Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Changement de contrôle au Sénat US : conséquences pour l’assurance-santé

De nouvelles politiques en matière de santé semblent probables, mais nous ne voyons pas de changements majeurs.

Debbie S. Wang 07.01.2021
Facebook Twitter LinkedIn

drugs healthcare US

Les démocrates ont remporté les deux sièges restants au Sénat lors du second tour des élections en Géorgie. Nous pensons que l'administration Biden cherchera à mettre en œuvre de nouvelles réformes des soins de santé. Cependant, avec une faible majorité, nous nous attendons à des compromis importants qui conduiront probablement à des changements édulcorés dans la politique en matière de médicaments.

Les propositions existantes de Joe Biden visant à élargir la population assurée créent, à notre avis, un éventail d'opportunités et de risques pour les acteurs de la santé, et le diable sera dans les détails de la législation en termes d’impact pour les entreprises du secteur de la santé.

En général, cependant, les États-Unis semblent susceptibles de d’accroître l’accès aux soins dans le cadre du plan de Biden, l'administration estimant qu'au moins 97% des Américains seraient couverts par ses propositions, contre environ 91% avant la pandémie de coronavirus et compte tenu d’un faible taux de chômage.

Les principes exprimés du plan de soins de santé de Biden qui, selon nous, pourraient affecter considérablement le système de santé américain, sont les suivantes :

  • Augmentation des crédits d'impôt pour réduire les coûts associés à la couverture des échanges individuels.
  • Expansion du Medicaid avec des règles d'éligibilité de l'Affordable Care Act à tous les états, même ceux qui ont choisi de ne pas participer à l'expansion de Medicaid (12 n'ont pas ou n'ont pas l'intention de le faire dans un proche avenir).
  • Ajout d'une option publique sans franchise au système de santé américain existant.
  • Abaissement de l'âge d'admissibilité à Medicare à 60 ans au lieu de 65 ans.

Les deux premières initiatives ne seraient qu'une extension des mécanismes actuels de la loi sur les soins abordables pour obtenir une assurance et pourraient en fait bénéficier à des entreprises comme Anthem et Centene qui ont une présence importante sur les traitements individuels et dans les contrats de soins gérés par Medicaid.

En revanche, l'option publique représente le principal élément de changement du plan Biden. Sur la base de nos estimations de la fourchette de prix de l'option publique, nous pensons qu'elle agira principalement comme un moyen d'améliorer l'accessibilité sur les budgets individuels, plutôt que de provoquer un abandon substantiel de l'assurance basée sur l'employeur.

À l'extrémité supérieure de notre estimation de la fourchette de prix des options publiques, nous pensons qu’elle n'affecterait que les dépenses individuelles, ce qui n'aurait pas d'incidence importante sur les assureurs que nous couvrons.

Près de la borne inférieure de notre fourchette de prix des options publiques, des changements de mix sur le marché axé sur les employeurs sont possibles pour environ 10% de cette population, mais nous notons que les assureurs à bas coûts que nous couvrons pourraient être à l’abri de la concurrence de l'option publique, en particulier Anthem, leader à l'échelle locale (et en matière de tarification).

Au-delà de l'incertitude entourant la tarification de cette option publique, d’autres domaines de compromis sont possibles, ce qui pourrait limiter l'impact de l'option publique sur les acteurs de l'industrie.

Tout d’abord, il reste à voir qui serait autorisé à utiliser l'option publique. Pour des raisons budgétaires, par exemple, l'option publique pourrait ne pas être entièrement ouverte aux personnes qui pourraient obtenir leur assurance auprès de régimes d'employeurs, ce qui pourrait éliminer une grande partie du risque de changement de mix pour les assureurs.

En outre, l'option publique basée sur un plan d'assurance-maladie géré par le gouvernement peut rencontrer des problèmes de fond si elle doit passer par le processus de réconciliation budgétaire au Sénat.

Autoriser les plans de type Medicare Advantage des assureurs privés (qui ont beaucoup de flexibilité sur les avantages de santé et de bien-être offerts) pourrait atténuer certaines de ces préoccupations de fond entourant l'option publique dans le processus législatif. L'inclusion de plans de type Medicare Advantage dans l'option publique pourrait créer une opportunité pour le secteur de l'assurance privée, y compris les fournisseurs de plans Medicare Advantage de premier plan, comme UnitedHealth et Humana.

Nous pensons que les assureurs maladie représentent le secteur qui pourrait être le plus influencé par les réformes potentielles des soins de santé, en particulier par l'option publique potentielle.

Plus précisément, en termes de politique de santé, nous voyons le potentiel pour augmenter l'accès à l’assurance-santé, ce qui pourrait être positif pour le secteur, mais serait contrebalancé par une hausse des impôts sur les sociétés, qui serait négatif pour le secteur.

Dans ce scénario, nos estimations de la juste valeur pour les assureurs devraient peu évoluer. Cependant, dans un scénario d'option publique à fort impact, nos estimations de juste valeur pourraient apparaître trop optimistes.

Les titres les moins affectés dans ce cas seraient CVS, Cigna et UnitedHealth. Les assureurs médicaux les plus touchés - Centene, Humana et Anthem - sont plus exposés. Du point de vue de la valorisation des actions, la plupart des sociétés que nous couvrons se négocient déjà près ou en-dessous de nos scénarios baissiers de politique de santé proposée, ce qui crée une marge de sécurité pour les investisseurs, en particulier chez Centene et CVS qui représentent actuellement les titres les plus décotés par rapport à nos estimations de juste valeur.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Debbie S. Wang  Debbie S. Wang is a senior analyst with Morningstar.