Engie : une cession dans d’excellentes conditions

Nous relevons notre estimation de juste valeur à 15,50 euros par action.

Tancrede Fulop 08.11.2021
Facebook Twitter LinkedIn

Nous relevons notre estimation de juste valeur d’Engie (« No Moat ») de 14,60 euros à 15,50 euros par action après l’annonce de l’accord de cession de sa filiale multitechnique Equans à Bouygues à un prix bien supérieur à nos attentes et à celles du marché.

La transaction devrait être finalisée au second semestre 2022.

L'action Engie semble sous-évaluée malgré des perspectives de bénéfices et de dividendes attrayantes.

Engie a accepté de vendre Equans à Bouygues pour 7,1 milliards d'euros, au-dessus du dernier prix de vente publié de 6 milliards d'euros et de notre estimation prudente de 4 milliards d'euros.

La revalorisation par rapport à notre estimation est de 0,90 EUR par action après impôts.

Equans a un chiffre d'affaires de 12 milliards d'euros et un résultat opérationnel (EBIT) normalisé de 0,4 milliard d'euros (7% de l'EBIT d'Engie), ce qui implique un multiple de valorisation EV/EBIT élevé de 17,8 fois.

Le ratio dette nette/EBITDA d'Engie passera de 2,3 à 1,7 à l'issue de la transaction.

Grâce à une réduction des coûts financiers supérieures due au prix de vente plus élevé, la transaction aura un effet bénéfice que nous évaluons à environ 1,5% sur nos estimations de bénéfice par action.

Nous pensons que la transaction a une justification stratégique solide car Equans manque d'avantage concurrentiel et de synergies avec le reste du groupe.

L'accord est la pierre angulaire de la nouvelle stratégie dévoilée en juillet 2020 visant à réduire considérablement le poids de l'activité de solutions clients et à augmenter les investissements dans les énergies renouvelables.

Les pessimistes pourraient faire valoir qu'il existe un risque que le groupe se lance dans de nouvelles acquisitions, domaine dans lequel il affiche un piètre bilan.

Nous ne sommes pas d'accord car les opportunités d'investissement en propre dans les renouvelables sont suffisantes dans un contexte d'accélération de la transition énergétique.

Sur une base proforma, l’ensemble des activités d'Engie présente des caractéristiques attrayantes mais ne dispose pas de rempart concurrentiel.

Il s'agit notamment des barrages hydroélectriques français qui devraient bénéficier de la hausse des prix de l'électricité ; du plus grand parc de génération d’électricité à partir de gaz d'Europe bien positionné pour bénéficier du retrait de nombreuses centrales au charbon et nucléaires ; des réseaux gaziers régulés français ; et des capacités solaire et éolienne à travers le monde.

Engie devrait dépasser son plan de cession d’actifs.

A l'issue de l'opération, Engie aura finalisé 8,5 milliards d'euros de cessions sur son objectif de 9 à 10 milliards d'euros d'ici 2023 annoncé en mai dernier.

La perte totale de résultat d’exploitation liée aux transactions annoncées à ce jour s'élève à 0,5 milliard d'euros sur les 0,8 milliard d'euros prévus pour le plan total, ce qui implique une dilution résiduelle de 0,3 milliard d'euros.

Sur la base de notre estimation EV/EBIT de 12 fois, cela implique des cessions à venir de 3,6 milliards d'euros et des cessions totales de 12,1 milliards d'euros.

 

© Morningstar, 2021 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Bouygues31,70 EUR-1,71Rating
Engie SA13,55 EUR-1,35Rating

A propos de l'auteur

Tancrede Fulop  est analyste actions chez Morningstar.