Disney patine au quatrième trimestre

La croissance du nombre d'abonnés Disney+ ralentit. Les parcs sont toujours sur la voie du rétablissement.

Neil Macker 12.11.2021
Facebook Twitter LinkedIn

Disney (« Wide Moat ») a enregistré une fin d'exercice 2021 faible, Disney+ n'ayant gagné que 2,1 millions de clients, son trimestre le plus bas à ce jour, pour terminer l'année à 118 millions d'abonnés.

La base d'abonnés Disney+ a aug)menté de 44,4 millions au cours de l'exercice 2021, bien au-delà des 18,4 millions de nouveaux abonnés gagnés par Netflix (« Narrow Moat ») au cours de la même période.

Netflix est de loin le service le plus important avec près de 214 millions d'abonnés dans le monde, Disney+ n'est disponible que dans un peu plus de 60 pays, dont beaucoup ont été ajoutés l'année dernière.

Même avec la croissance du nombre d'abonnés plus lente que prévu ce trimestre, nous prévoyons toujours une croissance robuste à long terme pour le service. Nous maintenons notre estimation de juste valeur de 170 dollars par action.

Le chiffre d'affaires du trimestre s'est amélioré de 26 % en glissement annuel pour atteindre 18,5 milliards de dollars.

Les revenus de la division parcs, expériences et produits ont continué de rebondir, en hausse de 99% à 5,4 milliards de dollars, en raison de la réouverture des parcs et de l'amélioration des contraintes de capacité de ceux déjà ouverts.

Les parcs et centres de villégiature sont toujours confrontés à des incertitudes à court terme, mais la demande relativement forte des consommateurs, le retour imminent des voyageurs internationaux et la croissance continue des réservations offrent des signes rassurants pour un retour à la croissance à long terme.

Les revenus de la division de distribution des médias et du divertissement ont augmenté de 9 % pour atteindre 13,0 milliards de dollars, la croissance des services directs aux consommateurs et des ventes/licences de contenu ayant plus que compensé la baisse des réseaux linéaires.

Les revenus des chaînes - qui comprennent ABC, ESPN, FX et tous les autres réseaux de télévision payante - ont chuté de 4% à 6,7 milliards de dollars en partie à cause d'une semaine de moins au cours du trimestre par rapport à l'année précédente.

Comme prévu, les revenus publicitaires des réseaux nationaux ont chuté en raison de la baisse des dépenses de publicité politique au niveau des stations locales.

La marge d'exploitation du segment a reculé à 24,5 % contre 26,2 % en raison d'une baisse des revenus et d'un plus grand nombre d'heures de programmation originale.

Le chiffre d'affaires du segment DTC a bondi de 38 % à 4,6 milliards de dollars. La croissance du nombre d'abonnés Disney+ a été tirée par les lancements dans les pays et la croissance en dehors des marchés Hotstar.

La direction a révélé que les marchés en dehors de Hotstar ont ajouté près de 4 millions d'utilisateurs, ce qui implique que la plate-forme asiatique a perdu environ 1,8 million d'abonnés au cours du trimestre. Les abonnés Hotstar représentent désormais environ 37% de la base d'abonnés Disney+ contre 40% le trimestre dernier.

La part des abonnés Hotstar a fait chuter le revenu mensuel moyen par abonné payant de 9 % en glissement annuel à 4,12 dollars. Cependant, le revenu mensuel moyen par abonné payant est resté bien au-dessus des 3,99 dollars enregistrés au deuxième trimestre fiscal en raison des augmentations de prix aux États-Unis et en Europe occidentale pour Disney+.

En dehors de Hotstar et de sa bibliothèque de contenu, nous pensons que l'une des faiblesses de Disney + a été le contenu en langue locale.

Alors que le succès de la série « Squid Game » est un peu un cas extrême, Netflix a investi de l'argent dans davantage de contenu en langue locale afin de se différencier de ses concurrents mondiaux.

En Inde, l'une des raisons du succès de Hotstar au-delà du contenu Disney et de l'IPL a été l'acquisition d’un grand catalogue et de studios de développement basés en Inde dans le cadre de la transaction avec Fox Entertainment.

Nous considérons l'annonce par la direction de plus de 340 séries en langue locale en cours de développement comme un indicateur positif que Disney+ sera encore plus compétitif alors que le service s'étendra à plus de 160 pays d'ici la fin de l'exercice 2022.

Nous pensons que Disney devra maintenir ce niveau d'investissement dans la programmation en langue locale pour fidéliser les utilisateurs en dehors des États-Unis, tout en espérant trouver un équivalent de « Squid Game ».

Comme d'autres entreprises de médias traditionnels, Disney et ses plateformes de streaming ressentent toujours l'impact de l'arrêt/du ralentissement de la production dû à la pandémie.

Nous pensons que ce ralentissement du contenu a contribué à la croissance moins rapide aux États-Unis au cours de la deuxième année d'existence du service.

Bien que la société dispose d'une liste plus solide et plus large pour l'exercice 2022, nous pensons qu'elle doit sérieusement envisager de fusionner son service Hulu avec le service de base Disney + avec une augmentation de prix, tout comme avec Star en Europe.

Ou bien, Disney pourrait devenir plus agressif en regroupant les deux services à un prix très bas, comme avec Star+ en Amérique latine.

L'ajout d'un hub de contenu destiné aux adultes au sein de Disney+ rendrait le service plus attrayant pour les familles et les ménages sans enfants et améliorerait sérieusement le nouveau flux de contenu sur la plate-forme.

 

© Morningstar, 2021 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Netflix Inc397,50 USD-21,79Rating
The Walt Disney Co137,38 USD-6,94Rating

A propos de l'auteur

Neil Macker  est analystes actions chez Morningstar.