Nous conduisons une opération de maintenance sur notre site durant laquelle vous pourriez subir de petites interruptions de service passagères. Nous vous remercions de votre patience.

S&P 500 : une baisse jusqu’où ?

Une poursuite de la hausse des taux pourrait encore peser sur la Bourse américaine.

Jocelyn Jovène 31.01.2022
Facebook Twitter LinkedIn

wall st

L’indice S&P 500, l’un des plus suivis au monde, a baissé de 10% entrte le 3 et le 27 janvier, avant de rebondir vendredi dernier.

Source: Morningstar Direct, données au 28 janvier 2022

Le principal moteur de cette baisse a été la compression du multiple de valorisation des actions composant l’indice de 21x à 19x environ, elle-même liée à la remontée des rendements des bons du Trésor américain (+24 points de base entre le 3 janvier et le 26 janvier).

Dans une note publiée ce lundi, les stratégistes de Goldman Sachs ont regardé comment historiquement la Bourse américaine avait réagi selon la variation des taux longs.

Ils notent que le S&P 500, qui cote 4.400 points environ actuellement, pourrait chuter de 10% supplémentaire vers 4.000 points si le rendement réel (corrigé de l’inflation) à 10 ans des bons du Trésor progressait de 60 points de base et de 15% à 3.800 s’il augmentait de 100 points de base.

« Historiquement, l’indice a chuté de 15% en moyenne (du point haut au point bas) au cours des 21 corrections dans des phases économiques non-récessives depuis 1950, ce qui dans le marché actuel amènerait l’indice S&P vers 4.100 points », observe la banque américaine.

Ils ajoutent : « les corrections boursières sont de bonnes opportunités d’achat si l’économie n’entre pas en récession. »

Et concluent : « acheter l’indice S&P 500 10% en-deçà de son dernier point haut, sans savoir s’il s’agit ou pas d’un point bas, aurait généré un gain médiant de +15% au cours des 12 mois suivants, ou 4.975 points [dans les conditions d’] aujourd’hui. »

Or c’est bien la question que vont commencer à se poser un certain nombre d’investisseurs.

Certains économistes ont commencé à revoir à la baisse leur prévision de croissance de l’économie américaine, de 4% vers 3,5%, pour tenir compte de l’impact qu’auront nécessairement les premières hausses de taux de la Fed, attendues dès le mois de mars.

Ces hausses de taux mettent généralement plusieurs mois avant d’avoir un impact réel sur l’économie, mais le marché l’anticipera, ce qui pourrait alimenter une poursuite de la volatilité des indices boursiers aux Etats-Unis et dans le reste du monde.

Bien évidemment, prévoir l’évolution des marchés est une grande source d’erreur, comme le montre la recherche de Morningstar.

Une stratégie plus saine sur le long terme consiste à acheter des actifs de qualité mal ou peu valorisés par le marché.

Et de savoir profiter des moments de panique pour rechercher ce type d’actifs.

 

 

© Morningstar, 2022 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement. 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.