenus grâce à la vente de kits de service de génome personnel, ou PGS.

Les consommateurs qui achètent un kit fournissent à l'entreprise un échantillon de salive, à partir duquel l'ADN est isolé.

La société utilise une technologie appelée imputation de génotype, analysant uniquement une infime fraction du génome d'un individu, qui présente des variances connues dans les populations humaines et entraîne des différences phénotypiques (caractéristiques physiques), une prédisposition à la maladie et une corrélation avec d'autres caractéristiques liées à la santé.

À ce jour, plus de 30 millions de consommateurs ont utilisé des kits de test DTC dans le monde, la grande majorité utilisant 23andMe et AncestryDNA (Ancestry.com) parmi des dizaines de concurrents plus petits.

Nous attribuons la forte concertation des parts de marché entre ces deux sociétés à une notoriété supérieure de leur marque, à la taille de leur base de données et à la disponibilité.

Malgré ces avantages concurrentiels, deux facteurs nous empêchent d'attribuer un avantage concurrentiel à 23andMe : (1) une baisse séculaire des ventes de kits ces dernières années, confirmant les craintes que le marché adressable des PGS est plutôt un marché de niche ; et (2) la flambée des ventes à des moments où les sociétés de tests génétiques offrent des remises importantes (par exemple, le Prime Day d'Amazon, la période des vacances d'hiver) nous suggère que les consommateurs sont généralement sensibles aux prix et que le pouvoir de fixation des prix de la société est donc limité.

23andMe s'est aventuré dans le monde du développement de médicaments en 2018 avec une collaboration de recherche conjointe avec GlaxoSmithKline (« Wide Moat »), avec un accord de partage des coûts et des revenus à 50/50 sur tous les médicaments produits grâce à des efforts conjoints.

La société compte plusieurs dizaines de candidats en phase I ou en stade de développement préclinique, elle doit encore réussir à développer et commercialiser un médicament.

La proposition de valeur consistant à utiliser des inférences génétiques pour trouver plus efficacement des cibles (en particulier dans le domaine des produits biologiques) est toujours un concept ambitieux vers lequel l'industrie se dirige.

Suite à l'expiration de l'accord de cinq ans de la société avec GSK en 2023, nous nous attendons à ce que 23andMe suscite un vif intérêt de la part d'autres sociétés biopharmaceutiques.

Nos principales préoccupations concernant les efforts de l'entreprise reposent sur son manque d'expérience dans le développement et la commercialisation de médicaments et l'intensité de capital requise.

En tant que telle, la société n'a qu'un nombre limité de tentatives qu'elle peut poursuivre avant d'être forcée de lever davantage de dettes et de capitaux propres.

Nous sommes un peu hésitants sur la capacité de l'entreprise à développer et à commercialiser elle-même un médicament à ce stade en raison de l'intensité capitalistique.

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
23andMe Holding Co Class A2,68 USD-3,78

A propos de l'auteur

Dylan Finley  est analyste actions chez Morningstar.