Richemont : le coronavirus coûte mais le bilan est solide

Nous ne nous attendons pas à une modification importante de notre estimation de la juste valeur.

Jelena Sokolova 15.05.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Nous ne nous attendons pas à une modification importante de notre estimation de la juste valeur de Richemont, après que la société a annoncé des revenus d’exercice pratiquement conformes, mais une rentabilité inférieure à nos prévisions.

Bien qu'il y ait une incertitude substantielle concernant l'impact sur la demande du coronavirus cette année et le rythme de la reprise, nous ne voyons pas de traînée à long terme de la pandémie sur le PIB mondial et croyons que Richemont est fortement positionné pour traverser la crise avec la force de ses marques et son bilan. Nous considérons les actions comme attrayantes, s'échangeant à environ 40% de en-deçà de notre estimation de la juste valeur.

La pandémie a coûté à Richemont environ 6% du chiffre d'affaires en 2020, mais environ 23% du résultat opérationnel (l'EBIT est en baisse de 22% sur l'année).

Au quatrième trimestre, le chiffre d'affaires est en baisse de 19% à taux de change constants (-20% pour les Maisons de Joaillerie et 26% pour les divisions horlogères spécialisées).

Toutes les divisions ont connu une contraction importante des marges au deuxième trimestre. La marge brute, hors activités en ligne sur l'ensemble de l'année, est restée largement stable à 66% (66,3% l'an dernier et contre une amélioration de 100 points de base au premier semestre), tandis que les coûts de rénovation des magasins, le marketing et les coûts fixes ont pesé sur les résultats.

La marge opérationnelle des Maisons de Joaillerie s'est contractée à 28,8% contre 31% attendus et la marge dans l’horlogerie spécialisée est ressortie à 10,6% contre 11,5% attendus.

Les mesures de maîtrise des coûts prennent du temps à se répercuter sur les résultats et l'entreprise poursuit ses investissements stratégiques dans les canaux numériques. Environ 55% des canaux de vente au détail et 40% des canaux de distribution totaux ont actuellement rouvert et 78% des capacités de fabrication.

Avec 4,4 milliards d'euros de trésorerie au bilan, 4,3 milliards d'euros d'actifs financiers et 2,4 milliards d'euros de trésorerie nette, Richemont est bien positionnée pour faire face à un ralentissement prolongé.

De plus, le dividende proposé a été réduit de moitié, ce qui a probablement été mal perçu par le marché, compte tenu de la flexibilité financière de Richemont de ne pas le faire.

Malgré des pertes croissantes pour les opérations en ligne (la perte des activités en ligne est passée de 99 millions d'euros à 241 millions d'euros l'an dernier, hors charges d'amortissement), le président du groupe a exprimé son engagement envers le développement de la chaîne de luxe en ligne.

Contrairement à ses pairs, Richemont considère sa présence en ligne comme un élément clé pour l'avenir, lui permettant de répondre à la demande des consommateurs mais également d'augmenter sa part des coûts variables dans l'entreprise.

Nous convenons que la crise actuelle pourrait accélérer un virage en ligne et nous nous attendons généralement à ce que le commerce en ligne atteigne 30% des revenus de l'industrie d'ici 2027.

Bien que nous constations un risque de surstockage des montres dans le commerce de gros en raison de fermetures massives de magasins, la direction a exprimé sa confiance quant aux niveaux et à la qualité des stocks après le nettoyage effectué les années précédentes.

Début janvier, les ventes de montres ont connu un fort rebond selon la société. De plus, nous ne voyons aucune preuve d'une augmentation des stocks de montres sur les plateformes de revente en ligne telles que Chrono24.com en raison de la crise, où un certain nombre de montres neuves de marques Richemont ont progressé d'un seul chiffre de février à mai.

Étant donné que les bijoux et les montres de Richemont ne sont pas des articles de saison ou de mode, il pourrait y avoir un retour de la demande une fois la situation normalisée.

La situation en Chine se normalise déjà, avec la réouverture des magasins, tandis que le e-commerce pour le luxe « dur » continue de croître fortement (à un rythme à trois chiffres).

La demande de voyages est toujours gravement affectée. Richemont conserve sa participation de 8% Dufry et reste engagé sur le canal du voyage à long terme.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Compagnie Financiere Richemont SA91,76 CHF-13,11Rating
Dufry AG35,60 CHF2,77Rating

A propos de l'auteur

Jelena Sokolova  est analyste actions chez Morningstar.