Premier trimestre solide pour Facebook

Les risques liés au coronavirus demeurent. Nous maintenons notre estimation de juste valeur de 215 dollars par action.

Ali Mogharabi 30.04.2020
Facebook Twitter LinkedIn

Facebook a affiché des revenus et un résultat opérationnel du premier trimestre supérieurs à nos prévisions et au consensus FactSet, la demande d'annonces à réponse directe ayant bien résisté en mars.

Bien que la société n'ait pas fourni de prévisions de revenus pour l'année, elle prévoit une baisse des marges, car elle continuera d'investir dans de nouveaux produits.

Nous tablons sur une baisse du chiffre d’affaires global cette année, car le ralentissement économique continuera probablement de réduire les dépenses publicitaires globales, y compris en ligne.

De plus, contrairement à Alphabet, Facebook n'a pas diversifié ses revenus et ne peut pas réduire l'impact de COVID-19 sur son chiffre d'affaires.

Cela étant, nous sommes satisfaits de la croissance du nombre d'utilisateurs et de l'engagement, ce qui pourrait renforcer la source de rempart concurrentiel du groupe autour de son effet de réseau.

Le titre a bondi de 33% depuis son creux mi-mars, et a encore progressé de 10% après Bourse, approchant notre estimation de juste valeur de 215 dollars par action. Nous recommandons maintenant une plus grande marge de sécurité avant d’investir sur ce titre.

Le chiffre d'affaires total du premier trimestre de 17,7 milliards de dollars a augmenté de 18% par rapport à l'année dernière, car Facebook a connu un très bon début de trimestre. La demande d'annonces a commencé à diminuer en mars, ce qui a également entraîné une baisse des prix des annonces. Les secteurs verticaux avec la plus forte baisse de l'achat d'annonces étaient les voyages et l'automobile, tandis que l'achat d'annonces dans les jeux, la technologie et le commerce électronique n'a pas été autant touché. À l'instar de ses pairs (YouTube et Snapchat), Facebook a profité d'une demande accrue de publicités à réponse directe, qui a plus que compensé la baisse des publicités à grande échelle ou de marque.

Facebook a augmenté son offre publicitaire car de plus en plus d'utilisateurs ont passé plus de temps à la maison et en ligne en raison de la pandémie de coronavirus. Le nombre d'annonces vendues a augmenté de 39% tandis que les prix que les annonceurs étaient prêts à payer ont diminué de 16%.

À notre avis, la croissance des utilisateurs de Facebook au cours de cette récession est révélatrice du renforcement de l'effet de réseau de l'entreprise, car les annonceurs sont plus susceptibles de dépenser encore plus sur Facebook lorsque l'économie se redresse.

Le nombre mensuel d'utilisateurs actifs, ou UMA, a augmenté de 10% pour atteindre 2,6 milliards, contre 2,4 milliards l'année dernière. C'était la première fois au cours des six derniers trimestres que les UMA croissaient à deux chiffres.

Les utilisateurs actifs quotidiens, ou UAQ, ont augmenté de 11% pour atteindre 1,7 milliard, ce qui s'est traduit par un taux d'engagement des utilisateurs de 67%, le plus élevé depuis que l'entreprise est cotée en Bourse.

De plus, l'engagement des utilisateurs parmi les utilisateurs qui utilisent au moins une application Facebook (Facebook, Instagram, Messenger ou WhatsApp) a augmenté de 1 point de pourcentage par rapport à l'année dernière à 79%. Le nombre mensuel de ces utilisateurs a atteint près de 3 milliards, en hausse de 11% par rapport à l'année dernière. L'engagement des utilisateurs devrait revenir à des niveaux normaux après COVID-19, mais ces niveaux (64% et 78%) restent nettement supérieurs aux niveaux d'engagement de ses concurrents, y compris Snap et Twitter.

La firme n'a pas fourni de prévisions de revenus pour le deuxième trimestre ni pour l'année entière. Cependant, bien qu’il se concentre davantage sur la maîtrise des coûts, le groupe prévoit toujours que les dépenses d’exploitation totales augmenteront cette année d’environ 16% (point médian des prévisions de l’entreprise). En outre, il s’attend à une baisse de la marge, ce qui indique que même une croissance des revenus de 16% (ce qui représente un ralentissement significatif par rapport aux 27% de l’année dernière) est considérée comme improbable par la direction.

Nous continuons de nous attendre à une baisse d'une année à l'autre des revenus totaux de Facebook, suivie d'une augmentation de 34% en 2021. Alors que la pandémie continue d'affecter les économies du monde entier, nous pensons qu'elle affectera davantage les dépenses publicitaires, en particulier chez les petites et les moyennes entreprises qui font fréquemment de la publicité sur Facebook. De plus, alors que la croissance des revenus de Facebook au premier trimestre était encourageante, elle ne comprenait l'impact de la pandémie que pour le dernier mois du trimestre. De plus, contrairement à Google, Facebook ne peut pas minimiser l'impact de la baisse des dépenses publicitaires car il reste fortement tributaire des revenus publicitaires.

La pression exercée par le coronavirus sur les dépenses globales de publicité numérique devrait être moindre que sur la publicité traditionnelle. Nous prévoyons une baisse des dépenses publicitaires en ligne entre 5% et 10% en 2020, avant un rebond tiré par la reprise économique. Alors que les entreprises ont commencé à réduire leurs dépenses publicitaires, nous pensons que les 2,6 milliards d'utilisateurs mensuels des applications de Facebook et les près de 3 milliards d'utilisateurs totaux attireront un pourcentage plus élevé de dollars publicitaires sur les réseaux sociaux des entreprises que par le passé.

Enfin, alors que Facebook et certains de ses pairs continuent d'être confrontés à des problèmes antitrust et réglementaires, nous pensons qu'avec plus de 60 milliards de dollars en espèces et sans dette (à la fin du premier trimestre 2020), Facebook est bien positionné pour effectuer des acquisitions stratégiques (bien que limitées par une surveillance accrue du gouvernement) pour renforcer sa source de douves d'actifs incorporels, accélérer la croissance des revenus publicitaires à court et à long terme, et maintenir sa position dans le top 3 de la publicité en ligne.

L'entreprise dispose également de ressources suffisantes pour investir davantage dans l'innovation sur les marchés actuels et nouveaux afin de diversifier ses revenus. En fait, récemment, la société a franchi une nouvelle étape vers la conquête du commerce électronique et la monétisation de WhatsApp en acceptant d'acheter près de 10% de Jio, le plus grand opérateur de téléphonie mobile d'Inde avec 370 millions d'abonnés mobiles (selon la Telecom Regulatory Authority of India), pour 5,7 milliards de dollars. Facebook travaillera avec Jio pour créer un réseau pour plus de 60 millions de petites entreprises en Inde où WhatsApp sera utilisé pour communiquer avec ces entreprises et effectuer diverses transactions. Après cette transaction, l'entreprise disposera d'environ 55 milliards de dollars en espèces et sans dette.

 

© Morningstar, 2020 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Alphabet Inc A2 237,99 USD-3,93Rating
Facebook Inc A192,24 USD-5,12Rating
Twitter Inc36,85 USD-3,84Rating

A propos de l'auteur

Ali Mogharabi

Ali Mogharabi  est analyste actions chez Morningstar.