BP accélère sa transformation et coupe son dividende

Le géant pétrolier annonce un plan pour réduire drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre et investir dans les énergies renouvelables.              

Allen Good 05.08.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Energy bp ship 520

La publication des résultats du deuxième trimestre de BP s’est accompagnée de l’annonce d’une réduction de moitié de son dividende trimestriel ainsi que la mise en œuvre d’une nouvelle politique de rémunération des actionnaires dans le cadre de sa profonde transformation au cours des 10 prochaines années, tout en poursuivant ses objectifs de réduction des émissions.

BP a annoncé une perte trimestrielle ajustée de 6,7 milliards de dollars contre un bénéfice de 2,8 milliards de dollars il y a un an, en raison de l'impact du coronavirus sur les prix et les marges des produits de base.

Le bénéfice ajusté exclut une charge de dépréciation de 11,8 milliards de dollars liée à la révision des hypothèses de cours des hydrocarbures à long terme de BP, annoncée en juin. Compte tenu de cette annonce antérieure, de la décision stratégique de BP de s’éloigner du secteur pétrolier et gazier et de ses niveaux d’endettement relativement élevés, la décision de réduire le dividende n’est pas une surprise. En fait, la baisse de moitié est probablement inférieure à ce que le marché attendait, compte tenu de la réduction du dividende de 67% chez son homologue Royal Dutch Shell.

Étant donné que l’importante perte trimestrielle et la réduction du dividende étaient largement attendues, les détails de la nouvelle direction stratégique de BP sous la direction du nouveau PDG Bernard Looney étaient l’élément le plus intéressant.

Dans ce qui devait initialement se produire plus tard cette année, BP a exposé sa stratégie pour les 10 prochaines années et comment elle passerait d'une société pétrolière intégrée à une société énergétique intégrée alors qu'elle cherche à atteindre son objectif de devenir un émetteur neutre en carbone d'ici 2050 ou avant.

La stratégie se traduira par une diminution des investissements dans les activités pétrolières et gazières traditionnelles et une augmentation des investissements dans les énergies à faible émission de carbone et les activités auxiliaires telles que la mobilité.

Le résultat sera que d'ici 2030, près d'un tiers des capitaux employés sera dans des activités à faible émission de carbone contre seulement une petite fraction aujourd'hui. Nous prévoyons d'incorporer ces changements stratégiques dans notre modèle, mais nous ne prévoyons pas pour le moment un changement important de la juste valeur ou une révision de notre notation du rempart concurrentiel.

Le changement viendra du fait de diriger des montants plus élevés d’investissements vers ces activités et de s'éloigner des activités traditionnelles d'exploration et de production d’hydrocarbures et de raffinage.

Sur les 14 à 16 milliards de dollars de dépenses en capital annuelles attendues de 2021 à 2025, BP consacrera 5 à 7 milliards de dollars par an à l'électricité et à l'énergie à faible émission de carbone, ainsi qu'à la mobilité.

Cela se traduira par une augmentation de la production d’énergie renouvelable à 20 gigawatts contre 2,5 GW actuellement, tandis que la production en amont diminuera, en partie en raison des cessions d’actifs, à 2,0 millions de barils équivalent pétrole par jour contre 2,6 Mbep/j actuellement.

D'ici 2030, BP prévoit de ne produire que 1,5 Mbep/j, hors sa participation dans Rosneft. BP table sur une croissance annuelle moyenne de son EBIDA de 5% à 6% jusqu'en 2025 et un ROACE de 12% à 14% en 2025, contre 9% en 2019.

Le changement stratégique signifie que BP évolue de manière plus agressive que ses pairs, Total et Shell, qui suivent des parcours similaires.

Bien que la stratégie devrait générer des rendements plus élevés, elle n'est pas sans risque car BP se développe rapidement dans de nouvelles activités où son expérience est limitée. De plus, il n'est pas certain que ces rendements plus élevés se concrétiseront en fin de compte ou qu'ils ne verraient pas autrement des rendements plus élevés en conservant plus longtemps les investissements pétroliers et gaziers.

De l'aveu même de BP, l'activité pétrolière et gazière traditionnelle offrira des ROACE plus élevés (12% -14%) que l'électricité et l'énergie à faible émission de carbone (8% -10%), qui reposent également sur l'utilisation d'un effet de levier et la nécessité d’utiliser toute l'organisation intégrée.

Alors que d'autres compagnies pétrolières intégrées envisagent d'utiliser leur modèle entièrement intégré, y compris le commerce, et un coût du capital plus faible pour offrir des rendements plus élevés dans les énergies renouvelables, le modèle reste relativement nouveau et non prouvé. En tant que tel, le risque d'exécution demeure élevé.

Les priorités financières de BP sont également affinées. Le paiement du dividende continue de figurer en tête de liste, mais BP met désormais l'accent sur la résilience à un niveau inférieur plutôt que sur la croissance, ce qui signifie que le dividende devrait rester aux niveaux actuels.

Il se concentrera également sur la réduction de la dette à 35 milliards de dollars, contre 41 milliards de dollars actuellement, puis sur le maintien d'une notation de crédit de qualité investissement.

Après avoir financé les dépenses en capital, BP restituera 60% de l'excédent de trésorerie aux actionnaires par le biais de rachats d’actions, une fois son objectif d'endettement atteint.

Nous apprécions cette nouvelle politique, car elle empêchera BP de tomber dans le piège de devoir payer un dividende élevé et toujours croissant, car les prix du pétrole et du gaz continueront probablement d'être volatils à l'avenir, alors que ses investissements dans les énergies renouvelables sont peu susceptibles de générer des flux de trésorerie pendant plusieurs années au moins.

Sur la base des indications fournies, BP s'attend à ce que des rachats puissent avoir lieu à des prix du pétrole aussi bas que 40 dollars le baril, mais ce sera finalement à la discrétion du conseil.


© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
BP PLC417,20 GBX1,09Rating
Rosneft Oil Co409,00 RUB0,00
Royal Dutch Shell PLC B  
Royal Dutch Shell PLC Class A2 336,50 GBX0,34Rating
TotalEnergies SE51,71 EUR0,35Rating

A propos de l'auteur

Allen Good  Allen Good is a senior stock analyst covering the oil and gas industries.